Jump to content
zhiyun

 

Participez nombreux ! 5 lots à gagner

 

Jeep35

Membres
  • Content Count

    20
  • Joined

  • Last visited

A propos de Jeep35

  • Rank
    Membre Christophe Colomb

Profile Information

  • Lieu
    Bretagne
  • Intérêts, passions
    Postproduction

Recent Profile Visitors

623 profile views
  1. Jeep35

    Jeep35

  2. Certes mais dans 500 ans quel sera l'état d'une pellicule quand on voit la lente dégradation de diapositives pourtant conservées dans les meilleures conditions (je sais de quoi je parle !). Quel projecteur aura t-on dans 500 ans pour visionner les pellicules qui seront truffées de points d'humidité, de déformations dues à la transformation du support. Si on pérennise, au fur et à mesure des progrès techniques, la sauvegarde numérique, on pourra, à mon avis, continuer à visionner des œuvres numérisées dans des centaines d'années. L'inconvénient de la pellicule (et ce ne sont pas les projectionnistes qui me contrediront) est qu'elle est soumise à des réactions physiques inhérentes à son statut : casse, rayures ainsi qu'aux conditions de stockage. Le numérique s'affranchit largement de ces inconvénients. Mais c'est sûr que c'est un vaste débat !
  3. Je parlais bien du fichier original, par exemple un fichier vidéo MPEG-4 de 300 Mo que l'on veut passer en DCP. Au bout des 5 heures on aura un DCP qui fera pas loin des 10/15 Go. Si on a plusieurs PC en réseau, chacun peut prendre en charge une partie du travail et donc réduire le temps de façon très importante. Il faut aussi penser qu'on n'est pas systématiquement obligé de faire un DCP en 4K. Les DCP 2K sont souvent exploités commercialement pour la pub au cinéma par exemple parce qu'on n'a pas forcément besoin d'une super définition. Evidemment une production 2K ira beaucoup plus vite à générer.
  4. Je confirme ce que dit Charlie pour avoir un 5D et n'avoir jamais raté quoi que ce soit à cause d'une lenteur.
  5. Au fil du temps, on voit que le cinéma numérique prend une place importante dans l'équipement des salles de cinéma. Même dans les salles situées dans des communes de faible importance, ce phénomène prend de l'ampleur. Pourquoi ? Parce que d'ici quelques mois, la diffusion en pellicule 35 mm ne sera quasiment plus possible pour les salles de cinéma sauf à diffuser des films plutôt anciens avec les aléas de pellicule pas forcément de première fraîcheur. La survie des salles passe donc par un investissement de l'ordre de 50 000 à 60 000 € pour posséder un projecteur numérique pour le d-Cinema. Quelquefois ce sont les communes qui subventionnent la salle au nom du maintien de ce lien culturel. Il existe également des subventions de la part des diffuseurs sous la forme de prêts à rembourser sur plusieurs mois. Bref, le d-Cinema est maintenant officiellement en place. Le d-Cinema se décline en deux formats : 2K (2048 x 1080) et 4K (4096 x 2160) avec une norme de présentation impérative : le DCP (Digital Cinema Package). C'est ce package qui doit être injecté dans le vidéoprojecteur pour pouvoir fonctionner. On ne peut pas injecter un simple fichier MP4 fut-il en version 2K ou 4K. Comment est créé un package DCP ? Le principe de base est de transformer une réalisation donnée en un fichier compilé à partir des x images du film transformées en JPEG2000. Une réalisation de 10 minutes à 24 images/secondes comprendra donc 14400 images en JPEG2000 de la résolution envisagée (2K ou 4K). D'autre part, le son est lui transporté à part sous forme de canaux stéréo, 5:1, 6:1 ou 7:1 selon le cas. Le package comprendra donc la compilation des 14400 images plus le fichier audio, chacun étant sauvegardé dans le format MXF. Un autre fichier "Sous-titres" peut selon le cas être également ajouté pour les réalisations en VO sous-titrées. Le package comprend un fichier XML qui donne les instructions sur les fichiers qui doivent être injectés au vidéoprojecteur. Quel intérêt pour un utilisateur d'un logiciel de montage lambda ? Certes on ne va pas imaginer qu'un utilisateur lambda va investir 60 000 € pour diffuser dans son salon mais les opportunités de diffuser dans une salle numérique ne sont pas rares. Certains propriétaires de salle acceptent de recevoir des clubs ou organisateurs de festivals les jours et heures où le cinéma n'est pas ouvert au public ou bien, ils peuvent louer la salle pour une soirée projection d'un club. Dans les petites salles qui ne sont pas forcément ouvertes 7 jours sur 7, c'est souvent possible. Nous qui sommes déjà habitués à travailler en HD, le passage au format 2K ou 4K est tout à fait envisageable d'autant que les APN, même moyen de gamme, permettent au moins ces résolutions. Il sera donc facile de sortir un montage pour le mettre à la norme d-Cinema. Comment générer un package DCP ? C'est une opération assez longue mais facilement réalisable avec soit des outils payants soit des outils du domaine public. Le seul souci sera de les visionner sur un moniteur "classique". Pour cela il existe des visionneuses qui, en temps réel, transforment le fichier terminé en fichier visualisable sur son PC pour vérifier que le rendu est OK. Ces visionneuses ne sont pas gratuites mais elles existent. A titre d'exemple, un fichier original de 300 Mo prendra environ 5 h avec un PC moderne pour créer le package DCP. A ce sujet, j'organise les 22/23 mars prochains un atelier "Postproduction numérique" à l'hôtel Campanile de Fougères (35300) autour du logiciel ProShow Producer avec lequel je produis déjà à titre professionnel. Les participants recevront un dossier comprenant une documentation complète sur la fabrication d'un DCP ainsi qu'un DVD comprenant TOUS les outils pour le créer. A noter, qu'à cet atelier, je remettrais l'un des logiciels les plus performants et les plus rapides pour créer un DCP puisqu'il peut prendre en compte une installation comprenant plusieurs PC en réseau pour lancer le job de calcul en mode partagé ce qui diminuera de façon drastique le temps de traitement. Vous pourrez donc mettre par exemple en réseau un portable et une tour pour effectuer le travail. Je reste à votre écoute pour tout complément d'information.
  6. Je suis en EURL dont en statut société avec l'imposition classique des sociétés. Le statut auto-entrepreneur ne peut pas m'aller car j'ai un C.A supérieur aux butées de l'auto-entreprise et de toute façon je n'aurai pas opté pour ce statut même si j'avais été dans les clous, mais ce n'est qu'un avis personnel. Je ne fais pas que des mariages (heureusement car ça devient très minoritaire chez les photographes). Je fais de post-production audiovisuelle pour les entreprises et depuis un an je travaille en format DCP (d-Cinema) pour les réalisations devant être projetées dans les salles numériques.
  7. Je ne suis pas sur le forum depuis longtemps donc je n'ai pas vu en son temps ce fil. Oui il existe à la fois des tutoriels, une documentation, un patch français et des ateliers et séminaires sur ce logiciel. Le forum spécialisé sur ce logiciel est ici http://wwww.breizhbleu.com/Forum3
  8. Pour filmer avec le 5D j'ai un kit vidéo d'épaule et de trépied qui le transforme en véritable caméra HD avec capteur plein format, avec objectifs interchangeables ce qui est de loin bien supérieur à la plupart des caméras moyen de gamme et quelques haut de gamme. EN fait, dans l'extrait que j'ai montré dans ce fil, il n'y a aucune vidéo, ce ne sont que des images fixes auxquelles j'ai donné des mouvement légers de zoom et de panoramique. Je garde la vidéo pour les moments qui doivent rester mémorisés chez les mariés : échange des alliances, discours du maire, fête le soir. Le reste est constitué d'images fixes qui sont souvent plus éloquentes qu'un clip vidéo qui n'apporte rien de plus. Au niveau de l'autonomie, j'ai un pack qui se fixe sous le boîtier où je peux avoir deux batteries en série et ça me suffit pour toute la journée. Au Kenya j'ai filmé et shooté plus de 300 images/clips par jour sans changer la batterie de la journée. J'ai installé le logiciel Magic Lantern (gratuit) qui me donne des plus par rapport au firmware de Canon et notamment le tournage de clips vidéo en RAW ce qui est un très large plus ! Je n'utilise que de la musique libre de droits que j'achète ou que je trouve sur des sites spécialisés. Si les mariés veulent une musique particulière non libre, ils en assument eux-mêmes le choix (déclaration à la SACEM et paiement éventuel des droits) cela fait d'ailleurs partie des clauses du devis.
  9. Un reportage de mariage représente effectivement entre 40 et 60 minutes selon le nombre de personnes invitées car il faut penser à les voir toutes à un moment donné ce qui augmente l'intérêt du DVD ou du Blu-ray dont les ventes supplémentaires vont augmenter du fait de leur faible coût par rapport à des photos papier uniques. Un DVD supplémentaire (par rapport à ceux fournis dans le forfait des mariés) est vendu 15 € soit environ le prix d'un seul tirage papier. Quand je réalise ce genre de travail, il y a généralement 6 parties : - en toute intimité (celle que j'ai montrée plus haut) qui comprend les photos plus intimistes (préparatifs, photos du couple avant la cérémonie pour éviter la foule !!) - la cérémonie religieuse - la cérémonie civile - le vin d'honneur - la soirée - galerie de portraits (cette partie comprend des instantanés pris au cours de la journée et difficilement intégrables dans l'une ou l'autre des autres parties) Concernant le prix, c'est à peu près celui du marché des photographes professionnels travaillant avec album et tirages papier mais nous sommes très peu nombreux à faire ce genre de prestations audiovisuelles et pourtant j'organise des stages pour tous afin qu'ils se mettent aux goûts des futurs époux qui sont très friands de ce type de reportage audiovisuel.
  10. Le reportage est un tout : prises de vue photo et vidéo sur l'ensemble de la journée jusque tard dans la nuit et comprend la fourniture de DVDs, d'un Blu-ray, de quelques tirages papier et cartes de remerciements. En option, j'ai un forfait qui comprend le montage sur une tablette Samsung 10" qui est incluse dans le prix. Le prix est fonction du contenu du forfait (de 1000 à 1500 € selon les cas)
  11. Je travaille avec un Canon 5D Mark II qui me permet d'allier photo ET vidéo en HD. Ensuite, je propose le reportage sous la forme d'un DVD, d'un Blu-ray, d'une sortie HD pour tablette numérique, ... 80% du contenu est en images fixes mais que j'anime par des mouvements lents pour donner de la vie aux images et faire penser qu'on regarde un film. Cette solution est très appréciée des futurs époux car plus économique en général qu'un album qui reste sur une étagère au bout de quelques semaines. La solution DVD ou Blu-ray permet de fournir des exemplaires complets du reportage pour un prix dérisoire à toute la famille qui apprécie également cette solution A titre d'exemple la première partie (d'un reportage en 6 parties) sur ce lien. Ne cherchez pas à passer en HD ou plein écran, je ne l'avais pas téléchargé en HD à l'époque. Logiciel de montage : ProShow Producer
  12. Intro et Sad Memory se trouvent sur Best of 2006-2009, The Lost Hope se trouve sur Ocean Dreams
  13. Surtout que je pense que tu avais une idée intéressante mais à l'arrivée, ça ne rend pas quelque chose facile à faire aimer.
  14. Je n'arrive pas à ressentir un intérêt même artistique voire technique sur cette vidéo.
  15. Deux jeunes lions dans la réserve du Maasaï Mara regardant chacun de leur côté donnent cet effet de miroir. La principale difficulté était les hautes herbes qui ne permettaient pas d'utiliser l'autofocus en toute sérénité !! Appareil Canon 5D Mark II ISO : 200 F/8 1/320 Obj : 100-400 à 400 mm
×
×
  • Create New...