Jump to content

Recommended Posts

  • Replies 138
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Ciné7, Merci pour les conseils ça m'aide quand même , même si parfois je ne comprends pas trop, je pense que c'est à moi de trouver le sens même de vos explications, ça viendra, j'y crois !  Je c

Parfait LAME, je précise que c'est d'abord pour scénariser un clip musical, ton domaine (mais tu peux évoluer en fiction si tu le souhaites, c'est le même principe).

 

Tu as une idée ou une simple envie de toucher ton public (c'est le digne et généreux postulat des grands ou futurs grands).

 

A partir d'une idée, tu dois d'abord identifier quelle vérité, tu as envie de partager (par exemple en étudiant le texte de la chanson du clip).

 

Le plus important après, c'est de te munir d'un certain nombre d'outils pour stimuler et orienter ton idée sur cette vérité.

 

D'où pour simplifier, le choix de distinguer le rôle de nos hémisphères cérébrales. Le cerveau droit sert la créativité et le cerveau gauche, la rationalité. L'un ne peut ignorer l'autre.

 

Le cerveau droit veut toucher le public avec une idée et le cerveau gauche va lui proposer les outils pour ce faire.

 

En intro, je te propose ce clip (parce que j'ai fait des recherches pendant que tu étais occupé avec Andrew Stanton qui te donne des 1ères réponses à ta question avec son cerveau gauche).

 

 

Tu abordes un monde dit d'émotions universelles (donc qui touche tout le monde) et il faut amener tout ton public à se souvenir de son état originel avant sa naissance pour ensuite le guider jusqu'à la lumière extérieure et ainsi jusqu'à la vérité que tu as choisie d'exprimer.

 

Donc, sur un projet ou sur un lieu de tournage, penser à chaque étape de ce cycle et comment chaque décor va t'aider à les représenter (les métaphoriser).

 

La conception, l'état foetal, l'accouchement et la naissance. Puis l'épreuve qui va révéler ta vérité jusqu'au au delà de la mort.

 

Je ne te ferais pas de dessin pour te traduire ce que signifie l'essaim de poissons du début. Alors examines la suite du clip et je reste à côté de toi car je vérifie en même temps. 

 

Link to post
Share on other sites

Pas fait exprès mais çà tombe toujours pile (je te l'ai proposé qu'en ayant vu les 1ères images, le banc de poisson et la position foetale du garçon et de la fille).

 

Donc, tu vas commencer par la fin pour mettre en place ta vérité mais selon un angle universel (ici, c'est l'amour au delà de la mort).

Link to post
Share on other sites

Demain, je reprends ici pour te lister le matériel. Attention, la fille a une propriété particulière dans ce clip, la même que le monstre dans le final de mama.

 

Bella notte.

Link to post
Share on other sites

Alors moi je vais vous dire ce que j'ai compris en regardant le clip.

J'ai vu de la solitude au depart quand l'homme etait en position foetal, en haut une lueur d'espoir (Exterieur de l'eau)  qui est proche mais lui n'y crois pas ensuite il se rend compte qu'il a juste agir pour attendre cette lueur d'espoir (Ne plus etre seul) donc il s'est mis à courrir jusqu'à trouver une personne avec qui partager ce moment de "solitude" quand il rencontre la femme ils se rend compte qu'il n'est pas seul à etre seul et etre à deux c'est merveilleux et il n'y a plus aucune solitude voilà pourquoi à la fin ils disparaissent de l'eau.

 

Voilà ce que j'ai compris lol.

 

Edited by LAME
Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, LAME a dit :

J'ai vu de la solitude au depart quand l'homme etait en position foetal, en haut une lueur d'espoir (Exterieur de l'eau)  qui est proche mais lui n'y crois pas ensuite il se rend compte qu'il a juste agir pour attendre cette lueur d'espoir (Ne plus etre seul) donc il s'est mis à courrir jusqu'à trouver une personne avec qui partager ce moment de "solitude" quand il rencontre la femme ils se rend compte qu'il n'est pas seul à etre seul et etre à deux c'est merveilleux et il n'y a plus aucune solitude voilà pourquoi à la fin ils disparaissent de l'eau.

 

Voilà ce que j'ai compris lol.

Salut LAME, tu es jeune mais avec l'âge c'est une des vertus du cerveau gauche de rappeler son taux de sommeil pour rester alerte (et connaître ses plages horaires de pleine capacité).

 

Bon, tout le monde n'habite pas aux caraïbes ou aux seychelles et va donc falloir se baser sur la même chose mais sur la terre ferme ou au choix, dans un décor imaginaire.

 

Ce que tu as compris, c'est ton cerveau droit qui a été le chercher dans ta mémoire qui renferme tes émotions à toi mais il se trouve que tous les cerveaux droits de l'humanité toute entière (qui réagissent) parviennent à la même conclusion.

 

Donc, il suffit de lui offrir de quoi s'en rappeler et le cerveau gauche va intervenir à cet effet en bleu de travail et trousse à outil en bandoulière qu'il pose ardemment sur la planche de travail.

 

Il va commencer par déballer les outils qui nous importent pour d'abord aider le cerveau droit à trouver la fin qui traduira la vérité choisie d'être traitée.

 

Il va reprendre la même logique (la même "structure émotionnelle") que ta mémoire t'a dictée en se souvenant de tes émotions propres à cette vérité.

 

Le cerveau droit est toujours ce qu'il est et ses idées aussi. Ne rien lui reprocher ou se reprocher quand bof, c'est pas terrible.

 

C'est seulement parce que le cerveau gauche ne s'est pas encore installé avec sa boîte à outils, pas parce qu'on est nul.

 

Je reviens car pour la suite je dois vérifier quelque chose sur NAIVI.

Link to post
Share on other sites

Bon, le clip NAIVI, très bien réalisé, est resté au moment où le chirurgien de la maternité doit glisser la main pour venir tirer le nouveau né ou crier l'ordre de pousser, ainsi que le mouvement de caméra le suggère. Par contre, la partie en français du texte de la chanson parle bien d'un truc qui va jusqu'à évoquer la mort https://vimeo.com/265975811

 

Déjà pas mal car il faut se dire qu'on n'est pas obligé de tout réserver à l'image mais aussi au son (dont un texte de dialogue ou de chanson). Oui, le son, c'est d'abord, une ambiance sonore, une musique ou un texte (en même temps ou séparément).

 

Le cerveau droit travaille instinctivement ou consciemment (cette dernière option étant la plus rapide et la plus efficace).

 

Le cerveau gauche dispose d'un 1er outil, le "qui, quoi, pourquoi" (d'où sa 1ère question).

 

Cet outil a l'avantage de se doter d'une ligne dramatique émotionnelle (une fois que le cerveau droit s'est forcé de répondre aux 3 dans l'ordre ou pas).

 

Parce que le qui et quoi vont conduire ensemble au pourquoi (cette vérité de la fin) et que le public doit vivre en direct.

 

Pour traduire cette vérité, la fin va se réapproprier tous les éléments de la structure de la conception à jusqu'au delà de la mort mais réunis dans un seul outil exclusif au final et ainsi nommé "la voie vers le paradis".

 

Pour l'occasion, le qui doit alors se revêtir de la "parure de l'ange" par quelque moyen qu'il est possible pour le figurer.

 

Malin le cerveau gauche pour stimuler le cerveau droit ! Il choisit la métaphore dont la dimension est forcément universelle puisqu'elle va rappeler à tout le public les émotions individuelles mais de manière collective.

 

Il détient à cet effet un catalogue de mythes universels qu'il va utiliser en outils.

 

Pour commencer, il va proposer le mythe de la caverne de Platon pour déjà figurer la conception, la position foetale jusqu'à la sortie vers le monde extérieur.

 

La fin se situant sur la voie du paradis, le monde extérieur devient le paradis (toutes confessions de l'humanité confondues).

 

Pause pour des questions ou des remarques éventuelles à ce stade.

Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Ciné7 a dit :

Salut LAME, tu es jeune mais avec l'âge c'est une des vertus du cerveau gauche de rappeler son taux de sommeil pour rester alerte (et connaître ses plages horaires de pleine capacité).

 

Bon, tout le monde n'habite pas aux caraïbes ou aux seychelles et va donc falloir se baser sur la même chose mais sur la terre ferme ou au choix, dans un décor imaginaire.

 

Ce que tu as compris, c'est ton cerveau droit qui a été le chercher dans ta mémoire qui renferme tes émotions à toi mais il se trouve que tous les cerveaux droits de l'humanité toute entière (qui réagissent) parviennent à la même conclusion.

 

Donc, il suffit de lui offrir de quoi s'en rappeler et le cerveau gauche va intervenir à cet effet en bleu de travail et trousse à outil en bandoulière qu'il pose ardemment sur la planche de travail.

 

Il va commencer par déballer les outils qui nous importent pour d'abord aider le cerveau droit à trouver la fin qui traduira la vérité choisie d'être traitée.

 

Il va reprendre la même logique (la même "structure émotionnelle") que ta mémoire t'a dictée en se souvenant de tes émotions propres à cette vérité.

 

Le cerveau droit est toujours ce qu'il est et ses idées aussi. Ne rien lui reprocher ou se reprocher quand bof, c'est pas terrible.

 

C'est seulement parce que le cerveau gauche ne s'est pas encore installé avec sa boîte à outils, pas parce qu'on est nul.

 

Je reviens car pour la suite je dois vérifier quelque chose sur NAIVI.

Salut Cine7, Oui c'est possible, le sommeil c'est pour plus tard.

D'accord donc ce que j'ai compris c'est pas forcément l'histoire qui à été raconter.

Ouais, il va falloir que je mate le clip plusieurs fois pour l'intégré dans ma tête.

En gros, mon cerveau gauche à chercher par tout les moyens une logique au clip quitte à passé par émotion personnel si je suis votre logique.

 

Link to post
Share on other sites
il y a 39 minutes, Ciné7 a dit :

Bon, le clip NAIVI, très bien réalisé, est resté au moment où le chirurgien de la maternité doit glisser la main pour venir tirer le nouveau né ou crier l'ordre de pousser, ainsi que le mouvement de caméra le suggère. Par contre, la partie en français du texte de la chanson parle bien d'un truc qui va jusqu'à évoquer la mort https://vimeo.com/265975811

 

Déjà pas mal car il faut se dire qu'on n'est pas obligé de tout réserver à l'image mais aussi au son (dont un texte de dialogue ou de chanson). Oui, le son, c'est d'abord, une ambiance sonore, une musique ou un texte (en même temps ou séparément).

 

Le cerveau droit travaille instinctivement ou consciemment (cette dernière option étant la plus rapide et la plus efficace).

 

Le cerveau gauche dispose d'un 1er outil, le "qui, quoi, pourquoi" (d'où sa 1ère question).

 

Cet outil a l'avantage de se doter d'une ligne dramatique émotionnelle (une fois que le cerveau droit s'est forcé de répondre aux 3 dans l'ordre ou pas).

 

Parce que le qui et quoi vont conduire ensemble au pourquoi (cette vérité de la fin) et que le public doit vivre en direct.

 

Pour traduire cette vérité, la fin va se réapproprier tous les éléments de la structure de la conception à jusqu'au delà de la mort mais réunis dans un seul outil exclusif au final et ainsi nommé "la voie vers le paradis".

 

Pour l'occasion, le qui doit alors se revêtir de la "parure de l'ange" par quelque moyen qu'il est possible pour le figurer.

 

Malin le cerveau gauche pour stimuler le cerveau droit ! Il choisit la métaphore dont la dimension est forcément universelle puisqu'elle va rappeler à tout le public les émotions individuelles mais de manière collective.

 

Il détient à cet effet un catalogue de mythes universels qu'il va utiliser en outils.

 

Pour commencer, il va proposer le mythe de la caverne de Platon pour déjà figurer la conception, la position foetale jusqu'à la sortie vers le monde extérieur.

 

La fin se situant sur la voie du paradis, le monde extérieur devient le paradis (toutes confessions de l'humanité confondues).

 

Pause pour des questions ou des remarques éventuelles à ce stade.

Ouais, je pars du principe qu'il y a des sons qui doivent uniquement mettre en avant l'ambiance du son en image via l'attitude du personnage.

 

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Ciné7 a dit :

Le cerveau droit travaille instinctivement ou consciemment (cette dernière option étant la plus rapide et la plus efficace).

Oui, parce que le cerveau gauche provoque ainsi consciemment des réflexes instinctifs au cerveau droit. C'est l'objet de leur accord d'association.

 

Bonjour LAME, si parfaitement, tu as compris l'histoire qui est racontée ! Aies plus confiance à ton cerveau droit, c'est ton cerveau gauche qui l'a aidé à la traduire.

 

Revenons sur l'exemple de ton clip de NAIVI pour voir consciemment si le mythe de la caverne de Platon s'y trouve instinctivement (sans faire exprès).

 

La réponse est oui ! La caverne, c'est ce couloir de caves avec au fond derrière, un néon allumé. La lumière et les couleurs sur le personnage sont les 1ers reflets de la lumière extérieure pas encore resplendissante comme la lumière du jour en plein soleil.

 

Tout çà donc sans faire exprès mais c'est là !

 

On se considère toujours à la fin et qu'on est déjà sur la "voie vers le paradis" mais attention, obligé de passer à la vitesse supérieure.

 

Le néon derrière figure la conception car la lumière dite "primordiale".

 

Pour sortir de la caverne, le personnage (dans sa solitude apparente) doit se laisser guider vers la lumière extérieure et surtout pas vers la lumière primordiale (celle du monde mystérieux le plus enfoui en soi derrière un voile de l'oubli et d'où on vient pour cheminer vers la vie).

 

Ce néon crée donc dans l'esprit de chaque spectateur, un grave danger dramatique car il peut inciter le personnage à se retourner et se laisser attirer (voire aspirer).

 

Dans le clip, le néon est la "promesse dramatique", outil que le cerveau gauche sort toujours de sa besace.

 

Dans son catalogue de mythes universels, le cerveau gauche dispose en effet du mythe d'Icare pour susciter ce risque de se tromper entre les 2 lumières à rejoindre.

 

Pause pour la suite et prévenir LAME qu'il a compris !

Link to post
Share on other sites
il y a 44 minutes, Ciné7 a dit :

Pour traduire cette vérité, la fin va se réapproprier tous les éléments de la structure de la conception à jusqu'au delà de la mort mais réunis dans un seul outil exclusif au final et ainsi nommé "la voie vers le paradis".

 

Pour l'occasion, le qui doit alors se revêtir de la "parure de l'ange" par quelque moyen qu'il est possible pour le figurer.

 

Malin le cerveau gauche pour stimuler le cerveau droit ! Il choisit la métaphore dont la dimension est forcément universelle puisqu'elle va rappeler à tout le public les émotions individuelles mais de manière collective.

 

Il détient à cet effet un catalogue de mythes universels qu'il va utiliser en outils.

 

Pour commencer, il va proposer le mythe de la caverne de Platon pour déjà figurer la conception, la position foetale jusqu'à la sortie vers le monde extérieur.

 

La fin se situant sur la voie du paradis, le monde extérieur devient le paradis (toutes confessions de l'humanité confondues).

 

Pause pour des questions ou des remarques éventuelles à ce stade.

A partir de cette partie, je ne comprend pas   vous voulez en venir.

Link to post
Share on other sites

Bravo LAME, justement j'y venais en insistant sur le matériel à mettre en place pour concevoir la fin car on doit reprendre ce même matériel pour écrire l'histoire d'avant.

 

Si on commence à sortir tout le matériel dès le début, bon courage pour la suite. Il faut savoir où on va avec le matériel qu'on a sorti pour concevoir un final.

 

Après je t'expliquerai comment.

 

Ce matériel sert à amener le spectateur au centre de ses émotions personnelles stockées dans sa mémoire.

 

Le storytelling qui touche, ne vient pas toucher n'importe où et ailleurs que ce centre (pour le réveiller).

Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, Ciné7 a dit :

Oui, parce que le cerveau gauche provoque ainsi consciemment des réflexes instinctifs au cerveau droit. C'est l'objet de leur accord d'association.

 

Bonjour LAME, si parfaitement, tu as compris l'histoire qui est racontée ! Aies plus confiance à ton cerveau droit, c'est ton cerveau gauche qui l'a aidé à la traduire.

 

Revenons sur l'exemple de ton clip de NAIVI pour voir consciemment si le mythe de la caverne de Platon s'y trouve instinctivement (sans faire exprès).

 

La réponse est oui ! La caverne, c'est ce couloir de caves avec au fond derrière, un néon allumé. La lumière et les couleurs sur le personnage sont les 1ers reflets de la lumière extérieure pas encore resplendissante comme la lumière du jour en plein soleil.

 

Tout çà donc sans faire exprès mais c'est là !

 

On considère toujours à la fin et qu'on est déjà sur la "voie vers le paradis" mais attention, obligé de passer à la vitesse supérieure.

 

Le néon derrière figure la conception car la lumière dite "primordiale".

 

Pour sortir de la caverne, le personnage (dans sa solitude apparente) doit se laisser guider vers la lumière extérieure et surtout pas vers la lumière primordiale (celle du monde mystérieux le plus enfoui en soi derrière un voile de l'oubli et d'où on vient pour cheminer vers la vie).

 

Ce néon crée donc dans l'esprit de chaque spectateur, un grave danger dramatique car il peut inciter le personnage à se retourner et se laisser attirer (voire aspirer).

 

Dans le clip, le néon est la "promesse dramatique", outil que le cerveau gauche sort toujours de sa besace.

 

Dans son catalogue de mythes universels, le cerveau gauche dispose en effet du mythe d'Icare pour susciter ce risque de se tromper entre les 2 lumières à rejoindre.

 

Pause pour la suite et prévenir LAME qu'il a compris !

Honnetement, je ne voyais pas tout ce que vous décrivez, je voulais juste que ce soit comme ça qu'il y est un mélange de couleur et je trouvais que ça coller bien avec la musique, que c'etait homogene, pour moi c'est important que l'image représente le son qu'importe la manière, ll faut que l'image reflete exactement l'emotion de la musique.

Donc non je ne pensais pas au mythe de la caverne de Platon d'aileurs je ne le connaissais pas.

Link to post
Share on other sites
il y a 12 minutes, Ciné7 a dit :

Bravo LAME, justement j'y venais en insistant sur le matériel à mettre en place pour concevoir la fin car on doit reprendre ce même matériel pour écrire l'histoire d'avant.

 

Si on commence à sortir tout le matériel dès le début, bon courage pour la suite. Il faut savoir où on va avec le matériel qu'on a sorti pour concevoir un final.

 

Après je t'expliquerai comment.

 

Ce matériel sert à amener le spectateur au centre de ses émotions personnelles stockées dans sa mémoire.

 

Le storytelling qui touche, ne vient pas toucher n'importe où et ailleurs que ce centre (pour le réveiller).

Quand vous parlez de matériel? vous parlez de cerveau gauche c'est bien ça ?

Link to post
Share on other sites

Oui et pour le mythe de la caverne, tu n'y pensais pas car ton cerveau gauche ne le connaissait pas ou plutôt ne savait qu'il était dans sa trousse.

 

Ton cerveau droit s'est débrouillé tout seul en jetant un oeil curieux dans la boîte à outils du cerveau gauche et au lieu de comprendre le mythe de la caverne, il s'en est souvenu et y a cru (d'où ma citation de Jean Cocteau sous mon avatar).

 

Car même si on comprend, il faut surtout croire en ce qu'on fait. C'est plus satisfaisant.

 

Je reprends en effet pour en venir au "où".

 

Rappel : La fin répond au pourquoi qui est la vérité traitée. Elle se situe sur "la voie vers le paradis" parce que cette vérité doit éblouir le spectateur comme s'il arrivait au paradis. Sinon bof, tout çà pour pas grand chose et dommage d'avoir autant de matériel dans son cerveau gauche.

 

Et là, on n'en est qu'à son matériel de base que je rappelle pour plus de clarté (mais il faut bien saisir leur finalité)

 

Be quiet, c'est bientôt fini ...

 

Donc, nous avons comme outils à sortir en priorité :

 

Le mythe de la caverne, le mythe d'Icare. C'est le mieux pour figurer la conception et la naissance puis préparer son histoire, ses personnages, ces décors, ses images et ses sons.

 

Reste un dernier outil de base que tu as toi-même nommer "la femme" que je t'ai mis en rouge car ce n'est que le résumé à ta manière de sa véritable signification nommée à ma manière à moi car telle que trouvée dans les cerveaux gauche de l'humanité : "la matrice universelle", le moteur et l'énergie de ta mécanique et de celle de tous les autres.

 

En français : Mère nature créatrice qui donc dans les histoires se manifeste en maman et en bien aimée (en même temps ou séparément).

 

Je te laisse le temps de digérer au moins ce matériel de base pour t'expliquer la suite qui devient technique.

 

Essaies déjà de reconnaître ces 1ers outils sur le clip d'introduction.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now



×
×
  • Create New...

Important Information

j'accepte les cookies de ce site