Jump to content

homard

Membres
  • Content Count

    269
  • Joined

  • Last visited

A propos de homard

  • Rank
    Membre Assidu

Recent Profile Visitors

2204 profile views
  1. Si c'est pour une action-cam à angle de champ large donc en plan fixe, peut-être utiliser un bras magique ou un clamp s'il existe une possibilité de fixation. avantages : moins cher et personne ne se prendra les pieds dedans.
  2. Démarrer les caméras en décalé de quelques secondes ou/et utiliser un enregistreur audio externe ... ça permettra de boucher les trous.
  3. En Android : https://videonline.info/pocophone-f2-pro-le-bon-android-pour-le-mojo/ mais ils sont quand même plus branchés Apple ...
  4. "Rubber", le début d'une mode il y a 10 ans ou le DV il y a presque 25 ... mais depuis quelque temps, avec peu de moyens, on se tournerait plutôt vers le smartphone pour marquer son originalité ... quoiqu'il en soit et comme dit plus haut, l'essentiel ça a toujours été ce qui se passait devant la caméra et le talent des gens derrière.
  5. Pas tout à fait mais l'équipe de "Rubber" était réduite : https://www.imdb.com/title/tt1612774/fullcredits?ref_=ttspec_sa_1
  6. Non, non Crackers, on est d'accord que la longueur de fil est pratique pour une interview posée avec les participants assis ou debout ne se déplaçant pas. Pour une interview en travelling marché, rien ne vaut le HF, on est d'accord, d'ailleurs j'en ai une dizaine, main, cravates, pour instruments. Faute de HF, l'enregistreur audio, dans le cas précité, un smartphone avec une appli audio, j'ai trouvé que le câble des Boya était vraiment très long mais en prenant des précautions à l'installation ... ce qui est toujours à assurer avec des cravates HF ou non ... on devrait s'en sortir après avoir testé l'installation. Les cravates filaires "pro", eux, autre concept, ils possèdent un câble relativement court entre tête micro et boîtier d'alimentation et on rajoute une rallonge XLR symétrique ... bien plus fiable que la connectique en mini-jack asymétrique qui n'aiment pas les grandes longueurs parfois perméables aux parasites radio-électriques mais la différence de prix entre Tram ou Sanken et nos Boya c'est du rapport 1 à 8 et même plus.
  7. Les Boya BY-M1 sont livrés d'origine avec 6 m de câble ce qui est beaucoup trop, ce qui m'avait poussé à le remplacer par l' Aputure A.Lav plus cher, à 35 € pour enregistrer sur un smartphone dans la poche. Pas mal, un peu moins sensible que le Boya. Par contre n'existe pas en double tête. Il faut savoir qu'avec le double tête tout est enregistré sur le même canal et non sur des canaux séparés mais j'ai été surpris du résultat toutefois je ne l'ai pas testé dans une cacophonie où les porteurs se chevauchent. Pas eu de gros bruits de câble, l' Aputure est livré avec étui, un enrouleur, une bonnette à poils et du mini-gaffer pour sécuriser le trajet de câble. Tous ces modèles peuvent être utilisés sur smartphone, recorder, DSLR et caméra.
  8. Si ce n'est que pour enregistrer qu'un seul personnage mieux vaut utiliser le Bota BY-M1 à simple tête.
  9. Ce n'est pas en suggérant des cravates entre 20 et 30 € que l'on est dans la classe superprod américaine, depuis que j'ai quitté le "monde pro" je m'efforce ici et ailleurs à conseiller des matériels économiques (après les avoir testés). C'est une question de méthode de travail adaptée au budget et aux conditions de tournage. Faut me relire, je n'ai pas écrit autre chose.
  10. D'après mon expérience en interview depuis les années 60 que ce soit en film, en vidéo, au tournage et au montage la distance de 3 m n'a rien d'incongrue si l'intervieweur est hors-champ, elle permet de passer du plan d'ensemble au gros plan, le changement de focale s'effectue sur les questions, lorsque celles-ci ne sont pas indispensables, elles sont coupées et l'on raccorde alors dans des valeurs différentes sans saute à l'image ni passer par un plan de coupe pour la masquer. On a procédé ainsi pendant des années et on le fait encore. Les deux caméras, ça se fait surtout depuis la vidéo, en particulier depuis la miniaturisation du matériel qui n'oblige pas à un second opérateur et facile transport, installation et gestion ... et budget. Tout comme le cravate surtout HF a permis de se passer de preneur de son et perchman . Quant à remonter le niveau au montage pour récupérer le son de l'intervieweur dans le cas d'un seul micro-cravate, lorsque l'on effectue cette opération on remonte aussi le niveau ambiant et le souffle ce qui crée une rupture de continuité sonore par rapport au son présent de l'interviewé. Pour répondre à Aveem, une interview en mouvement avec un cravate filaire est inconcevable SAUF si l'interviewé porte sur lui l'enregistreur équipé du cravate. Dans ce cas les questions seront récupérées par le micro intégré de votre Olympus mais vraisemblablement polluées par des bruits de manipulation et une ambiance différente, elles serviront alors de "son témoin" pour être reprises avec le même micro que celui installé sur l'interviewé... Ceci à l'image ou en son seul OFF. A ce propos, toujours effectuer en son seul, un son d'ambiance qui permettra d'arranger au montage les raccords son en particulier les pollutions telles que passages de véhicule que l'on pourra laisser s'éteindre. Quant à la qualité, ce qui compte c'est d'avoir de la présence et le moins de pollution extérieure sur la voix de l'interviewé, à part le micro main tenu à courte distance dans le champ près de la source, le cravate est la solution la plus simple qui demande toutefois des précautions à l'installation si on veut éviter les bruits de frottement sur les vêtements,, les colliers, les cheveux longs ...
  11. Pas évident avec un seul cravate d'avoir des voix équilibrées si l'intervieweur est à 3 mètres de l'interviewé. La différence de prix entre le simple tête et le double tête est minime, quelques € et on est en dessous de 25.
  12. Un cravate Boya BY-M1 ou s'il faut capturer les questions la version double-tête Boya BY-M1DM, ça devrait le faire, le micro possède un bon niveau de sortie ce qui compensera en partie la faiblesse du préampli du H2. Oui il est possible de monter ces appareils sur la griffe avec des adaptateurs, perso j'utilisais un adaptateur souple Movo.
  13. homard

    GH4

    Retailler du 4/3 en 16/9 c'est pour moi une hérésie : - affecter la définition de l'image d'origine 4/3 puisque l'on zoome dedans - ne pas respecter le cadrage d'origine prévu par l'auteur et dans le cas de documents anciens, priver le spectateur d'une possibilité de datation. Pour rejoindre Plouf, à une époque en tirage photo N&B on limait le porte-film de façon à obtenir des bords noirs cernant l'image ce qui permettait d'avoir une référence de noir profond et de montrer qu'il n'y avait pas eu recadrage. On le faisait également pour des tirages de plaques en verre et des polaroïd négatifs 55 et 665. Enfin, il m'est arrivé en documentaire de choisir le 4/3 alors que c'était passé de mode, les écrans plats étant en passe d'être généralisés, parce que j'avais tourné dans le même pays 10, 20 et 30 ans auparavant et qu'il me fallait réutiliser certains plans en raccord direct sans que que la différence de définition soit flagrante : 1er tournage en BVU 3/4" (années 80), second en Betacam SP (années 90) et le dernier en DVcam (années 2000).
  14. Je viens de voir que le micro est un Sennheiser MKE-40 donc le gros cravate cardio que l'on voit fréquemment encore en plateau. Il existe plusieurs versions de ce micro, une qui s'alimente en fantôme et une autre qui s'alimente par le boîtier émetteur HF (celle que je possède). Faut voir si la tension et la polarité fournies par le smartphone correspondent aux besoins. Il était monté sur quoi auparavant ce MKE-40 ?
  15. Sacrée différence de prix entre Pre et Pro, ce qui explique peut-être cela. Pour l' Irig Pre le monitoring dépend peut-être aussi des smartphones. Sur mon Samsung A5 2017 pas de monitoring en direct avec Open Camera, par contre avec Cinema FV5 on a l'écoute en stand-by ... avec une grosse latence ... puis plus rien en enregistrement.
×
×
  • Create New...