Jump to content
Patrick0074059

Choix d'un camescope pour filmer des soirées dansantes

Recommended Posts

Bonjour à toutes et à tous,

Je souhaiterais savoir quel type de camescope numérique je devrais utiliser pour filmer des soirées dansantes.

En effet, il faudrait que dans l'obscurité je puisse filmer les danseurs et les jeux de lumière (projecteurs, lasers...) avec une bonne définition.

Actuellement le camescope que je possède génère des films où les couleurs dans l'obscurité de la salle sont flous, mal définis.

Quelles doivent-être les caractéristiques techniques de ce camescope dans une gamme de prix convenable?

Quels sont les termes clés (HD, UHD, 4K...?) qui doivent apparaitre dans les modèles présentés pour m'indiquer que je peux faire des films corrects
dans l'obscurité régnant dans ce style de situation (discothèque, discomobile..) où les lumières normales de la salle sont éteintes et où seuls sont
présents les faisceaux de lumière des light-shows?

Novice dans le domaine de la vidéo, je vous remercie par avance pour votre réponse et votre aide.

Patrick.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour

 La 1ere chose à faire c'est de ne pas etre en mode automatique ! 

ni pour la mise au point , ni pour la vitesse d'obturation ni pour le gain .

Il faut pré-regler de façon à ce que l'image soit correcte quand les lumières sont au max.

 éventuellement si pas trop de mouvements de camera on peut filmer en 25p avec le shutter à 1/25s

2eme temps si ces reglages ne donnent pas satisfaction voir pour un nouvel appareil.

amha

crackers

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By Remus
      Bonjour à tous (et au passage bonne année 2015 !!!)
      Je pratique le tir à la carabine et j’aimerais pouvoir détecter les variations de luminosité sur la cible pendant les compétitions se déroulant en extérieur. En effet, ces variations de luminosité occasionnent des difficultés dans la perception du centrage de la cible avec les organes de visée, elles sont donc importantes à prendre en compte pour la qualité de la visée.
      Je me suis mis à la vidéo depuis 3 ans avec une modeste caméra Sony CX-130 pour filmer mes matches, et j’ai récemment trouvé une technique pour quantifier cette luminosité (en tout cas de façon relative). Avec le modèle colorimétrique TSL dans paint (teinte – saturation –luminosité) j’ai pu quantifier la luminosité de l’enregistrement vidéo (de 0 à 240). La caméra est placée derrière le tireur, avec la cible visible en arrière-plan. En faisant des impressions écran toutes les 5 secondes (fichiers .bmp 24 bits) et en plaçant la pipette au même endroit sur la zone de la cible (autour du rond noir : zone blanche) pour chaque image, j’ai pu relever les valeurs de luminosité sous excel pour pouvoir en sortir une courbe retraçant les variations de luminosité de la compétition au cours du temps. Je précise bien évidemment que le diaphragme ainsi que la mise au point étaient configurés manuellement et restaient identiques du début à la fin de l’enregistrement. Le gros avantage de cette technique est qu’elle ne nécessite pas d’autre appareil de mesure que la caméra (luxmètre…).
      J’ai analysé un match en entier avec cette technique, et si je pouvais discerner clairement les variations soudaines de luminosité (passage de nuage…), j’ai pu me rendre compte que la luminosité mesurée à certains moments était à son maximum mesurable (240), empêchant ainsi de rendre compte des variations. Peut-être que le diaphragme aurait dû être davantage fermé pour éviter ce problème…Qu’en pensez-vous ?
      J’aimerais pouvoir relever ces variations de luminosité le plus précisément et le plus fidèlement possible par rapport à la réalité. Or j’ai lu récemment que cette qualité intrinsèque de la caméra dépendait en grande partie du capteur, particulièrement de sa taille : si j’ai bien compris, plus celui-ci serait grand, meilleures seraient les nuances de couleur captées dans l’image filmée.
      Dans mon cas, il se trouve que le capteur de ma caméra est d’une taille relativement faible (¼ de pouce), je me pose donc la question de savoir si une upgrade vers un modèle plus récent avec un capteur plus gros améliorerait de façon conséquente la captation des variations de luminosité. Je pensais à deux modèles, encore abordables pour moi (et surtout pas trop encombrants) :
      -le caméscope Sony CX900E
      -le caméscope Panasonic HC-X920
      -Sinon, quid du gain apporté par des caméras semi-pro voir pro à ce niveau ?
      Je réaliserai probablement une expérience où un jour de temps partiellement couvert (ciel et petits nuages), je filmerai avec ma caméra les variations de luminosité sur la cible, tandis qu’un luxmètre (ou posemètre… ?) mesurera la luminosité à proximité de celle-ci. Avec la technique de mesure évoquée plus haut, je comparerai les données de ces 2 sources en superposant les courbes de luminosité pour évaluer le degré de précision de ma caméra dans ce domaine.
      Voilà, pour les courageux m’ayant lu jusqu’ici je vous remercie d’avance de votre réponse, et n’hésitez pas à me suggérer d’autres méthodes de mesure de luminosité avec la caméra si vous en connaissez ;-)


  • NOTRE SÉLECTION D'ARTICLES PREMIUM

  • LES DISCUSSIONS TECHNIQUES RÉCENTES

    • Les derniers Threadrippers sont sortis en début 2020 avec plus de 80000 points Passmark pour le 3990X (et même 88000 pour la version Pro), soit presque deux fois le dernier Ryzen 9 5950X, tandis que le meilleur Intel est à moins de 40000 points. Concernant AMD, la grande attente pour dans quelques jours est la sortie de nouvelles cartes graphiques peut-être en concurrence directe de Nvidia.
    • C'est fabuleux ce qu'AMD est en train de faire, je me demande où ils vont s'arrêter.  Vont-il sortir une nouvelle génération de Threadrippers également et un monstre encore plus monstrueux que le 3990X ?     
    • Se monter une machine puissante ne requiert pas une fortune aujourd'hui. A la fin des années 80, pour l'équivalent de 2500€ de nos jours, on ne pouvait acheter qu'une machine basique d'entrée de gamme. Aujourd'hui, avec 2000€, on peut se monter une machine complète (avec écran) très puissante et parfaitement adéquate pour un logiciel très gourmand comme Resolve.    Les processeurs 8 cœurs représentent l'entrée du milieu de gamme, puisque le très haut de gamme va actuellement jusqu'à 64 cœurs, et au milieu on a les 12 et 16 cœurs vraiment puissants et abordables. On peut se monter une machine moderne dédiée au montage, architecturée autour d'un processeur 12 cœurs / 24 threads, pour environ 1400€ (avec une carte graphique puissante), stockage et écran non compris. C'est cher mais ça l'est infiniment moins qu'il y a 35 ans, ou l'on achetait rien qu'un disque dur de 40Mo (Mo, pas Go !) dans les 10000 francs (équivalent à 2500€ de nos jours). Maintenant, on trouve des SSD de 1To pour 130€, ce qui est incomparable en terme de coût et de performances, ça n'a cessé de baisser dans des proportions vertigineuses.    Pour l'instant, les leaders du marché n'ont pas eu grand chose à craindre de Resolve, au contraire, Adobe ne cesse de croitre et a affiché des chiffres de vente record pour 2020, en plus d’apparaître de plus en plus régulièrement au générique de fin de superproductions cinéma. Je ne me fais pas de soucis pour eux.  Chez les professionnels, Resolve reste majoritairement utilisé pour de l'étalonnage, son domaine de prédilection initial. Ce sont surtout les youtubers et le grand public, qui de toutes les façons ne paieraient pas un abonnement chez Avid ou Adobe, qui ont fait de Resolve leur logiciel de prédilection depuis qu'il existe une version gratuite.    Et il ne faut pas oublier qu'il y a d'autres logiciels gratuits (même des "tout en un" très puissants, comme HitFilm Express de FXHome), et d'autres logiciels très peu chers mais très complets (< 100€) qui sont aussi très bons. Avid et Adobe ne sont pas en situation de monopole, ils s'adressent avant tout aux professionnels, parce-qu'ils ont l'écosystème éprouvé qui leur convient. Ce n'est pas qu'une question de logiciel. Pour monter, un logiciel basique suffit, je pourrais monter une superproduction avec Shotcut sans problème, en montage je ne fais que du montage. Le montage et le mixage son , les effets visuels et l'étalonnage je les fais avec d'autres logiciels spécialisés dans cette tâche. Le fait que tout soit réuni au sein du même logiciel n'est pas un avantage dans un workflow professionnel où les rôles sont bien définis, et où plusieurs équipes travaillent en même temps sur le même projet.        Mais Resolve est un logiciel encore très jeune sous sa forme actuelle, il ne peut que s'améliorer à l'avenir, selon ce qu'en fait BMD. C'est pour cette raison que je continue à suivre de près ses évolutions, même si je ne l'utilise plus (hormis parfois pour de l'étalonnage, parce-qu'il est vraiment puissant dans ce domaine et le moins cher du marché). Mais Fusion non, désolé, ça veut lorgner du côté des tenors comme Nuke, mais ça n'en a ni la puissance ni l'optimisation qui leur permet de tourner sur des machines modestes.  
×
×
  • Create New...