Aller au contenu
  • Pour poster ou répondre à un message, connectez-vous ou inscrivez-vous ici !

    Pour poster un message, répondre à un membre, ou voir les messages non lus depuis votre dernier passage, Connectez-vous ou Inscrivez-vous, c'est gratuit.

    (option) Pour télécharger les fichiers-tests NATIFS, optez pour le Premium.

Messages recommandés

Bonsoir,

Un petit clin d’oeil à Ciné7.

Je viens de voir « The best offer » de l’un de ses réalisateurs préférés : Giuseppe Tornatore. 

Alors l’ami, l’as tu vu, et aimé ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut YANIK,

 

Ni vu le film, ni pris la b.o du grandissimo maestro (Notre YANIK à cause de moi : :eusa_wall:).

 

Qu'en as tu pensé toi-même ? (Perso, c'est le sujet qui ne m'a pas attiré malgré toute l'indulgence et le respect depuis Cinéma Paradiso).

 

Par contre, grâce à toi et je t'en suis reconnaissant, c'est çà que j'ai pu savourer :) :

https://forum.magazinevideo.com/topic/33975-imaginez-que-vous-êtes-au-cinéma/

 

Merci l'ami YANIK !

 

(En mars, où je suis, nous avons la visite de Paolo Taviani qui vient sans son frère).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Ciné7,

Pour ne pas trop effleurer le sujet, je vais faire simple. 

C’est un film d’une étrangeté revendiquée. Par exemple, la ville sans soleil où se déroule l’action est construite à partir de plusieurs villes. L’ombre est omniprésente et les personnages ont chacun leur part de mystère. Ce pourrait être du fantastique (atmosphère à la Jean Ray) mais ce n’est pas du fantastique.

C’est évidemment très loin de cinéma Paradiso et la musique est d’Ennio Morricone.

Mon épouse et moi, nous avons apprécié le film..

PS : ah, les frères Taviani ! Toute une époque (surtout les années 70). Nous les aimions beaucoup. Ils étaient les chouchous de la revue Cinéma à laquelle j’étais abonné.

Je me souviens de l’ article plein de tendresse  dans cette revue lors de la mort de John Wayne dont elle était très loin de partager les idées politiques. Son titre : « il était quand même John Wayne ». Tout était dit.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 28 minutes, YANIK a dit :

Salut Ciné7,

Par exemple, la ville sans soleil où se déroule l’action est construite à partir de plusieurs villes. L’ombre est omniprésente et les personnages ont chacun leur part de mystère. Ce pourrait être du fantastique (atmosphère à la Jean Ray) mais ce n’est pas du fantastique.

Bonjour et encore merci YANIK !

 

Non en effet que ce n'est pas du fantastique mais une leçon retenue perso de mon maître italien Luchino Visconti de projeter sur les décors, l'intérieur des personnages. Par sa nationalité, Giuseppe Tornatore est certainement aussi de cette école :bien:

 

Quant à Paolo Taviani, la rencontre prévue n'est pas perso mais avec le public lors d'une projection (hommage) de la Notte di San Lorenzo dans le cadre du festival du film italien à Tours. C'est justement le film qui m'avait fait découvrir ces deux frères toscans.

 

Par contre, j'ai assorti la journée avec la visite portes ouvertes d'une nouvelle école de cinéma à Tours.

 

Tout ceci le 17 mars, jour de ma fête (Saint Patrice). Les cadeaux continuent malgré tout ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour discuter

Vous devez être membre afin de pouvoir discuter

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×