Bienvenue sur les FORUMS MAGAZINEVIDEO.COM

Pour poster, répondre à un membre, ou visualiser les messages non lus depuis votre dernier passage, CONNECTEZ-vous ou INSCRIVEZ-vous dès maintenant, c'est gratuit. Ou faites-le une fois la limite atteinte (10 messages lus / 24H). (en option) Pour lire tous les tests Premium du site, télécharger les fichiers bruts, et profiter des articles en pdf et sans pub, ou pour soutenir notre site 100% indépendant, consultez aussi nos formules Premium 1 an ou 2 ans.

BiffTannen

Mon premier Documentaire (Louis le maréchal ferrant)

Bonjour à tous.

 

Je viens vous présenter mon premier documentaire. Un ami prof d’Occitan m'a proposé de tourner ce projet. J'ai accepté avec joie car le documentaire m'a toujours plu et mis à part la fiction et le clip musical, je n'avais pas encore touché ce domaine. Aucun storyboard, pas de rôle d'acteur, aucune préparation... faut dire que c'est autre chose que la fiction...

Donc voici "LOUIS" docu de 33:00 minutes tourné avec un GH4 et un 28mm f 2.8 IS USM de chez Canon de 00:00 à 25:01 minutes. Et de 25:01 minutes  jusqu'à la fin, j'ai utilisé une VG30 et son inséparable 18-200 mm 3.5.

 

 

Edited by BiffTannen
titof44, Ciné7, loupiod and 1 other like this

Share this post


Link to post
Share on other sites

EXCELLENTISSIME!!

Bravo!

Superbes personnes attachantes!!et quel vécu!!!

Les 33 min passent super vite!!!

 

2-3 questions

Quel était ton réglage des BdB(3200 K????)

était tu en map auto???

Quels ont été tes plus gros problèmes de prises de vues?

 

Merci encore pour ce partage et bravo:eusa_clap::eusa_clap:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour et franchement bravo BiffTannen pour cette première.

 

Je rappelle toutefois que le point commun entre la fiction et le documentaire (et même le clip musical) est qu'il faut un personnage (le radoté qui ... et quoi).

 

Tu le confirmes ici.

 

Excellente idée de ton amie prof d'occitan et excellente idée de ta part d'avoir accepté la proposition.

 

Passionnant, cet artisan qui raconte et montre son métier ancestral et qui a transformé son atelier en véritable musée.

 

Et oui, l'article 2 de la constitution dit que "la langue de la République est le français" et on voit déjà que par le passé, une institutrice puis son successeur instituteur l'appliquaient déjà car c'était certainement inscrit dans les textes originels.

 

Sans être "nationaliste" comme on l'entend péjorativement depuis, c'est pour forger l'unité du pays à laquelle ont toujours aspiré nos rois confrontés aux comtés et aux baronnies. C'était aussi devenu une question d'égalité entre les régions.

 

Les langues régionales font partie intégrante de notre culture et de notre Histoire. Il faut en effet les faire vivre mais que dans cet esprit et non pas pour à nouveau diviser ou démanteler notre territoire (et en désertifier des pans entiers) ...

 

Bravo pour la traduction et les sous-titres. Agréable d'entendre parler un patois pour se souvenir de notre passé. Un vrai témoin fort et émouvant qu'on doit sincèrement remercier.

 

Ta tentative dans le documentaire est parfaitement réussie !

 

(Bonjour titof qui a posté avant moi. Je me joins à tes questions car ma dalle brillante 17" avait un léger voile (d'un petit manque de contraste) en plus de la fumée de la forge).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à toi titof44 et à toi Ciné7 pour vos retours.

De mémoire, il me semble que en extérieur, j'était monté à 4000K vue que c'était l'hiver et voilé donc il y avait une dominance bleu; Et en intérieur, oui c'était bien en 3200K car le néon et la flamme donnaient une dominance jaune.

 

Mais malheureusement, je n'ai pas pu faire la WB à chaque plans en prenant mon temps car les scènes défilaient comme des avions :sweatingbullets: il me fallait capturer tout le déroulement sans dire "STOP Louis ! attend je règle un truc..... aller ACTION ! " donc à des moments, l'image est un peut bleu ou un peut jaune (sachant que la forge avait une grosse ouverture et laissait passer la lumière naturelle du ciel.) Sur le moment j'y ai pas pensé mais j'aurais du le mettre en auto... 

 

Mes gros problèmes ont été de filmer ça pendant 4 heures d'affilée mon œil dans l'oeilleton sans faire de pauses (je n'aime pas travailler à l'écran), faire la mise au point manuellement (je n'aime pas la mise au point auto), et de devoir anticiper à chaque mouvements de Louis (sans savoir se qu'il va faire et en comprenant en plus de ça qu'un mot sur dix).

Et de m'occuper de mon matos vue que j'étais tout seul. Changer carte SD (j'ai filmé 3 à 5 heures env en 4k), piles micro, gérer mon plan fixe . etc...

 

Oui Ciné7 la vision d'égalité que tu dis reste pacifique et permet de rester dans un environnement unis et familial et non "sectaire" pour être caricatural.  

Si l'on reste dans le partage, dans notre culture et dans la beautée et l'amour de la langue sans faire de division.

Oui la traduction a presque autant était longue que le montage et l'étalonnage.  

En se qui concerne ce fameux voile, c'est bien-sur la fumée mais aussi mon étalonnage. J'ai filmé "flat" pour avoir le plus d'indication dans les couleurs, les noirs et les blancs sans trop y mettre de contraste au montage justement pour garder le plus d'information (mais bien-sur, un poil de contraste dans les endroits les plus noir aurait été plus juste pour que sa soit moins flat) J'ai pas fait du Philip Bloom quand même :w00t:

 

merci encore à vous deux pour vos bons retours

 

   

 

 

Edited by BiffTannen
Ciné7 likes this

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout ou presque est dit, c'est excellent, et en plus, tourné sur le vif. Bravo !

Ciné7 likes this

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci reporter31. Oui tourné sur le vif et en plus, "se que je disais à mon ami", aucun des 3 regardent la caméra. Pourtant, je ne les ai pas briefé au départ. 

Non franchement, pour une première, je suis content du résultat et surtout, j'ai eu la chance de tombé sur ce Mr Louis. 

 

Ciné7 likes this

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour BiffTannen,

 

Excellent documentaire, inhabituel par la rareté de cette profession... merci pour le partage.

 

Par contre:  je suis très déçu par ces images, surtout au début ... vouloir travailler en FLAT (ou en V-log etc ..) c'est obligatoirement ne pas laisser les images dans cet état au montage ... mais faire un vrai travail en post-prod , si ce n'est pas le cas on choisit un réglage de tonalité standard.

D'autre part, quand on fait un tel reportage on choisit te travailler en "auto" et non en manuel .... en reportage le mode "auto" donne un pourcentage de réussite beaucoup plus important qu'en manuel... il faut être réaliste !! ... et c'est même souvent une réussite à  pratiquement 100%

Ne pas confondre la "fiction" avec tout son temps  pour préparer chaque séquence ... et le reportage où le 1er objectif est de suivre sans une seule seconde de répit... toutes ces personnes qui font vivre le reportage.

Enfin, en reportage quand l'environnement est aussi important que les personnages, une plus grande profondeur  est préférable à toutes ces zones trop souvent floues.

Ciné7 likes this

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour NOEL, je suis au regret d'annoncer à BiffTannen que je suis entièrement d'accord avec toi sur l'approche technique (du flat à tout prix pour compenser le manque de log dans son menu et sans véritable post-production ensuite).

 

BiffTannen dit qu'il n'a pas été jusqu'à faire du Philip Bloom mais je profite de tes remarques pour avouer franco que perso, c'est à lui que j'en veux d'avoir mis cette mauvaise habitude (cette mode) auprès des jeunes qui ne font que gâcher leur post-prod par manque de maîtrise et de connaissances.

 

Frustrant autant en documentaire qu'en fiction (notamment avec les blackmagic).

 

Quand on voit des films pros avec des directeurs photo, des étalonneurs et des coloristes, bon sang de bon soir, on n'a pas ces rendus si déséquilibrés !

 

En numérique, j'en suis à regretter une bonne Sony HDW 750 et même une EX1 ou 3 dotées de courbes pré-réglées à peaufiner au tournage avec un léger étalonnage en post-prod. C'est encore possible avec les f55 ou les Canon eos cinéma et même avec une RED qui a des courbes et des luts de série déjà intégrées (dixit Matthieu dans une autre discussion).

 

Mais ceci dit et franchement, je le répète encore ici, ce n'est pas le ou les défaut(s) technique(s) qui parvien(nen)t à nuire à un contenu riche et réussi comme celui du 1er docu de BiffTannen qui se regarde malgré tout avec un vrai plaisir et une véritable émotion.

 

L'évolution sur le plan technique ne seront qu'à réfléchir sur les prochains projets et expériences.

NOEL likes this

Share this post


Link to post
Share on other sites

bravo

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonjorn , es polit aquel pitsou film ! 

 

Ce fut un plaisir de visionner par 2 fois ce reportage autant pour le sujet que pour la langue et ton travail bien sur .

Pour moi c'est plutot du reportage car c'est un peu à l'arrache ... et je salue ta réactivité surtout en map manuelle .

 

J'aurais pour ma part chercher à diriger Louis et ses collegues ( 1 seul aurait suffit d'ailleurs ) et je lui aurais mis un micro cravate . Les gens que l'on filme ne se rendent pas compte du langage de l'image et sans indications de notre part , ça part vite dans tous les sens .... improviser est un sacré challenge et une prise de risques que tu as bien géré malgré tout ! ... mais pour travailler plus à l'aise , tu aurais pu te trouver un assistant  .

 

A mes yeux , Il n'y a pas lieu d'indiquer des regles ( pas de " flat ", grande pdc ... ) tant la frontière docu/reportage/fiction est floue et que tous les gouts sont dans la nature ! Je ne suis donc pas trop géné par le coté un peu " flat " de certains plans si ce n'est que l'étalonnage semble parfois perfectible .

 

dernier point . n'aurait il pas été préferable d' arreter à 20 min quand le sujet s'éloigne du travail de forge afin de maintenir une meilleure unité de ton sujet ? ... quitte à faire un second film avec une discussion à batons rompus autour de la vie d'autrefois ...

 

al cop que bi ... comme ion dit ici ...

 

Crackers

 

 

 

Edited by crackers

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

 

Une langue c'est une richesse, au même titre qu'un chef d'œuvre artistique. Même si l'on peut comprendre l'intérêt d'une langue nationale, on ne peut que regretter l'acharnement mis à faire disparaître les autres langues du territoire. Qui voudrait brûler la Joconde ?

Surtout que les bilingues de naissances sont extrêmement avantagés dans l'apprentissage d'autres langues. J'en connais : Bretons, Occitants, ils m'ont toujours impressionnés par leur faculté à apprendre une troisième langue et même une quatrième.

 

Merci à BiffTanenn de m'avoir permis de retrouver la musicalité d'une langue qui a bercé mes vacances d'enfant. Je la comprenais mais ne la parlais pas.

Merci pour ce beau film.

 

 

Ciné7 likes this

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour à tous.

 

Merci pour ton retour NOEL. Donc pour se qui est des fonctions auto (mise au point, balance des blancs etc), pour être franc, je ne les ai jamais utilisé en auto que se soit maintenant avec un Gh4 ou à l'époque avec ma blackmagic ou ma vg30

 

Faut donc que j'enrichie ma technique et que je teste les fictions auto. Bien-sur, j'ai déjà utilisé l'auto sur des projets lorsque j'avais 13 ans avec des appareils compacts mais c'était mes débuts et, avec du compact....pas le choix. 

 

En se qui concerne ma capture "flat" bien-sur que en postprod, j'ai retouché l'image mais pas assez. Du moins, j'ai eu la main légère sur les contrastes. Je prend en compte se que vous dites et travaillerais autrement pour la prochaine fois. Je me souvient la fois ou j'ai montré des projets de Philip Bloom à mon "formateur" video (qui n'est rien d'autre qu'un ami à moi frère) il a trouvé ça pisseux.

 

Oui la profondeur de champs n'est pas assez grande. Il m'aurait fallut des éclairages pour pouvoir travailler au moins en f3.5 et plus. La, je suis de longue à f2.8 et 3.5 pour le 18.200 sinon, j'avais un peut de bruit.

 

Merci Crackers. Oui j'ai laissé échapper des règles essentielle comme au moins diriger Louis, et louer des micros cravate. La je travaille avec un micro externe qui était fixé sur ma cage.

En se qui concerne la construction du reportage, je n'étais pas maître du projet. C'est mon ami prof d'occitan qui a voulu l'intégralité jusqu'à la scène de fin ou on le voit dans sa cuisine . Il ne cherche pas à avoir juste un reportage sur la forge mais une histoire parmi une autre de la langue Occitane. Ce reportage sera diffusé dans son école à Montpellier. Mais tu à parfaitement raison sur la découpe. Garder un reportage sur le maréchal ferrant et l'autre sur leurs propre vécu de la langue Occitane.           

Merci YANIK. pareil...mes Grand parents parlent cette langue et d'entendre d'autres personnes comme Louis me rend heureux et nostalgique.

 

Merci COX 

 

 

 

 

 

 

 

Edited by BiffTannen
Ciné7 likes this

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures , crackers a dit:

 

... A mes yeux , Il n'y a pas lieu d'indiquer des regles ( pas de " flat ", grande pdc ... ) tant la frontière docu/reportage/fiction est floue et que tous les gouts sont dans la nature ! Je ne suis donc pas trop géné par le coté un peu " flat " de certains plans si ce n'est que l'étalonnage semble parfois perfectible .

 

 

Bonjour Crackers,

 

Désolé, mais je n'ai pas dit "pas de flat" ... j'ai dit que si on veut jouer avec cette fantaisie il faut travailler au maximum en post production (ce qui n'est pas le cas) ... sinon (si on ne veut rien faire derrière) on utilise un réglage de tonalité standard. (d'ailleurs BiffTannen ne donne aucune impression de vouloir modifier son montage ... Il faudrait qu'il suive un peu ce que fait Titof44...)

 

D'autre part, je ne vois pas du tout l'intérêt de travailler "en flat" dans un tel reportage quand on sait à l'avance que "l'ambiance sombre" et "la couleur grise"  seront majoritaires.

 

Quant à la profondeur de champ, si tu aimes voir un mur avec une panoplie de choses et d'outils floue ... tant mieux pour toi ... mais pour moi, en reportage, la profondeur de champ (faible quand uniquement c'est nécessaire) est de la plus haute importance pour vraiment apprécier un film. 

 

Nota:  J'ai vu d'ailleurs l'ensemble de tes films (que j'adore) et tu appliques avec vigueur toutes ces  règles qui conduisent à la qualité d'un film ... 

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Noel

Quand je parlais du flat je faisais reference au post de Ciné7 ...

il n'en reste pas moins ( et je sais que nous ne sommes pas d'accord sur le sujet  de la pdc dans la narration ) que ton argument sur l'arrière plan ne tient pas vraiment dans le sens ou il y a un tel fatras derrière que , à moins de faire un arret sur image , flou ou net tu n'as pas le temps d'en prendre connaissance .... et que justement la netteté attire l'oeil ( le mien ) et suggère seulement le fond qui est secondaire dans l'histoire ...

Quant à mes petits reportages , à l'époque je n'avais que le canon hfg30 à petit capteur .Maintenant , le capteur de ma sony ax100 de 1" ( et les filtres ND ) me conviennent tout à fait et je ne me prive pas d'en user ( de cette relative  faible pdc ) . D'ailleurs mes " patrons " en redemandent ... lol

mais je respecte ta vision  ... ;-)

Edited by crackers

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour tous et YANIK !

 

Oui, oui, je prends le commentaire de crackers pour moi (NOEL, c'était "patois", c'était moué :) !).

 

Mais moi aussi, je respecte la vision de crackers et de ses "patrounets" ... (quand ils referont la netteté) mais je reste d'accord avec NOEL sur la complication en reportage sur le vif (qui ne demande pas les mêmes préparatifs image qu'un docu ou une fiction où on a le temps de préparer les plans (enfin, en théorie, vu que le dieu argent veille de plus en plus au grain).

 

Pour pas être distrait par l'arrière-plan, il suffit de placer son sujet sur les points et les lignes de force ... Crackers, arrêtes de regarder derrière moi quand j'te cause !

 

Sans relancer une énième fois le débat, il y a d'autres moyens que le flou pour détacher un sujet et perso, je trouve qu'une pdc réduite "naturellement" par une focale, c'est plus joli (et sensé) que celle jouée avec l'iris. Je reproche seulement qu'il est dit que c'est pour un effet cinéma alors que çà reste souvent une démarche de photo (snif, c'est vrai, quoi ! ...).

 

Par contre, d'accord avec les retours de crackers sur Philip Bloom alors qu'il a su être excellent sur l'essai de la fs100 avec son boxeur (sans doute a t'il pensé qu'il ne valait mieux pas le rater celui-là, seul à seul hors du ring :eusa_think:).

 

Bonjour et bravo pour ta réponse BiffTannen ! (épi une post-prod peut se reprendre pour chaque nouvelle occasion de diffusion en école, en vestiaire de salle de boxe, etc ...).

loupiod likes this

Share this post


Link to post
Share on other sites

bonsoir tout le monde,

après avoir lu et relu les commentaires et vu et revu ce reportage incroyablement bien ficelé...je ne dirai qu'un mot BRAVO....:eusa_clap:

les sous titres bien montés ,les images douces et chaudes comme l'ambiance de la forge, m'ont beaucoup séduit..

c'est pour moi un des meilleurs reportages vus ici sur ce forum....

vraiment très agréable a regarder .

bien sur il doit y avoir quelques défauts ...:bien:

merci du partage.

 

 

 

 

Edited by loupiod
Ciné7 likes this

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir loupiod et merci pour ton commentaire. Les défauts que l'on me reproche me font évoluer et m'aide mais les bon retours feront pas forcement évoluer mais me donne de la force ! merci pour ton bon retour.

 

Aller...vue que l'on parlent du loup, je re-partage "Portrait of a boxer" version en couleurs.

 

Edited by BiffTannen
Ciné7 likes this

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour BiffTannen,

 

La force te fera évoluer et comme tout, il faut parfois être observateur et regarder par exemple les images de tes directeurs photo de références (tu en as forcément). Il faut analyser leurs images et saisir leurs choix de dominantes, leur gestion des basses lumières (les "noirs") et surtout, comment ils équilibrent l'ensemble.

 

Outre Philip Bloom, on peut aussi regarder par exemple John Mathieson (directeur photo de Rydley Scott), John Scale (sur sa technique du "One light") et nous avons la chance d'avoir sur le forum Matthieu Misiraca qui a fait un showreel du tonnerre en 2016 (un showreel, c'est bien car il y a toute une gamme d'ambiances possibles) :

 

 

Ils sont tous à mon goût personnel mais je ne me considère pas exigent. Le travail de Jean-Claude Larrieu sur Alceste à Bicyclette me sert aussi de référence (pour la RED).

 

Bon d'accord, c'est de la fiction et ils ajoutent un travail de lumière et de décors difficile en documentaire ou en reportage sur le vif mais rien n'empêche (notamment avec John Scale) de voir ce qu'il serait possible avec l'éclairage naturel ou artificiel sur place.

 

Bref, il ne faut pas que regarder ce que font les autres mais bien observer dans les moindres détails.

 

D'ailleurs, autre exemple de référence de ce que l'on peut faire avec les réglages internes (sans log ou flat) d'une caméra (Sony HDW750) avec un étalonnage "léger" (Jean-François Robin pour Coline Serreau) :

 

 

EDIT :Philippe Rousselot, notre grand directeur photo français, explique lui-même qu'il a débuté et d'abord appris sur des documentaires et qu'il aime recruter ses assistants qui en sont aussi issus.

EDIT 2 : Je viens de revoir le début de ton docu, à part le "voile" du contraste, tu n'en est pas si loin (entre autres, de John Scale) :bien:

NOEL and loupiod like this

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures , Ciné7 a dit:

.... La force te fera évoluer et comme tout, il faut parfois être observateur et regarder par exemple les images de tes directeurs photo de références (tu en as forcément). Il faut analyser leurs images et saisir leurs choix de dominantes, leur gestion des basses lumières (les "noirs") et surtout, comment ils équilibrent l'ensemble.

 

EDIT 2 : Je viens de revoir le début de ton docu, à part le "voile du contraste", tu n'en est pas si loin (entre autres, de John Scale)

 

 

Bonjour Ciné7 et tous ...

Oui, pour moi c'est ce qui tue un peu le démarrage du film (comme une pellicule voilée d'autrefois).

Personnellement, même si le contenu et le sujet sont excellents et bien filmés, je ne vois plus que ce qui me chagrine beaucoup... un contraste très faible, alors que pour justement "contraster" avec une ambiance "fumeuse" qui arrive obligatoirement ensuite, il fallait d'abord choisir un décor de qualité, avec de belles couleurs chaudes, à l'extérieur de la forge.

 

 

 

Ciné7 likes this

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour NOEL,

 

Et pour taquiner BiffTannen avec les couleurs chaudes, Philippe Rousselot qui conseille d'anticiper (... surtout ceux qui ne mise que par la post-prod", se dit Ciné7 dans sa p'tite tête) et particulièrement John Scale avec sa technique du "One light" qui se base sur la source de lumière principale et sur le renfort des sources secondaires ("donc encore par observation mais cette fois-ci sur place" en déduit Ciné7), s'écriraient tous les deux en choeur :

 

"Mais comment se fait-il qu'on refroidisse autant une ambiance alors qu'il y a du feu dans la forge ?"  

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!


Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.


Sign In Now