Jump to content

PrinceHamlet

Membres
  • Content Count

    51
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About PrinceHamlet

  • Rank
    Membre Christophe Colomb

Contact Methods

  • URL de votre site (si existant)
    http://www.princehamlet.fr

Profile Information

  • Lieu
    Marseille

Recent Profile Visitors

551 profile views
  1. Bonsoir à tous, Dans un film de 2006, « Slevin », il y a une réplique de Morgan Freeman qui, à elle seule, mérite qu’on s’attarde sur ce polar, par ailleurs oubliable: « Si quelqu’un te dit que tu es un cheval, frappe le au visage. Si une deuxième personne te répète que tu es un cheval, tu peux commencer à te poser des questions. Si une troisième personne te soutient que tu es un cheval, il est temps d’acheter une selle ! »… Ce court préambule n’est bien évidemment destiné qu’à souligner dans quel état d’esprit j’ai pu appréhender vos remarques. Naturellement, la lecture de vos jugements quasi unanimes m’a navré. Ayant facilement tendance à douter de la pertinence de mes choix, vos commentaires m’ont naturellement troublé (Un cheval ? Moi ?). Il va de soi que proposer ici son travail implique l’idée que certains intervenants ne partagent pas mes choix. Pourtant, ce ralenti tant décrié, je l’emploie mêmement depuis mon premier vol en drone, essentiellement, à l’origine, pour stabiliser les mouvements. Et, trouvant que cet étirement temporel renforçait l’aspect onirique de la séquence, j’y ai pris goût, lui trouvant même un sentiment esthétique qui me comble. Un procédé que je suis allé reproduire une fois cloué au sol par la législation, la nacelle conservant la fonction de fluidité dont elle disposait sur le drone. Je lis également qu’on me reproche d’avoir éliminé le plan fixe (j’apprends même qu’il n’y en a que 10 secondes, ce qui me surprend, je pensais qu’il n’y en avait pas du tout !). Ayant travaillé autrefois essentiellement sur fond bleu (notamment pour le clap d’or où j’ai d’ailleurs été jugé 5 fois, cher Thierry (2 fois, c’est le nombre de fois où j’ai été primé)) j’ai longtemps dû me contenter de plans fixes, et toutes les nacelles actuelles (drone ou manuelle) m’ont enfin offert une liberté de mouvement dont je n’entends pas me passer. Ce qui me surprend le plus, ce ne sont d’ailleurs pas ces griefs que j’admets humblement (après tout, les goûts et les couleurs…), mais plutôt que l’on me dise ce que j’aurais dû faire, afin que ma proposition soit réussie… Quelle étrangeté ! Si je l’avais réalisé d’une autre manière, ce n’aurait pas été mon film à cet instant de ma vie… n’ayant pas d’images à vendre, je n’ai guère de chemin particulier à suivre pour glaner une quelconque popularité audiovisuelle. D’ailleurs, comme disait Cocteau : « ce que l’on te reproche, cultive le: c’est toi »… Croyez bien, quoi qu’il en soit, que j’ai tout à fait été attentif à vos messages et que je comprends parfaitement vos remarques, même si je ne les partage pas toujours. En outre, s’il n’y avait pas eu les apaisantes paroles de Thierry, qui a su idéalement décrire mes intentions sans en avoir eu vent, et qui m’a ainsi rappelé que j’étais le seul maître de mes choix, je n’aurais probablement même pas osé exprimer mon sentiment. Merci à lui, donc, mais également à vous tous, car je ne doute pas, par ailleurs, de l’honnêteté de vos intentions. PS: Ultime détail technique, la musique est originale et à été composée par mon ami Jean-Luc (avec un vrai orchestre de cordes ! J’en ai de la chance !).
  2. Bonjour à tous, comme vous le savez probablement, la possibilité de filmer au moyen d'un drone devient parfaitement impossible en agglomération. A l'été 2017, j'ai pu arpenter le pavé romain avec, la mort dans l'âme, l'obligation résignée de me passer de mon medium aérien. Pour pallier cet abandon, et pour rester dans les clous de la loi transalpine, j'ai choisi de poursuivre ma quête du travelling au moyen d'une petite nacelle DJI Osmo. De fait, à la vue du film, on a un peu l'impression qu'il a été filmé par un drone qui aurait le vertige et se contenterait, conséquemment, de voler au ras du sol (et de manière peu véloce, qui plus est)... Je vous livre ici le fruit de ce tournage contraint :
  3. et le petit garçon qui y tient un des deux rôles est aujourd'hui le bassiste du clip de ce post (oui, il a grandi en hauteur, en largeur et en barbe...)..
  4. Haha mais je la connais bien cette K7 parce qu'il y avait un de mes films dedans (si je ne me trompe pas, c'est Virtual Voodoo, visible ici, en principe) :
  5. Cher, tu as parfaitement raison. Il n'est effectivement question que d'ambiance, ici. A l'époque du Clap d'Or, je me souviens de l'importance du scénario, un prés-requis dans lequel je ne me sentais pas toujours à l'aise tant le versant esthétique était le plus important à mes yeux (comme disait Hugo "la forme c'est le fond qui remonte à la surface"...). Ici, nul besoin de raconter une histoire et je me suis attelé avant tout à ce que l'image reflète l'atmosphère musicale. C'était mon souhait de départ, mais en plein accord avec le groupe auquel j'ai demandé pour seul émolument d'avoir le final cut. En ce qui concerne les paroles, je pense pouvoir te les obtenir puisque c'est mon fils qui les a écrites. Je t'enverrai ça dès qu'ils me les aura communiquées. A probablement bientôt, donc...
  6. Merci à tous pour vos retours vraiment vraiment vraiment (ai-je suffisamment insisté sur le vraiment ?) aimables !
  7. Bon, voici donc mon premier clip vidéo (en fait j'en ai tourné quelques autres, mais c'est la première fois que j'ai le director's cut). Il s'agit d'une chanson écrite par mon fils pour son groupe. J'ai voulu profiter d'images que j'avais tournées à NY en 2016 pour laisser supposer que le clip se déroulait sur place, par la magie du fond vert et de l'incrustation. La contrepartie de cette proposition aventureuse étant un nombre d'heures de post prod hallucinant (on va dire que j'y ai passé une bonne partie de l'été). Bien entendu il ne s'agit pas à proprement parler d'un travail réaliste mais plutôt de creuser une atmosphère rappelant un peu celles de mes photos (www.princehamlet.fr pour les oublieux), dans une sorte de New York un peu désert. Voilà voilà... C'est ici:
  8. Tu as sans doute raison, mais le bullet time une fois upgradé a un rendu vraiment moyen moyen. Et comme je ne suis pas bien sûr que cette plaisanterie mérite la full HD, je ne me suis pas trop foulé, je le confesse. Par ailleurs, leBullet time est dans les dix dernières secondes. Et merci pour vos avis, bien entendu !
  9. non non, c'est monté avec Premiere mais j'ai limité à 720 parce que le Bullet Time (qui se trouve dans les 10 dernières secondes) est en 720 natif.
  10. voilà... un petit essai avec l'insta 360 ONE avec (en fin d'essai) sa perche à Bullet time... c'est ici:
  11. Un chaleureux remerciement à tous ces bien agréables commentaires qui m'encouragent au meilleur moment (la législation nationale et internationale étant de plus en plus contraignante, je confesse une lassitude légitime que vos messages ont heureusement tendance à gommer). Pour ce qui est de la caméra, ayant été contacté, du fait de mes apparitions sur Youtube, par divers prestataires intéressés par l'achat de mes images, j'ai pu changer ma machine et je pilote donc désormais un INSPIRE 1 de DJI (doté de sa caméra native). L'immense avantage étant que les images sont automatiquement corrigée de la déformation en barillet due au grand angle (ce qui me permet un vaste gain de temps), sans parler de l'excellente stabilisation et, surtout, pour le piètre technicien aérien que je suis, j'ai ressenti une impressionnante amélioration du confort de pilotage, du moins par rapport à mon vieux DJI 550. Bref, si l'on fait abstraction du prix (mais il commence à être soldé, du fait de l'apparition d'une déclinaison "pro", évidemment) je n'ai que des éloges à faire sur ce produit. Encore merci pour vos commentaires et bonne soirée à tous.
  12. Merci à tous pour vos aimables commentaires. Pour ce qui est de l'idée du plan fixe, il s'apparente, pour mon goût personnel, un peu trop à la photographie, que j'ai longtemps pratiquée ( j'ai même un site: www.princehamlet.fr ). Faire une image "plein ciel" de Venise, fixe, revient, selon moi, à se priver de l'intérêt du drone, cette fascinante machine à travelling. Le cerveau n'a peut-être pas autant de temps d'analyse qu'à l'arrêt mais il faut tempérer cet argument par le fait que je travaille à 60 images secondes, ce qui laisse bien davantage au regard la latitude d'observation que les traditionnelles 23,976 im/sec. Pour ce qui est de l'intervention des forces de l'ordre, il semblerait qu'il y ait une sorte de plan vigipirate local, particulièrement autour des monuments les plus fameux, et ce, même aux aurores. On dira que ça m'a permis d'explorer davantage des lieux moins courus et tout aussi fascinants (je pense tout particulièrement à cet adorable pont à 1'15'' (vu d'ailleurs dans "tout le monde dit I love you" de Woody Allen) ou au squero San Trovaso (l'atelier des gondoles) à 2'07''). Enfin si je suis ravi de votre satisfaction à la vue du dernier plan, c'est le travelling arrière sous les arcades du palais des doges (6'45), enchaîné avec une montée sur la façade, sans cut, qui m'a posé le plus de problèmes. Bon dimanche à tous, quoi qu'il en soit.. PS: Les images du premier Venizavion ont été sollicitées par le réalisateur du dernier clip d'Umberto Tozzi. C'est ici, pour les curieux:
  13. Un peu comme chaque année, à peu près au même moment, Venizavion réapparaît (cette fois, il s'agit de l'Opus N° 3). Hélas, cette fois ci, m'étant fait surprendre , malgré l'heure (6h 45, c'est quand même assez tôt) par la maréchaussée locale (carabiniere est l'exact terme indigène), j'ai dû écourter largement les prises de vues, et surtout m'éloigner des zones touristiques habituelles, histoire de ne pas goûter aux geôles du crû. De fait, le métrage est sensiblement plus court (peut-être est ce un mal pour un bien, histoire de satisfaire ceux qui trouve mon propos longuet). Par ailleurs, après 3 mois de montage, d'étalonnage et de synchronisation avec la musique (oui, je sais, je suis un besogneux dont la productivité laisse franchement à désirer), j'ai eu la désagréable surprise de voir ma vidéo bloquée par Youtube, du fait de l'emploi de musiques soumises à droit d'auteur. N'ayant encore jamais rencontré ce problème (les musiques libres de droit ne me satisfaisant pas du tout, et n'ayant pas le temps, maintenant, de composer une partition originale) je me suis tourné vers Viméo qui, apparemment fut moins chipoteur sur ce délicat sujet des droits audio (la contrepartie étant que la vidéo plafonne en 720, quand je visai le 1080). Je laisse à votre curiosité le soin d'apprécier (ou pas) le résultat de ce (pénible, cette année) travail. C'est ici:
×
×
  • Create New...