Jump to content

Comemich

Membres
  • Content Count

    203
  • Joined

  • Last visited

A propos de Comemich

  • Rank
    Membre Assidu

Profile Information

  • Lieu
    Carantec (Finistère)
  • Intérêts, passions
    Vidéo, musique

Recent Profile Visitors

1733 profile views
  1. Merci ta6bal. J'ai bien compris tes remarques et suggestions. J'y avais d'ailleurs pensé avant. Mais il y a loin de l'idée aux moyens à mettre en œuvre. Porter une histoire à l'écran, c'est faire du cinéma avec des comédiens qui incarnent les personnages, des costumes, des décors, des effets spéciaux... Les contes et légendes sont conçues pour être animés par un conteur. Mon expérience (car c'est une expérience) consistait à mettre en scène le conteur et non les personnages. Je me doutais bien, depuis le début, qu'en sortant des standards cinématographiques, j'allais déranger le spectateur. Je
  2. Suite à vos commentaires et conseils, j'ai fait une nouvelle version que voici:
  3. Adèle, c'est une belle réussite de complémentarité entre le commentaire et l'illustration. Mais ce n'est pas un conte. J'avais envisagé, au départ, d'illustrer le récit du linceul avec des photos: La petite maison au bord de la grève, la fileuse et son rouet, le linge dans l'armoire... Mais je me suis vite aperçu que je m'éloignais de ma véritable motivation. Les histoires de revenants et d'exorcisme, c'est un prétexte. Mon sujet principal, c'est le numéro que fait le conteur, la façon dont il se met en scène. Avant de commencer son récit, il mentionne toujours que ça s'est passé pas loin d'i
  4. Je te comprend. Moi, c'est pareil, les bloggers qui débittent leur baratin, ça me donne des allergies. Je zappe rapidement. Ce que j'essaye de faire, c'est assez différent. Mon idée, c'est de montrer le conteur comme un comédien dans un one man show. Quand tu regardes un comique faire son sketch, ce n'est pas seulement un gars, ou une fille, qui raconte une histoire. C'est aussi un comédien qui joue son spectacle. Maintenant, je ne suis pas certain que le concept soit transposable aux contes et légendes. Évidemment, ce n'est pas gagné d'avance, car je n'ai aucune expérience en art dramatiqu
  5. Merci titof44. Ta proposition de plan de coupe est très intéressante. Je retiens l'idée car j'ai l'intention de récidiver avec un conte qui s'appelle "La coiffe de la morte". J'ai fait des repérages et je sais où aller. A saint Rivoal, dans les monts d'Arrée, il y a une ancienne habitation transformée en musée (la maison Cornec). Tout y est authentique. Je renonce au smart-phone dont l'automatisme intégral m'avait séduit mais ça ne répond pas à mes attentes. J'envisage aussi de faire du noir et blanc.
  6. Merci pour vos réactions. Techniquement, je pensais que j'allais être beaucoup plus critiqué. Le scintillement, la colorimétrie variable et les faux raccords, je n'en suis pas très fier. C'est parce que j'ai filmé avec un smart-phone, par commodité. Avec mes éclairages bricolés, l'intelligence artificiel du machin a du mal à se stabiliser. J'ai bien essayé de corriger les couleurs en post-production pour améliorer les raccords, mais sans grand succès. Concernant l'accent breton. Plus personne ne parle comme ça. Moi non plus d'ailleurs. Je le regrette. Si j'avais fait un conte traditi
  7. J’avais envie, depuis longtemps, de faire une vidéo sur un conte ou légende. Non pas de porter à l’écran une œuvre littéraire en filmant des comédiens en costumes dans des décors, mais de créer l’ambiance d’une veillée au coin du feu. Le propre de la légende, c’est qu’il y a une part de réel qui côtoie l’imaginaire fantastique. A chacun de faire le tri. La parole du conteur s’adresse à l’imagination de l’auditoire pour transmettre la légende. Tout ce qui n’est pas montré, fait appel à l’imaginaire et tout ce qui est suggéré par la parole du conteur est soumis à la critique de l’auditeur. C’est
  8. <HUMOUR> C'est pourtant simple. Il suffit de lire le mode d'emploi. Le truc à savoir pour utiliser le machin, c'est que la touche F1 donne accès à l'aide contextuelle. Après, il y a aussi des logiciels formidables comme Azure de Microsoft, qui sont capables de lire à ta place. Ce n'est pas pour me foutre de ta gueule, mais comme disait La Fontaine: aides toi... le forum t'aidera.</HUMOUR>
  9. Les règles officielles étant inapplicables, la seule qui s'applique vraiment, c'est le bon sens. Je crois qu'on ne risque pas grand chose à voler dans une zone interdite tant qu'on ne prend pas le risque de blesser quelqu'un. Mais même dans une zone autorisée, en cas d'accident, ça pourrait être catastrophique. L’île Longue, située dans la rade de Brest, est une base de sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE). C’est un équipement essentiel de notre force de frappe nucléaire dissuasive. Inutile de préciser que c’est un site ultra-sensible et que tout survol est rigoureusement inte
  10. L’IGN (Institut national de l’information géographique et forestière) finance le Géoportail dans le cadre de ses missions de service public. Si l'administration n'est pas responsable de ce qu'elle publie, comment voulez vous que l'on soit responsables de ce que l'on fait avec nos drones ? Si je suis verbalisé, j'irai plaider ma cause devant le procureur de la république afin qu'il condamne Géoportail pour manquement à ses obligations de service public. Avec un bon avocat, j'aurai peut être droit à des indemnités pour préjudice moral, abus de pouvoir et entrave à la liberté de circul
  11. Je ne comprend pas les raisons qui justifient l'interdiction de survoler un monument funéraire vieux de 6000 ans. Les gens qui sont enterrés là dessous ne risquent pas d'être dérangés par un drone. Il y a peut être d'autres raisons d'interdire la zone. Mais pour qu'une interdiction soit respectée, il faut qu'elle soit respectable, c'est à dire compréhensible. Allez donc dire ça dans les hautes écoles qui forment les cadres de l'administration ! Autant pisser dans un violon.
  12. Afin d’en revenir à la « petite pastille vidéo », je connais bien ce coin pour y avoir navigué souvent, entre le port du Crouesty et Belle-île en passant par Houat et Hoédic. Mais beaucoup moins dans le golf et ses 365 îles, car les forts courants et les hauts fonds, qui découvrent à marée basse, rendent la navigation périlleuse. Même les gens du coin sont quelquefois victimes des multiples récifs. Pour les touristes, c’est spectaculaire. Mais pour les marins, c’est risqué. Je me suis étonné que tu n’aies pas filmé la presqu'île de Rhuys toute proche et ses impressionnants vestiges mégalithiqu
  13. Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire, bien sûr. Évidemment que le drone est un outil formidable et un progrès considérable. C'est une prouesse technologique et un jouet merveilleux. Mais je ne pense pas être hors sujet dans mes commentaires. L'intérêt d'une vidéo, c'est d'abord ce qu'elle raconte. La vue aérienne, bien utilisée, peut servir à ça. C'est un des moyens que nous avons, mais ce n'est pas un but en soi. ça ne me semble pas déplacé d'écrire cela dans la rubrique "Filmer avec un drone".
  14. Il y a longtemps de ça, (les drones n’existaient pas encore) un voisin m’a montré les images qu’il faisait. J’ai admiré son œuvre et j’étais fasciné par l’originalité de ses créations. Les sujets, pourtant, n’avaient rien de nouveau pour moi. C’était un arbre, une chapelle, un bateau de mon village. Mais je n’avais jamais vu mon pays comme cela. C’était magnifique, merveilleux, et franchement fascinant. Le gars m’expliqua qu’il utilisait un grand cerf-volant pour porter son matériel de prise de vues à la hauteur voulue. Ce n’était pas des vue aériennes façon carte postale. La photo du clocher
×
×
  • Create New...

Important Information

j'accepte les cookies de ce site