Aller au contenu
  • Pour poster ou répondre à un message, connectez-vous ou inscrivez-vous ici !

    Vous pouvez vous inscrire (ou vous connecter) sur ce Forum pour poster ou répondre à un membre. Attention, pour s'inscrire aux services Premium, un compte Premium est nécessaire. Créer ce compte Premium ici. Ce compte fera coup double : il vous inscrira aussi en tant que membre du Forum. Sinon vous devrez vous inscrire 2 fois avec 2 emails et 2 pseudos différents.

Messages recommandés

Bonjour crackers, c'est parce qu'en fait, çà ne s'adresse pas à des artistes (qui en effet sont plus concernés par cette belle citation de Pierre Soulages). Certes et là réside peut-être mon excès (que je suis prêt à reconnaître mais pas regretter), çà vient d'une période de Hollywood dominée par Star wars où la "bible" du métier devenait "le héros aux mille visages" de Joseph Campbell.

 

Un consultant comme Christopher Vögler adaptait l'ouvrage de Campbell dans un manuel de scénario tandis qu'un autre, Robert McKee recommandait d'en rester à Carl Jung et aux métaphores issues des mythes. Encore un autre, Syd Field (mon chouchou perso) ne s'en tenait qu'à enseigner une structure avec laquelle on pouvait tous s'exprimer à tous les degrés de sensibilité (Perso, je ne connais que James Cameron et Michaël Mann qui ne se fient qu'à cet enseignement. Il y en a d'autres et on a même attribué à Syd Field, l'essor d'Hollywood des années 70 et 80 jusqu'à je suppose E.T. de Steven Spielberg puis Indiana Jones avec son ami et associé Georges Lucas qui jetait déjà un oeil sur l'ouvrage de Joseph Campbell).

 

Perso, j'étais un p'tit jeune en France et je ne m'intéressais qu'au cinéma français (et italien) mais je voulais apprendre ce métier de faire des films et raconter des histoires avec des acteurs que déjà par ma nature, je mystifiais ...

 

Il se trouve que je rencontrais un scénariste qui revenait de l'université de Columbia où le scénario était enseigné (et d'où sortaient ces deux élèves turbulents Steven et Georges). Il projetait d'en faire la formation en France et je l'ai approuvé en participant à son 1er stage. Il m'a posé les bases mais surtout incité à aller plus loin dans la recherche.

 

Je reprenais notre répertoire national et transalpin et m'apercevais qu'on y retrouvait aussi réunis les enseignements de Joseph Campbell, donc de Christopher Vögler mais aussi de Robert McKee et de Syd Field. Aucun n'avait pourtant enseigné en Europe et j'ai eu écho que la base venait surtout de la Poétique d'Aristote (qu'un jeune aspirant a le droit de préférer).

 

Il est depuis apparu que Joseph Campbell avait peut-être repris Aristote mais en l'actualisant sous l'angle (psychologue) de Carl Jung (mémoire individuelle et collective).

 

Entre temps, je rencontrais des réalisateurs qui m'ont davantage laissé le souvenir de techniciens et d'artisans que d'artistes. C'est vérifié, il n'y a qu'en France que cette confusion perdure ! Même en Italie, on les appelle Maestro (maître mais comme maître artisan).

 

Or, il est vrai qu'à force de se fonder sur les mythes pour communiquer avec le public pour parfois oui, le toucher, c'est à dire l'émouvoir, lui provoquer des ressentis, des frissons, des larmes et des rires (en l'espèce avérés infantiles) que notamment Stanley Kubrick en a conclu que le cinéma renfermait tous les arts comme la peinture, la scuplture, la musique dont les oeuvres les plus intenses partent de mythes et de légendes.

 

C'est cette piste qu'il est sans doute utile de transmettre aux jeunes capables depuis des générations de reconnaître leur matrice universelle en regardant la Joconde. Un logiciel de post-production vient même dorénavant leur rappeler le nom du Maître (artisan) à qui ils la doivent.

 

Il est peut-être temps de leur expliquer pourquoi sinon tout leur restera incompréhensible et le nez collé à leur smartphone ou leur écran d'ordi, ils ne se référenceront qu'à la médiocrité des artistes du lavage de cerveau et de la soumission.

 

Merci et respects crackers pour ce déclic ... Il fallait que çà sorte :bien: 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 11 heures, Ciné7 a dit :

Un petit up néanmoins pour découvrir le dernier clip de LAME ...

 

... Hum  ? ... Oui évidemment qu'il y a des éléments archétypaux :eusa_think-2: ... Oui absolument, toujours du mythe de la caverne de Platon :mellow:! ... Bon d'accord que c'est encore les mêmes mais confiance, il va persévérer et il a le temps et ses futurs déclics pour lui :rolleyes:

Bonsoir Ciné7,

Difficile de comparer toutes tes références de films et de leurs réalisateurs avec ces clips de musique rap où on ne voit évoluer qu'un chanteur sur un simple fond sans aucune mise en scène ... donc rien de comparable avec le clip scénarisé de Michael Jackson que tu as montré. Beaucoup de travail en perspective pour Lame.  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, il n'y a pas de scénario pour le moment et c'est normal.

Chaque musique à une manière d'être exprimé selon le rythme et l'émotion dégagée.

Donc quand je l'aurai décidé, il y aura un scénario ou un concept, je ne me prend pas la tête (beaucoup trop parfois).

J'aspire à être meilleur, si déjà seul j'arrive à faire ce genre de chose, ça veux tout simplement dire qu'avec une équipe je pourrai mieux exploiter ce que je sais faire.

beaucoup de personne aurait abandonné à ma place ou se limiterai et ça ce n'est pas mon genre.

Les gouts et les couleurs ne se discutent pas et c'est ça qui est bien sur terre chacun a le droit d'apprendre et de voir les choses à sa manière, moi je prends les choses qui me plaisent et qui me servent pour faire mon propre mélange et ça prend du temps mais à la fin ça donne quelque chose qui est propre à sa personne c'est le plus important.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ciné7, Merci pour les conseils ça m'aide quand même , même si parfois je ne comprends pas trop, je pense que c'est à moi de trouver le sens même de vos explications, ça viendra, j'y crois ! 

Je connais personne qui est né avec un pack d'expérience.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

 

J'avoue que j'ai du mal à suivre également Patrice... 

Bon, comme le mot storytelling remplit des pages de Google, une amie m'a envoyé un lien qui me paraît plus "terre à terre"  :) ...

Faut dire que mes hémisphères à moi ont dû faire un quart de tour et que j'ai l'impression d'avoir un hémisphère avant qui veut toujours aller plus loin et un arrière qui lui dit : éh oh, pas si vite j'ai du mal à te suivre.. :D

Bref ma question existentielle : fais-je du (bon, si possible) storytelling avec Mirabilia par exemple ?  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Coucou LAME et NOEL, je plussoie vos commentaires  :bien:

 

La scénarisation réclame une formation, soit sur le banc d'une université ou d'une salle de stage, soit en autodidacte avec sa propre persévérance.

 

Les 2 sont valables et tu as raison cher LAME, tout dépend de ton courage et de ta détermination :eusa_clap:

 

Je vous dispense de mes recherches en cours pour servir un projet mais je vous confirme que tout ne cesse et ne cessera jamais d'évoluer (J'ai même laissé exprès un petit mot clé en guise de piste pour bien plus tard, LAME "colonne vertébrale").

 

Sans te soucier de la scénarisation, tu as encore quand-même mis par instinct des éléments archétypaux dans ton dernier clip de NAIVI mais qui sont toujours prostrés au fond de la caverne encore tout près de la lumière primordiale.

 

Reprends le topic tant que tu pourras ou tu voudras pour t'éloigner peu à peu de cet endroit enfoui (éclairé que par des néons en arrière-plan qui ne sont pas des reflets trompeurs mais des éclats qui devraient te propulser sur la bonne voie que pour l'instant tu n'illumines que de flashes de lumières et de couleurs (... Ah non, c'est toi qui décodera!).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 28 minutes, Charlie-82 a dit :

Bref ma question existentielle : fais-je du (bon, si possible) storytelling avec Mirabilia par exemple ?  

Affirmatif Jean-Charles !!! Et sur le parcours de l'eau, tu m'as même bluffé !

 

Je te renvoie à la réplique d'un film de Jean Cocteau sur mon avatar. C'est le préalable à tout pour faire juste confiance à son instinct (et si la nécessité s'en ressent, aller plus loin dans ses recherches et ses ambitions).

 

En ce moment, je révise aussi Claude Sautet (le souvenir de la rencontre reste toujours aussi tenace car fascinante. Son mot d'amitié me hante. C'est que çà mijote forcément quelque part en moi et donc, je m'y colle :blush2: !).

 

Dans le générique de début des choses de la vie, j'ai effectivement poussé le bouchon sur le mythe du Phoenix et l'évocation pro-créative. Même si je n'ai pas tort car toute cette dimension est bien là, j'ai depuis admis que çà ne venait que de son instinct et que Claude Sautet ne s'intéressait qu'aux éléments archétypaux de la vie quotidienne, sa seule mythologie.

 

 

(C'est Arletty chez elle qui m'a incité à ne plus mystifier les acteurs mais sur le tournage de Garde à vue, Romy Schneider m'a fait rechuter. Et maintenant Michel Piccoli ! Chacun ses mythologies en fait !)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 31 minutes, Ciné7 a dit :

Affirmatif Jean-Charles !!! Et sur le parcours de l'eau, tu m'as même bluffé !  

Bonjour Ciné7 et Charly-82,

 

Il y a aussi de Jean-Charles, le clip "Passagers du vent" qui peut être considéré comme un exemple de scénarisation d'une chanson :

 

 

... il suffit simplement d'ajouter 2 à 3 séquences à l'intérieur de ce clip où on voit la chanteuse en train de chanter.

Modifié par NOEL

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Michel,

Je ne pense pas que ça colle vraiment... les paroles parlent plutôt de mer, de mouettes, de bateaux...

et je l'ai choisie sans connaître les paroles justement  :) 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci NOEL ! Les mythes (et les contes) ne se sont toujours pas loin :rolleyes: Le titre "Les passagers du vent" pour aussi traverser les mers "Across the sea", la musique de Howard Shore et la voix d'Annie Lennox pour le Seigneur des anneaux et les évocations mêmes des images ...

 

Non au contraire Charlie, c'est même déjà très bon ... On se surprend à y croire :eusa_clap: !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
à l’instant, Charlie-82 a dit :

Salut Michel,

Je ne pense pas que ça colle vraiment... les paroles parlent plutôt de mer, de mouettes, de bateaux...

et je l'ai choisie sans connaître les paroles justement  :) 

Oui ... mais de toute façon ce n'était tout simplement qu'un exemple de scénarisation d'une chanson ...

... et je viens de voir la réponse de Ciné7 qui va dans le même sens que mon message  


Rappel du lien de cette présentation par Charly -->  C'est ICI

 

 

 

 

Modifié par NOEL

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je dois tout-de-même prévenir nos lucioles dont LAME (gaaarde à vous, fixe ! ... repooos).

 

Même si nous venons d'admettre à l'unanimité que chacun a sa mythologie, c'est pour Claude Sautet, Charlie-82 et d'autres sur le forum mais ce n'est pas pour vous que nous parlons si gentiment et si gaiement :blush2: !

 

Non, tout dépend de vos ambitions. Vous avez le droit d'en rester là car en effet, l'instinct et l'intuition permettent de vrais exploits tels que vus ci-dessus de donner le plus de dimensions possibles à vos images et vos sons.

 

Mais dans les années 80, Claude Sautet autant que Charlie-82 n'avaient déjà plus besoin d'aborder plus avant la question (oui, çà rime).

 

Si vous voulez persévérer sans exclure toute opportunité, il vous faut vous doter de réflexes toujours instinctifs mais qu'il vous faut maintenant maîtriser (pour être des chefs).

 

Le but est de recourir sciemment à la dimension précise que vous, vous déciderez de conférer à vos images.

 

Quel ressenti ou quelle émotion exactement vous souhaitez communiquer et partager là ici et pas demain !

 

Voici une excellente vidéo explicative de l'historique de la situation qui a servi à l'intro du topic sur le voyage du héros (LAME, je te rappelle d'ailleurs que dans la rubrique du forum "Du scénario à la réalisation vidéo", tu as plein de topics incompréhensibles que tu peux consulter au fur et sans mesure. Je continuais moi-même à apprendre en même temps et j'arrivais à me comprendre ... Pour toi, c'est donc possible avec un peu de temps et de concentration).

 

Non, ce n'est pas la fin du mythe, c'est le début que vous avez à vous imposer pour votre formation personnelle et pourquoi pas professionnelle. Y en a marre maintenant ! Vous avez une vraie chance de d'abord vous initier à la structure du voyage du héros pour la suite qui se présentera à vous !

 

C'est pendant cette suite que vous découvrirez votre propre mythologie ! Et c'en sera vraiment fini du monomythe, bande de copieurs !

 

Voilà pourquoi je vous propose la piste de quelques outils pour démarrer au mieux car je sais que vous finirez par vous y rencontrer (et par expérience, je peux vous dire que vous n'êtes pas au bout de vos surprises :sweatingbullets:).

 

(Voilà, c'est bon, quartier libre !)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 7 heures, Charlie-82 a dit :

Salut Michel,

Je ne pense pas que ça colle vraiment... les paroles parlent plutôt de mer, de mouettes, de bateaux...

et je l'ai choisie sans connaître les paroles justement  :) 

 

Aparté @Charlie-82 pour j'espère te rassurer définitivement, oui, tes passagers du vent survolent bien des océans ou des mers mais de nature (ils voguent donc bien sur des navires et il y a même un Icare qui ne se laisse pas emporter sur une autre voie. Les mouettes feraient redondance en tant qu'oiseaux dont une pourrait venir heurter un des navires et se blesser les ailes :wink:).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Justement, ce reportage de crackers permet d'éclaircir la situation (et ma démarche dans ce topic et partout ailleurs sur le forum) :

https://forum.magazinevideo.com/topic/34679-histoire-des-images-qui-voulaient-sanimer/

 

Il faut relever que l'histoire de la technique jusqu'au numérique n'a tendu principalement qu'à progresser sur la faculté d'immersion dans l'image et le son.

 

La 3D a été tentée et nous voilà maintenant à miser sur la définition avec le 4k puis le 8k, sur l'augmentation de l'espace colorimétrique avec le HDR et le REC2020 (et suivants) pour succéder au REC709 et sur la vidéo VR 360°.

 

Quand je dis plus haut que Claude Sautet autant que Charlie-82 n'avaient plus besoin d'aborder plus avant la narration quand Starwars est sorti, ce n'est pas parce qu'ils seraient devenus ringards ou à la ramasse mais que les périodes et les évolutions que eux ont connues les ont formés à l'essentiel et que cet essentiel ne dépend plus de tous ces progrès et de la suite.

 

Perso, c'est cette formation que je défends quelles que soient les avancées technologiques de toutes façons axées que sur l'immersion.

 

Ma démarche est donc d'inciter à se maintenir ou s'initier aux dimensions existant de tous temps pour que le public s'immerge dans un récit en images et en sons.

 

Je maintiens, il n'y a que l'approche archétypale et donc puiser dans les mythes (dont le monomythe mais pas que !).

 

@Charlie-82 Mon précédent commentaire aussi incompréhensible et étrangoïdal sur tes passagers du vent avec une même lecture possible sur le parcours de l'eau, m'incite à signaler que personne ne peut te taxer de ringardise car si tu n'es pas à classer dans la catégorie de Claude Sautet, de Georges Lucas ou de Steven Spielberg ... tu l'es sans problème dans celle de Robert Zemeckis :eusa_clap: :

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rassures toi, c'est quand-même et toujours la même et seule catégorie. En fait, c'est pour situer le degré :blush2: !

 

Tu es davantage dans l'évocation et le ressenti que dans l'émotion ou l'émerveillement mais comme l'un ne peut pas se passer des autres :sleep: ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 17/06/2018 à 18:49, Ciné7 a dit :

Attention, le cerveau gauche devra sortir de son catalogue, un mythe universel lié à ce pourquoi car comme pour la caverne de Platon et Icare, il va fournir des éléments à reprendre dans ses images et ses sons.

 

Oui, c'est la caverne de Platon qui impose déjà dans ses images le contraste entre l'obscurité (les ténèbres) et la lumière (extérieure puis du paradis). 

 

Notamment ici en avant-goût sur un exemple de film (de looong métrage ) :

https://forum.magazinevideo.com/topic/32765-le-voyage-du-héros/?do=findComment&comment=157864

Bonjour et bonne fête (de tous les saints).

 

J'ai prolongé le p'tit déj pour relire tout le topic et vérifier s'il est incompréhensible.

 

Les bases sont bien "clairement" exposées et posées et la lecture et les re-lectures suffisent jusqu'au post avec l'extrait du final de E.T.

 

(La suite est effectivement bavarde mais sans off topic, au contraire. Perso, j'apprécie même les interventions de NOEL et de LAME sans compter les plus récentes de crackers et de Charlie. Tous des lucioles, en fait. L'âge ou l'expérience ne fait rien à l'affaire du moment que la lueur ne s'éteint pas et plus jamais).

 

En effet, les clips de LAME ne sont pas encore dotés d'une narration mais que de tentatives en ce sens qui permettent tous les encouragements car à ses questions notamment sur cette 1ère partie jusqu'au final de E.T. mais aussi après, il confirme qu'il est bien une luciole.

 

Son souci qui est également celui de Charlie-82, c'est de consentir à l'effort d'enfin aborder la structure (très bien expliquée sur le topic). J'ai fini par y ajouter l'outil du mythe de Janus avec en fait celui de Chronos que je venais moi-même de découvrir dans la trousse à outil (oui, du cerveau gauche, du mien et de chacun, chacune).

 

Jean-Charles expérimente plus avant la structure avec Mirabella. Son instinct et son intuition ne s'en sortent vraiment pas trop mal (pour compléter ma réponse à ta question existentielle, cher Charlie).

 

Pour le reste, j'ai mis en rouge là où peut enfin intervenir la liberté de chaque mythologie personnelle mais je maintiens aussi le lien vers le post de Seul au monde illustrant un exemple sur le préalable expliqué à LAME au début de ce présent topic et à dispo de tous.

 

Sergio Leone avait choisi le mythe de l'ouest (américain) pour Il était une fois dans l'ouest et Jean Renoir, le mythe de Paris pour French cancan, etc ...

 

Mon effort perso est d'au lieu de mystifier les acteurs (les mythiques, les légendaires), c'est comme pour une idée de départ, c'est doter les personnages (les "qui") de leur propre mythe universel ...

 

Re, re et toujours re :

gladiator.thumb.png.ab1f5e0e6a72306068c649ec02351026.png

 

Dans le mythe de Janus qui guide la structure portée par Chronos (fonction conjugaison), on croit ne pas voir le visage de face, celui figé au présent au milieu entre les 2 visages de profil (dirigés vers le passé et vers l'avenir). Russel Crowe ci-dessus nous en révèle les traits par une réplique écrite au présent pour être dite (et affirmée) par son personnage doté du mythe de l'idée de départ (aimer jusqu'au delà de la mort).

Janus.jpg.73c0f32e0a02383d5bc07a62edd899df.jpg

 

(Donc pour démarrer, reprendre ce topic du début et au moins jusqu'au final d'E.T. ! ... Oui, le mid-point, c'est une tresse).

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour LAME et les lucioles,

 

Pour ne pas trop se perdre en conjectures et prospecter soi-même ses propres pistes et bien des sources, un membre du forum (Scenarmag) avait déjà créé un site très documenté et prolifique sur le storytelling :

 

http://www.scenarmag.fr/

 

Une caverne d'ali baba pour rechercher vos sésames ... (Oups pardon, encore cette foutue approche imagée :blink:!)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 21/06/2018 à 01:32, Ciné7 a dit :

Si vous avez l'intention d'écrire un scénario, demandez vous à propos de quoi et à propos de qui. Citizen Kane commence avec les derniers mots d'un mourant et se termine en révélant le secret de toute une vie. Rechercher la réponse (le pourquoi) fournit la portée narrative et la ligne émotionnelle du film. Syd Field

Pour les allergiques et les vraiment néophytes, j'ai fouillé dans mes archives pour une solution antimythe.

 

Je me suis souvenu de Dara Marks, consultante à Hollywood qui dans son manuel "Inside story" propose une structure interne (arc transformationnel) fondée sur le paradigme de Syd Field (que des médisants ne réduisent qu'à une structure externe).

 

Je cite son propre exemple d'idée de départ toute bête et comment déjà la creuser sans se jeter dans les mythes :

 

"John se rend à l'épicerie" (Le public : "mouais bof" ... indifférence abyssale)

"Pour acheter du lait" (Le public : idem sauf bien-sûr s'il repense qu'il doit aussi en acheter)

"Pour son bébé" (tiens, le public se soucie un peu).

"Qui est malade" (le public se soucie un peu plus).

"Et n'a rien mangé depuis quelques jours" (le public se fait franchement du souci)

 

Donc début d'histoire ("à propos de quoi et à propos de qui") ! :

 

1 - John est allé au magasin pour acheter du lait pour son bébé malade qui ne mange plus rien mais John n'a plus d'argent ...

 

Réaction émotionnelle du public : Il devient inquiet ...

 

On creuse encore :

 

2 - John a dépensé tout ce qu'il avait gagné pour boire avant même de rentrer chez lui !

 

Réaction émotionnelle du public : il devient impliqué !

 

Pour toute l'histoire qui devrait en découler si vous vous penchez dessus pour envisager un pourquoi, la suite sera une image finale, une image d'ouverture et une image du milieu et j'ai remis la citation de Syd Field avec marquée en rouge l'inversion (l'effet miroir) nécessaire expliquant qu'on commence par trouver la fin pour écrire à compte-à-rebours.

 

Les métaphores issues des mythes demeurent toutefois pertinentes (et traitées aussi dans le manuel de Dara Marks) parce que sans elles, bonjour la probabilité quantique d'éviter notamment des répliques plates et ennuyeuses plutôt que par exemple : "Ce que l'on fait dans sa vie, résonne dans l'éternité".

 

Déjà pas mal quand-même d'avoir au moins trouvé chez l'ami google que Chronos qui guide votre structure avec Janus, est le dieu grec du temps et de la destinée et qu'il a enfanté Aion, le dieu de l'éternité :eusa_think-2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour discuter

Vous devez être membre afin de pouvoir discuter

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

×