Jump to content
Thierry P.

L'acteur qui vociférait sur les Champs...

Recommended Posts

C'est juste une anecdote mais elle est réelle en prise avec l'actualité

 

8594323.image?w=700&h=393

 

Il y a bien des années, j'attendais dans une file de cinéma des Champs-Elysées depuis 2 bonnes heures. Le film que je vais voir marquera l'histoire du cinéma. Il s'agit du 1er Star Wars, mais je ne devine pas encore à quel point il sera célèbre.

 

Tout le monde ne rentrera pas, c'est sûr, mais chacun tente sa chance.

A l'époque chacun est sage, l'ambiance est électrique mais bon enfant, personne ne râle.

 

Personne ? Si. Un homme à l'allure fière arrive 5 minutes avant l'ouverture des portes, et vocifère. Il s'agit de Jean-Pierre Marielle qui ne peut pas voir ce film dont on parle tant, vu les centaines de personnes qui attendent dehors !

 

Je le reconnais et glousse en me disant "ah ces stars de cinéma...". Je n'ai jamais su s'il était parvenu à rentrer.

 

C'était une grande gueule (son côté obscur de la force ssns doute), mais aussi un grand acteur... :27_sunglasses2x2:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Thierry, perso, jamais approché, ni croisé cet immense acteur. Je l'avais d'ailleurs (très vivement) regretté un soir en pleine période de sortie des Grands Ducs (de Patrice Leconte) où il n'était pas venu avec Philippe Noiret et Jean Rochefort à une "petite sauterie" (aurait-il certainement dit) où j'espérais les voir tous les trois réunis.

Il y a 7 heures, Thierry P. a dit :

"ah ces stars de cinéma..."

Justement et perso encore, son souvenir se mêle forcément à celui des autres élèves de sa classe de conservatoire dont Jean Rochefort (donc), Annie Girardot, Claude Rich, Bruno Kremer, Jean-Paul Belmondo et d'autres qui se sont illustrés auprès d'eux en non moins célèbres seconds rôles (Leur prof était Pierre Dux).

 

On pourrait lui dédier et à eux tous les propos de Michel Galabru dans un docu sur Louis de Funès : "On dit que personne n'est irremplaçable ... Oui, bon d'accord, mais lui bah, ... Il n'est pas remplacé ...".

Share this post


Link to post
Share on other sites

... Souvenir d'une vocifération (dans Calmos de Bertrand Blier) :

 

 

Sur le câble (Ciné+), une diffusion était déjà annoncée pour ce soir : Tous les matins du monde d'Alain Corneau.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'st bien le personnage que j'ai vu sur les Champs... :)

 

mais même si tout le monde aura bien compris que c'est du 3e degré, je ne suis pas sûr qu'aujourd'hui, un producteur oserait financer un film avec une telle scène. Je préfère quand même la poésie (et la musique) de tous les Matins du Monde dans lequel Marielle excelle tout autant... 

 

 

Un making of très méconnu si ça vous intéresse de le regarder

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ciné+ a finalement eu l'idée de déprogrammer Tous les matins du monde pour une soirée hommage à Jean-Pierre Marielle (si mais franchement faut saisir :think: !) en diffusant 2 autres films (dont je n'ai (re)vu du coup que le 1er, Un moment d'égarement de Claude Berri où là, c'est Victor Lanoux qui avait plus tendance à vociférer ou plutôt s'énerver).

Il y a 14 heures, Thierry P. a dit :

mais même si tout le monde aura bien compris que c'est du 3e degré

En présentant en effet mes excuses à nos gentes dames et damoiselles, je précise que perso, en choisissant cet extrait, je ne m'étais pas attardé sur le 1er mais bien sur le 3ème degré et aussi le 2ème : c'est une composition et ce n'est pas le film dont le réalisateur Bertrand Blier se dit le plus fier (et dont perso, mon préféré de lui est Beau-père).

 

Si Mesdames et mes demoiselles, vous aviez vraiment pris la mouche, c'est parce que Jean-Pierre Marielle est et restera dans les mémoires, un très grand professionnel entouré de vrais professionnels (et il vous aimait).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'était pas toi qui était incriminé, j'analysais que la société avait évolué au point de rendre extrêmement compliquées certaines scènes de cinéma qui seraient jugées ouvertement phallocrates. Le 3e degré, c'est que les deux personnages masculins, du fait de leur outrance, en deviennent pathétiques et ridicules. Et que ça se retourne contre eux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)
il y a une heure, Thierry P. a dit :

 ... j'analysais que la société avait évolué au point de rendre extrêmement compliquées certaines scènes de cinéma qui seraient jugées ouvertement phallocrates....

Bonjour,

Je ne connaissais pas ce film "Calmos)", mais j'avoue que je suis étonné qu'il n' y ait eu aucune censure en 1976 pour certaines scènes qui seraient jugées aujourd'hui comme inacceptables.

En cherchant sur Internet, j'ai été tout aussi surpris par l'existence de cette bande annonce Calmos ... 

(un film qui ne serait pas accepté aujourd'hui par notre Secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes) :smile: 

 

Edited by NOEL

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted (edited)

Bonjour NOEL, je crois savoir que le film Calmos était en réaction aux mesures prises alors en faveur des salles de cinéma porno et la censure ne s'exerçait que sur les limites d'âge (une interdiction aux moins de 18 ans était considérée comme une véritable censure officielle).

 

Contrairement à ce qu'on pourrait en déduire, le 3ème degré très bien traduit par Thierry P., anticipait sur le fond les prises de conscience d'aujourd'hui (quoiqu'on pense de leur forme) et abondait dans leur sens avant l'heure.

 

Le producteur aurait donc eu tort de s'autocensurer et pour rester dans l'hommage, Jean-Pierre Marielle n'a pas dû également s'en soucier avec Jean Rochefort pour aborder et accepter ces rôles avec autant de clairvoyance.

Edited by Ciné7

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me permets de compléter par une réaction très perso. Hier, en 2ème partie de soirée, Ciné+ a poursuivi l'hommage avec un docu "Je vous salue Marielle" tourné chez lui en Bourgogne près de Chablis. Certes, je n'ai jamais pu le rencontrer lors de mes incrustes encore juvéniles dans le "milieu" mais il a livré une leçon sur l'approche du métier qui mérite à tout âge la plus sincère reconnaissance (J'attends le moment venu, s'il vient, pour préciser).

 

Le docu est entrecoupé de témoignages de proches confirmant d'ailleurs qu'il s'est véritablement révélé dans Tous les matins du monde d'Alain Corneau (au cinéma car sa formation est théâtrale).

 

Dans le petit making of proposé plus haut par Thierry P., Jordi Savall parle de "musique secrète". Il s'agit en effet de percer des secrets et c'est bien dans ce registre plutôt que dans Calmos ou autres, que perso, j'attends un tel acteur :

 

 

(Au vu d'autres sources sur le net, je dois aussi une rectification : Le professeur au conservatoire national supérieur d'art dramatique était bien Georges Leroy dont la technique devrait toujours être de rigueur. J'ai été trompé par une anecdote que m'a raconté un des élèves de cette "promo" qui a choisi le professorat en 2ème année au grand dam de Pierre Dux qui y a également enseigné).

 

Je confirme donc aux jeunes qu'outre regarder des films pour apprendre, il faut également s'intéresser aux docus à la télé et aux bonus de vos dvd ou blu-ray. C'est comme si vous rencontriez personnellement les grands professionnels que vous sentiez adorer.

 

Merci Monsieur Jean-Pierre Marielle :eusa_clap:!

Share this post


Link to post
Share on other sites

J’ai eu l’occasion, il y a une dizaine d’annee, de croiser cet immense acteur à la Comedie Française. Avant le spectacle, il ne s’etait pas privé de chahuter et de rigoler avec son épouse pour le plus grand plaisir de ses voisins. La salle était envahie par son rire.

A l’entracte ma femme et moi dans la salle de promenade on l’apercoit en face de nous, il se dégourdit les jambes. Que faire ? Les acteurs n’aiment pas toujours les démonstrations même d’admiration. On va le croiser, nous restons muets. Et voilà que le coquet regarde du coin de l’oeil s’il est reconnu. Donc nous le saluons et nous recevons en échange un merveilleux bonsoir tonitruant et un non moins merveilleux sourire de son épouse. 

Nous avons aussi, voici longtemps, croisé un soir dans la rue Catherine Deneuve et Pierre Lescure. Et bien ce sont eux qui ont pris l’iniative de nous saluer très gentiment.

Ça change des starlettes qui font la gueule. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...