Jump to content

Ciné7

CLUB PREMIUM
  • Content Count

    7759
  • Joined

  • Last visited

Posts posted by Ciné7


  1. Il y a 6 heures, NOEL a dit :

    Rappel pour ceux qui ne s'en souviennent pas --> c'est ici  ... (voir le dernier commentaire :smile:...)

    Voir aussi et surtout le 2ème des 2 premiers commentaires, y a pas de raison ! Pourquoi que le dernier, cher NOEL :fete: ?

    (tiens, çà me servira de tenter le latin et merci pour la mémoire, la vidéo de bibix n'est plus disponible faute certainement d'anonymat).


  2. Bonsoir bibix et crackers !

     

    Anonyme mais occasion de faire enfin connaissance avec toi, bibix :eusa_clap: !

     

    Anonyme mais à la vue de tout le monde pour ses démonstrations. Pourquoi d'ailleurs le monsieur du quai de métro n'a pas prévenu une patrouille de police pour lui demander ses papiers et consulter le fichier des personnes recherchées ? On aurait su qui c'était :rolleyes: !

     

    Comment s'appelait la dame à l'abri bus et quelle est son adresse ?


  3. Il y a 2 heures, vibicchi a dit :

    Bonjour Thierry,

    Merci beaucoup si vous faites un test en mode entièrement automatique et en 4K UHD / 60p sans utiliser de profil de couleur et sans corrections avec l'ordinateur.

    Bonsoir vibicchi, j'approuve ta demande car ce testeur m'a particulièrement agacé à faire joujou avec la courbe ciné D en mettant certainement tous les réglages à 0 pour imiter une courbe log (dont sauf mise à jour ultérieure, la "vraie" n'est même pas intégrée).

     

    Ce qui m'agace le plus, c'est sa prétention à obtenir un meilleur résultat de ce qu'ont conçu les ingénieurs de Panasonic pour les composants de la caméra (dont le capteur).

     

    Heureusement en effet qu'on peut compter sur un test plus exhaustif et fiable par le site (Magazinevidéo).

     

    (EDIT pardon, je n'ai pas encore vu et visionné la suivante et donc, déjà merci Thierry P.).

    (EDIT 2 : pardon encore, les sous-titres indiquent aussi PROFILE CINE D (dé)GRADED. Test toujours autant faussé ! Je ne retire donc rien et surtout pas le merci à Thierry P. :blush2: !).


  4. Grand bonjour Christophe (titof) !

     

    Ton montage confirme à lui tout seul que tu as un excellent sens du récit (très finement structuré) qui peut te consoler de la fiction (ou dans un monde idéal, t'y encourager).

     

    Le diable se niche dans les détails et ici, il y a plein d'exemples que tu en possèdes le démon !

     

    Pour n'en citer qu'un parmi tant d'autres (dont dès l'ouverture après générique), le plan sur le soleil couchant au loin dans la mer qui suit juste celui du marin descendant dans son cockpit. En fiction et ses techniques de structuration, c'est là que tu as inversé les pôles et ce n'est qu'à l'animation (du parcours) que tu les as rétablis (En plus, comme dirait Joseph Campbell, "au retour avec l'élixir").

     

    Bravo, tu as su nous communiquer l'aventure !

     

    EDIT : jusqu'à même nous révéler de la meilleure manière et pile au bon moment, l'élixir (dans sa forme métaphorique, collé sous la coque du bateau une fois exposé sur le quai. Décodage à chacun).


  5. Salut Charlie, d'où ma préférence perso même au cinéma des acteurs à formation théâtrale. Il y a par contre la méthode de Jean Renoir (que lui a apprise Michel Simon) dont n'avait visiblement pas tenu compte Jean-Pierre Mocky (parce que sans doute soumis au chronomètre sur ce type de production).

     

    D'ailleurs, j'ai trouvé Jean-Pierre Mocky particulièrement zen et sous un bon jour sur Ce coup (l'âge l'ayant assagi) mais j'ose à peine imaginer le tsunami de soufflantes sur la pauvre comédienne si c'était Claude Sautet (les techniciens n'auraient même pas pu murmurer pour proposer sur 2 angles).

     

    crackers, pour les voix off, tu reprends sans peut-être le savoir, la méthode de Georges Leroy du conservatoire national (dont il faut ajouter de dire linéairement chaque partie séparée et ne jouer que chaque dernière syllabe). Les gars, quel bol d'avoir pu rencontrer un sociétaire de l'époque :eusa_think: !

     

    Je trouve que les comédiens amateurs de ce sketch ne posent aucun souci (c'est la direction qu'on leur a donné qui perso, me chagrine).

     

    Bravo vraiment à eux (et à toi, crackers, d'avoir su les capter !).


  6. Déjà, une différence pour dissocier tout çà : les "préfixes" AG pour les CX et HC pour les que X ! Les AG accepteraient les cartes mini P2 et les HC manifestement pas. C'est tout de même significatif pour en déduire les clientèles ciblées

     

    Le complément XLR différencie les 2 HC-x1500 et 2000 mais à voir pour les 3 AG-cx (?).

     

    (crackers, à défaut de plus grands capteurs qui ne se justifient sans doute pas pour l'usage de ces nouvelles séries, la promo mise encore sur le slowmotion pour les fashions victims pour se justifier de rester dans la course mais tu as raison, 1" deviendrait un minimum).


  7. C'est même l'occasion grâce à la vidéo de BiffTannen, de casser la légende que perso, je croyais toujours que Buster Keaton était plus fortiche que notre Bébel national qui lui n'optait jamais pour de tels subterfuges puisque ne souffrant pas de vertige (... moi si, snif !).

     

    A pardon, un conflit ? Non, un retour au compromis sur la vraie histoire :blush2: !

     

    (Salut NOEL, bien ce petit tissu formateur rajouté dans la boîte pas que pour l'anecdote !).


  8. il y a une heure, BiffTannen a dit :

    Je vois pas pourquoi tu te ferais des ennemis...

    IDEM !!!

     

    Salut tous, il ne s'agit même pas d'un conflit issu de la nouvelle vague, opposant les partisans du tournage en studio et ceux du tournage en extérieurs car au contraire, c'est un vrai compromis des 2.

     

    Déjà en effet BiffTannen, sujet d'ingéniosité à des époques de moins en moins révolues au vu des budgets actuels car axées sur le meilleur rapport qualité/prix des techniques.

     

    Non Tim, aucun ennemi en vue !


  9. Oui crackers sauf que tu coupes le pano (le mouvement) au montage ou que 2 caméras montrent chacune séparément un des personnages.

     

    Sur le pique-nique, une caméra sur Muriel Robin ET Jean-Pierre Darroussin et l'autre caméra sur Pascal Légitimus et Artus de Perguern.

     

    C'est vrai que c'est plus une ligne de démarcation que des 180° mais qu'il faut respecter quand-même pour la grammaire des regards.

     

    Hier soir sur Ciné+, un docu montrait justement à un moment Jean-Pierre Mocky amené à réfléchir avec son équipe sur l'option d'un plan d'ensemble sur 2 comédiennes discutant sur un canapé mais à la répétition, l'une des 2 ayant commis 5 erreurs dans le texte de ses répliques et dans la façon de les dire, il fallait peut-être envisager sans changer de place la RED, de diviser en 2 prises (edit : en plans plus rapprochés) sur chacune pour limiter les dégâts et refaire à part celles sur la comédienne se trompant souvent.

     

    Cà n'arrangeait pas du tout Jean-Pierre Mocky qui regrettait d'avoir ainsi à les séparer sur une scène devant montrer leur amitié complice.

     

    (Car c'est vrai que le sens voulu d'une scène influence forcément les décisions).


  10. Non, tu as parfaitement raison puisque les angles créent leur propre ligne des 180°. Ce qu'il faut comprendre (et donc en effet préciser) sur le plan général du pique-nique, c'est que c'est lui qui fixe la ligne des 180° qu'il ne faut plus franchir dans les plans suivants.

     

    Comme si tu coupais ou ignorais cette ligne sur ton schéma (qui est bien un plan de scène) en en créant une nouvelle entre les acteurs qui se regardent face à face (et non plus autour d'un cercle). Mais du coup (et c'est un droit) tes caméras se positionnent sur 2 côtés opposés au prix d'un point de vue qui devient externe.

     

    Si tu étais un 3ème convive, tu n'irais pas te lever et te placer de chaque côté de la table pour systématiquement rester face à l'un ou l'autre convive dès qu'il prend la parole.

     

    Le choix de Coline Serreau est que les 2 caméras restent du même côté pour se compléter et ne jamais s'opposer (selon une ligne des 180° prédéfinie afin d'un point de vue interne).

     

    (Oui, en fait, je t'ai suggéré et même encouragé à un point de vue interne propre à un spectateur de théâtre qui assiste à la pièce assis dans son fauteuil et qui ne voudrait pas avoir à se lever et monter sur scène pour suivre le spectacle. Je te propose finalement de mettre tes spectateurs à toi dans la même attente).


  11. Salut F. Productions et Tim, je trouve en effet l'idée (excellente !) mais dont le traitement n'aurait pas dû autant miser sur un texte en mots et une voix-off (que perso, j'entends peu et plus du tout sous les commentaires télé des images d'appolo).

     

    Bravo en tous cas pour les moyens réservés qu'à l'image puisque d'ailleurs, un poète ne se résume pas à s'asseoir écrire des mots et à se vêtir d'un costume de Pierrot pour se démarquer de celui d'un astronaute peut-être tout autant poète que lui mais lui réalisant son rêve (belle base technique d'antagonisme plus en profondeur).

     

    Le comble serait d'imaginer que la rumeur soit vraie que les images sont tournées en studio par le poète Stanley Kubrick !

     

    (Bravo néanmoins au jeune comédien et au service qu'il décide de rendre)


  12. Je revois la photo de tournage et je pense que le monsieur aux cheveux gris (et à la même coiffure que moi) juste au dessus de Pascal Légitimus, s'apprête à mettre à son épaule sa Sony HD750 (ou s'en soulagé en la posant quelque part). Tout en ne s'éloignant pas de son comparse !


  13. Bonjour crackers et bravo pour ta très bonne résolution (d'affiner ta méthode intuitive et en fait, t'appuyer sur sa logique de base plus facilement reproductible).

     

    Juste pour te préciser qu'un champ/contre-champ oblige à passer la ligne des 180° puisque tu filmes par exemple un dialogue face à face (plans vus de chaque côté de la ligne des 180°). Là, il s'agit en fait de reproduire ta propre observation comme si tu étais toi-même assis sans bouger de place dans le cercle des randonneurs qui pique-niquent ensemble (quand tu es à table avec un groupe, ton regard quand tu discutes, écoutes, observes, médites, etc ... se mélange inconsciemment entre différents angles et différentes focales).

     

    C'est donc ton point de vue et donc ton propre regard que tu inclus dans TA grammaire des regards.

     

    Il me semble que c'est ce que tu as déjà bien tenté sur Réclamation (et qu'il te faut donc affiner ou plutôt t'approprier plus consciemment pour servir ton intuition).

     

    Je te précise autant qu'à titof, que j'ai bien fait le distingo entre la méthode de Coline Serreau pour ses films et ce que tu peux en retenir en tout ou partie (et surtout à ta façon) pour et sur une scène de théâtre (dont je te félicite de l'occasion que tu t'offres en soutenant aussi généreusement ce projet).


  14. il y a 18 minutes, titof44 a dit :

    Dans mon club les scénarios sont tous écrit avant d'être tournés.

    Oui pardon, titof. Mais c'est le cas aussi pour Coline Serreau.

     

    Pour crackers, il y a le texte du sketch et la mise en scène déjà en place avec les comédiens.

     

    Il n'a qu'à se préoccuper que des angles et focales de prises de vues et du découpage (emplacements des caméras qu'elles soient 2,3 ou 4 et les angles et focales auxquelles chacune est affectée.

     

    Il peut prévoir des plans de scènes pour s'aider mais la méthode de Coline Serreau (à laquelle j'adhère fortement) permet de partir sur un principe le plus simplifié possible et d'envisager le vrai découpage qu'une fois sur son logiciel de montage (et préservant le dynamisme voulu à la mise en scène ou tout simplement par le texte).


  15. titof, le storyboard est institué par Hollywood parce que pour équipe nombreuse où on est davantage certain qu'un maximum pourra plus vite percuter sur des dessins que sur des textes descriptifs.

     

    En France, c'est plus admis pour les séquences demandant des renforts d'effectifs donc plus rares. Ce type de projet de Coline Serreau ne réclame pas de storyboard sauf pour les plans à effets spéciaux mais dessinés sur ordi par les équipes (de renfort) spécialisées.

     

    L'avantage d'avoir les BD ou DVD, c est les making of (mais ceux de Coline Serreau insistent sur les souvenirs conviviaux mais montrent ici quelques dessins des futurs effets 3d (sur les rêves des personnages pendant le sommeil. Ereintés qu'ils sont après une dure journée de marche et d'insultes !).

     

    Non, dans les autres cas, storyboarder, c'est pour que le réalisateur se rassure (car peut-être encore hésitant) mais franchement, ok les plans de scène mais avec sa logique dans sa tête, çà se passe très bien une fois sur place (puisqu'on sait déjà ce qu'on veut et donc, ce qu'on fait et qu'il n'y a plus qu'à palier les éventuels imprévus).


  16. Ce n'est qu'un exemple qui ne concerne ni Saint Jacques, ni Chaos. C'est pour te montrer un principe de préparation.

     

    Sur le plan général, il y a une caméra d'où l'image que tu vois est filmée. Certainement le steadycamer pour revenir plus près pour la suite des plans Robin/Daroussin.

     

    Oui, tu as raison, la seconde caméra sur Légitimus et De Perguern a dû s'éloigner et  descendre un peu plus (sur la gauche) pour pouvoir cadrer Légitimus et De Perguen (de face) mais sans jamais passer la ligne des 180°.

     

    La grammaire des regards est le découpage selon les directions de regards entre les acteurs et qui définit les angles et les emplacement les plus adaptés (sans les démultiplier). On reste sur chaque angle, sur des plans moyens et rapprochés.

     

    (Dans une autre scène d'une tablée dans un gite, seul un gros plan a été décidé pour filmer une main approchant la panière à pain et une autre se saississant d'un morceau de pain. Ils étaient toujours en train de s'insulter même hors champ et en voix of).

     

     


  17. Et ben, entraînes toi comme sur un banc de montage.

     

    Tu prends les plans sur M Robin et JP Daroussin dont le plan général du début puis les plans sur P. Légitimus et A. de Perguern.

     

    Il n"y a bien que 2 angles principaux (donc 2 caméras) et que des changements de focales ou d'angles sur chacun des acteurs d'un même angle parfois séparés en seul plan chacun.

     

    Cà donne une idée de la préparation mais à partir d'une seule logique.

     

    D'ailleurs, titof inclut certainement dans "storyboad", les plans de scène :

    Résultat de recherche d'images pour "plan de tournage images"

     

    Là, je suis d'accord !

     


  18. Jamais très loin et chacun son cadre et son angle (en zoomant ou dézoomant hors prise de vue) et aucun ne fait le tour pour se retrouver de l'autre côté de la ligne des 180°.

     

     

    (c'est bien la même caméra de ce plan général qui reste sur M. Robin et JP Daroussin sur les plans suivants d'après moi zoomés).

     

    La méthode a un coût que perso, j'ai consenti. J'ai acheté le bluray de Saint-Jacques (car tourné en HD) et le dvd de Chaos (tourné en sd) que pour çà (heureusement que les scénarios et les acteurs sont bons).

     

    Je les ai ainsi à dispo en permanence pour les besoins de révision (d'ailleurs, le hasard a voulu que je me sois repassé Saint-Jacques hier soir justement dans cet esprit).

×
×
  • Create New...