Jump to content

Pour poster, répondre à un membre, ou voir les messages non lus depuis votre dernier passage, CONNECTEZ-vous ou INSCRIVEZ-vous, c'est gratuit. Ou faites-le une fois la limite atteinte (10 messages lus / 12H). (en option) Pour lire les tests Premium, télécharger les fichiers bruts, et profiter des articles en pdf sans pub, consultez nos formules Premium.

Recommended Posts

Gérard Musy, l’oeil fertile
Du 29/11 au 23/12/2017

Vernissage le mercredi 29 novembre, de 18h à 21h

 

Galerie Esther Woerdehoff

36 rue Falguière

75015 Paris

 

Gérard Musy commence à photographier dès la fin des années 70. Entre New York, Londres et Paris, il plonge dans l’effervescence des lieux nocturnes. Dans les backstages des défilés, les fêtes et les boites de nuit qui illuminent les années 80 ou le mystère du milieu S/M, Gérard Musy transfigure le désir, la beauté et le fantasme en photographies éclatantes et vibrantes. Avec enthousiasme, le photographe cherche à la fois à faire corps avec le sujet et à s’effacer lui-même dans une volonté d’empathie totale. Mêlant les séries au fil des années, de la mode au fétichisme, des voyages aux arbres, le photographe construit une oeuvre multiple, dans une fluidité et une énergie vitale qui inspire chacune de ses images.

 

Avec cette exposition, le photographe d’origine suisse, installé à Paris, nous propose un voyage à travers quarante ans de tirages, dans un jeu de reflets et d’échos. On passe d’une photographie à l’autre par des liens visuels et ces répétitions d’éléments formels donnent le sens de la continuité, une séquence ininterrompue. C’est un monde d’apparences, de femmes en tenues d’apparat, une exhibition, dans un jeu de rythmes figuratifs, dans un équilibre précaire entre ordre et désordre.

 

Pour cette exposition, Gérard Musy a exploré ses archives, à la recherche de tirages vintage, la plupart inédits, et de grands formats spectaculaires qui leurs répondent sur les murs de la galerie. Choc des couleurs, lignes graphiques, ombres et lumières, les photographies dialoguent de séries en séries. Beyond, Lustre, Lamées, Leaves, Lontano/Lejano, Back to Backstage, une composition d’images se dévoile, instantanés aléatoires de la réalité, jaillissements de lumière sensuelle, une euphorie photographique !

 

Plus d'infos :

http://ewgalerie.com/assets/files/pdf/DP/Musy-DP-2017_Fr.pdf

 

53_LONTANO:LEJANO_ Tropea_Calabria_Italie_1978_120x80.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now


  • Similar Content

    • By tsouip
      L’agence allemande de photographes OSTKREUZ, fondée après la chute du Mur, fête ses 25 ans et présente une rétrospective de ses œuvres à Paris.
      L'exposition présente les travaux des trois générations de photographes de l'agence du 13 au 29 novembre 2015, au Passage du Désir.
      Fondée en 1990 lors d’un voyage à Paris, Ostkreuz, est de nos jours l’agence
      allemande la plus renommée. . L'exposition organisée présente un choix des
      meilleurs clichés réalisés depuis 25 ans.
      Avec les photographies de Marc Beckmann, Sibylle Bergemann, Jörg Brüggemann, Espen Eichhöfer, Sibylle Fendt, Annette Hauschild, Harald Hauswald, Tobias Kruse,Ute Mahler & Werner Mahler, Dawin Meckel, Thomas Meyer, Julian Röder, Frank Schinski, Jordis Antonia Schlösser, Linn Schröder, Anne Schönharting, Stephanie Steinkopf, Heinrich Völkel et Maurice Weiss.
      http://www.ostkreuz.de/en/
      PASSAGE DU DÉSIR | DU 13 AU 29 NOVEMBRE 2015 | 85-87 RUE DU FAUBOURG SAINT-MARTIN, 75010 PARIS
      De 13h à 20h tous les jours sauf mardi | Entrée libre
      Organisateur Goethe Insitut
      Katharina SCRIBA
      Goethe-Institut Paris
      17, avenue d’Iéna, 75106 Paris
      katharina.scriba@paris.goethe.org

    • By tsouip
      Exposition de photographies d’Éric Pillot, lauréat 2014
      du prix de photographie Marc Ladreit de Lacharrière - académie des beaux-arts
      In situ - États-Unis est consacré à l’animal dans les parcs zoologiques de l’est des Etats-Unis. Cette nouvelle série prolonge le travail mené par le photographe dans les zoos européens depuis plusieurs années.

      Éric Pillot invite à regarder l’animal sauvage comme un être singulier, avec cette particularité d’être photographié dans des décors artificiels et scénarisés par l’homme.
      L'exposition présente une trentaine de tirages 100 cm x 100 cm réalisés sur papier mat, ce grand format permettant d’instaurer un rapport « physique » avec l’animal photographié.
      La Revue des Deux Mondes a édité un hors-série consacré à In situ – États-Unis d’Éric Pillot.
      Le Prix de Photographie a été créé en 2007 à l’initiative de Marc Ladreit de Lacharrière, membre de l’Académie. Ce prix a pour vocation d’aider des photographes confirmés à réaliser un projet significatif et à le faire connaître au public.
      Le samedi 21 novembre, à 17h, aura lieu une rencontre entre Eric Pillot et Emmanuelle de l’Ecotais.
      Entrée libre
      http://www.academie-des-beaux-arts.fr/prix
      Informations pratiques :
      Palais de l’Institut de France, 27 quai de Conti, Paris VIe
      Du 22 octobre au 22 novembre 2015
      Exposition ouverte du mardi au dimanche de 11h à 18h
      Vendredi 23 octobre : ouverture au public de 15h à 19h
      Vendredi 6 novembre : ouverture jusqu’à 20h (vernissage du festival Photo Saint-Germain)
      Samedi 21 novembre : ouverture jusqu’à 19h
      Fermeture les mercredis 11 et 18 novembre

    • By phocom
      Dans le cadre du Festival Nomade 2015, l’Espace Photographique de l’Hôtel de Sauroy présente du 8 au 14 juin 2015 l’exposition et le livre Ce qu’il reste du photographe Olivier Kurcz.
      Un festival court, une exposition courte pour présenter un travail qui parle d’instants, de riens, d’éphémère. Un rien, c’est déjà quelque chose ; ce sont ces riens qu’Olivier Kurcz s’applique à photographier de façon plus ou moins abstraite, ces traces laissées d’une manière ou d’une autre par un geste humain qu’il croise à un instant de leur processus de décomposition et qu’il va ordonner dans son cadre. Des lignes qui fuient, des masses qui bouchent l’horizon, des reflets qui se chevauchent, de la matière dans la lumière. Quelle que soit la direction du regard de l’auteur, il se heurte enfin à l’objet et laisse peu d’espace au spectateur pour s’échapper. Parfois des gens se croisent, au loin, chacun dans sa propre absence. Éphémères, la série Les petits dieux le sont aussi. L’auteur assemble les figures de son panthéon personnel à l’aide de galets et autres bois flottés ou végétaux usés par le vent et la mer. Il les photographie et les laisse disparaître...
      A partir des années 90, Olivier Kurcz entame avec ses compères de la Triplette Infernale une aventure éditoriale inspirée par GLM et Fata Morgana. Une vingtaine de titres fabriqués avec soin en très petite quantité se succèdent en librairie. Poésie, contes, essais, arts graphiques, les Éditions de la Triplette infernale se risquent sur de nombreux chemins. Parallèlement, une revue souterraine : LAPS, affranchie de tout conformisme, fait le bonheur d’une centaine de happy few, ralliés des plus divers horizons.
      Vernissage le mardi 9 juin à 18h– Espace Photographique de l’Hôtel de Sauroy avec la présentation du livre Ce qu’il reste aux Editions de La Triplette infernale
      en présence du photographe
      Soirée-signature du livre Ce qu’il reste aux Editions de la Triplette infernale
      le vendredi 12 juin à 19h
      Espace Photographique de l’Hôtel de Sauroy
      58, rue Charlot, 75003 Paris
      Métro : Filles du calvaire / Temple
      Bus : 20 / 65 / 96
      Du lundi au dimanche de 11 h à 19 h
      Nocturne le jeudi jusqu’à 21 h
      Entrée libre
      Retrouvez toutes les informations et le dossier de presse sur :
      www.izo-rp.com
      www.kurcz.fr
      www.mairie03.paris.fr/mairie03

×