Jump to content

Palindrome Éric


IXES
 Share

Recommended Posts

Bonjour à tous,

Il est de bon aloi de rendre la vie plus légère en postant la blague suivante (palindrome) pour notre ami Éric :

 

Éric notre valet, alla te laver ton ciré.

 

Merci pour vos commentaires.

 

Bonne journée à tous avec le sourire.

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour IXES.

 

Pardon mais perso, même pas une once de menace d'éclat de rire à la lecture de ce palindrome car je n'ai pas saisi le sens de la "blague".

 

Néanmoins merci d'avoir fait découvrir cet exercice des mots (et des lettres) et j'ai dû me renseigner sur la définition de palindrome : "mot ou groupe de mots pouvant se lire de gauche à droite et de droite à gauche en gardant le même sens".

 

Le 1er exemple de palindrome ainsi vu sur le net est : "La mariée ira mal".

 

Les zygomatiques n'ont pas davantage frémi mais ravi d'avoir appris quelque chose grâce à toi.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, Ciné7 a dit :

Bonjour IXES.

 

Pardon mais perso, même pas une once de menace d'éclat de rire à la lecture de ce palindrome car je n'ai pas saisi le sens de la "blague".

 

Néanmoins merci d'avoir fait découvrir cet exercice des mots (et des lettres) et j'ai dû me renseigner sur la définition de palindrome : "mot ou groupe de mots pouvant se lire de gauche à droite et de droite à gauche en gardant le même sens".

 

Le 1er exemple de palindrome ainsi vu sur le net est : "La mariée ira mal".

 

Les zygomatiques n'ont pas davantage frémi mais ravi d'avoir appris quelque chose grâce à toi.

Bonjour Ciné7,

C'est en 1985 que j'ai appris au CNRS d'Orsay, ce qu'était un palindrome avec des cours de biologie sur l'ADN vibratoire de l'homme.

La nature est vraiment une intelligence manifestée et pour exemple, sais-tu comment la sève des arbres monte jusqu'aux feuilles ?

Et bien, chaque cellules superposées sont inversées (palindrome), et c'est cette différence de potentiel qui permet à la sève de monter , génial non ?

 

"Les zygomatiques n'ont pas davantage frémi". Que puis-je faire pour te donner le sourire ? Moi j'ai appris après avoir échappé à une mort certaine en 2017.

 

Sinon, vive la vidéo et à tous ceux qui m’accompagnent pour me perfectionner.

Je te souhaite une journée radieuse avec des zygomatiques frémissantes.

Link to comment
Share on other sites

Les zygos du sourire ont fonctionné à ta réaction et merci encore pour l'aspect biologique que tu m'apprends également (toujours pas compris la blague sur Eric mais toujours rien de grave ... enfin, j'espère).

 

Je me suis toutefois souvenu avoir appris tout petit qu'une ville s'appelait Laval avec cette subtilité d'inversion des lettres qu'on souhaitait m'enseigner pour développer ma biologie neuronale. Echec cuisant :) !

Link to comment
Share on other sites

il y a une heure, Ciné7 a dit :

Les zygos du sourire ont fonctionné à ta réaction et merci encore pour l'aspect biologique que tu m'apprends également (toujours pas compris la blague sur Eric mais toujours rien de grave ... enfin, j'espère).

 

Je me suis toutefois souvenu avoir appris tout petit qu'une ville s'appelait Laval avec cette subtilité d'inversion des lettres qu'on souhaitait m'enseigner pour développer ma biologie neuronale. Echec cuisant :) !

Ne le prend pas mal, mais je trouve que tu as un esprit doté d'une intelligence vive !

Sinon pour avoir un accent aigüe sur le E majuscule du mot Échec, il faut simplement taper sur le clavier "Alt 144", génial, non ?

Link to comment
Share on other sites

Vrai qu'il n'y a pas de quoi se tordre de rire :) Mais c'est "un peu court jeune homme" comme dit dans Cyrano de Bergerac..

 

Voila le palindrome le plus long... 2119 mots, je viens de le finir à l'instant.... (nan je déconne hein)...

 

Parti du relégitimé, l’émoi d’illettrés se dénudera de radotages.  Ave Maria, jumelage codétenu à ton essor, Genet idéaliserait sa lèvre.  Ce dégât, râpé de mer, accosté - par après, il a viré - te roda l’optimal listage, le Civil.  Ô joie au Y et s’il en use, utérus, salut  à toi, nudiste et si l’Audiard ne t’éjecte, récuse ton urbanité – ipséité, ça fédère mal. Hanoi t’a régi, brevet love-rival.  Euh, ce départ t’a ralenti ?

Ô crâne dégarni, magnifique félicité, use du rap aliéné. Bat-on ce sergent rom, aussi l’amer réaliste, sexe vêtu ? 

T’es sec, ce méga taré, même las, Lee, tu as limé. Elle berce Melun et erre. Mal raplati, redémarre, il bat la mesure-Lido d’Évian et t’éclopera godasse, révolte.  Cornet pur, banal remède, l’aromate écarte, redouté.

Vice-versa, sus au qat, t’autonomise-t-il à ta façon, notable érudit, nanar, été acté en recueil ? Elle va, racolage, ne s’épate-t-elle pas, réversibilité, souverain et ami, l’Auvergnate ? Le désaveu qu’on imite baisse, utile gnaule, verve, il engagera l’acariâtre Pol à Geu. Que valider : crème, lard, repli ?

 Viva le taxi, dorez-en !  I am, ha, tu es, il a !   « Général camisard » répète le taliban râblé.  Si, mate ça, la prise de tête : mitigé, le Dalaï-Lama se résigna, yeti.

Nul ne se dira San-A !  Nase barasta-rime, secrets, étalages ineptes, sabir attesté jeunet, elle t’atténua.

Tu avales Laval, si, Aerton Senna, tu traces sur Évère, j’avise, tape-cul alien, éloges à ton art, amuse-toi, pèlerin esseulé.

Et toc, samedi protège, il a l’âge.  Ce Sergi, amer, déçu de ta dot puérile, a cassé l’pot. Ne rime guêpes. Œdème rêche not to L.A. from Nice.  De mec à saper, tout sang ocré, félidé italien, a prêté le fric.  Rions et s’il se - délit ! - nacre mal, lit avec rage, sou trivial, éjacule dur, balanite made in orifice rénal, pore, aérage ! Et parle !

L’Eden  m’a durci, drame canin en réclame.  Les opiacés rapportés, il a rompu. Calcul net abyssal, tapote ça et rue. Hexaèdre me dératise, rage dialectale me déride l’issue utérine.

Ebay a  périclité : sûre Mustang américaine B. lucrative, kimono, bikini, drap, carats, diam, rabe d’un tarot, céleri-Melba.  Malbâti, bronzé, Pol le basané radine.  Ce dada redore.  Palâtre se dédise l’aisselle. 

Rémi altère le but. Super été, le dégazage de soute flaira ton cas. Si, Matelot, elle m’a, gasoil-plage, elle terra. Je tropicalise Râ l’Odéon, elle m’a mérité.  Le bec tente ces litres en Isère et Cali-Medellin avec algèbre.  Hasard amarré sur ce léger regel, as, arc émergé né du ressac, artiste tel Perec, arase le mal ce soir et s’il a l’zéro féru, le fera-t-il, ce bac à mot sexuel, lire par Eric ?  Anissa commue l’Opus Dei, pas une vers toi.

Diego de la Véga,  vil, cibla au rapport : E.L.F., F.I.S, sale H.I.V. Renégats ou décédés, sera-ce nullité ?  Me scrute-t-il en observant nos sens ?  Et si Rita sert au Q.G., électif était Raps Alain. Le « ah » parte en notes, en sol et ré, la.

Le café, ça freine, si l’âne peine, gelons ionisés. Ne plie pas, Noé, le papelard n’axe là.  Autre mire, périmètre, nielle, erreurs.  Reverse le brut réparé pour si peu qu’on - insère-t-il l’autel bâti ? - m’initiât. Écrase ce valet, tu l’as nui. Cinéma, sidérale javeline, brio, sel et appareil pare-feu. 

Par telle ruse d’ici, Mohammed n’amortit  - épistèmê non-ratifiable, icône née d’Islam -  no Tanger, not Alger … Ria, le minaret : Emir, révèle ta gêne, récit, sujet nié, recrute la sueur. Néolocal animalier à Pau, Gardel le mac  - essor ? galère ? - mate en rut - con ? - M.T.V. pocket size. Par tel zélateur ébarbez-le !  Crame, vil Nestor !

Là, naturel, semer ce désir perdu. Ah, ça suffit. Ah, ces totems ! Agronome doré, avenue. Jamais reçu à Xérès : sel, baril à paroles, rêve de jadis. Elle me fera gicler bâclage, rudesse raciste, elle me fera mal à crever. Ca turbule, exil orphelin, remèdes. 

Servile en toi, farcis une urne.  Le P.S. - dogme ni menotté, ni névrosé, R.T.T. - se ligature.  Brel a géré le trac établi.  Zen, Ame, Loi, Vertu.  Entubé de désir, ce vil aselle se vida.  La méga-rétro alerte tue. Parer, reset, reçu sténo secret. Curé Sorel semi-autiste, juste. Mondial I.T.T., on émet Télé-Morue, trop !  Parti du R.E.R, on étripa. Tel le magnéto, le con ignore si le laser U.V. rendra déridé. Lupanar, asile, harem, I am not avec Ami Lévi, consul Perès. Il entérine : Vade retro mâle, été fatal !  Cette étagère fit sept sesterces. 

Yvan, à la fin, a mal amianté. Avril n’a laissé là, demi-bas, ni le velu outsider, ni l’écrevisse lessiver ce lin.  Redis-tu où le vélin s’abîme ? D’Alès, si Alan livra et n’aima la manif à la navy,  secret s’est pestiféré, gâté et t’éclata.  Fêtée, la mort, ère d’avenir…et ne lisère plus, nocive limace ! 

Va-t-on m’aimer ? Ah, Eli, Sara  n’a pu le dire. Dard, nervure, sale liseron, gin, ocelot en gamelle, tapir, ténor, érudit, rapporteur, omelette, Menotti, laid nom, et sujet.  Si tu aimes l’Eros, éructer ce son et sucer te serrera peut-être l’aorte.  Rage maladive, selle, salive, crise de début neutre, viol, émanez !  Il bat. 

Écarteler, égaler Béru-tag ?  Il est trésor, venin … et ton Eminem, Godspel en rue nu (Sic).  Rafiot, née l’ivresse de mer, Nil, eh prolixe élu brut, âcre ver, calamare femelle.  Et si …Caresse du régal, Cabrel, cigare, femelle,… Sida, je déverse l’or à pâlir, à blesser, exaucer.  Siam, à jeun, Eva érode mon orgasme tôt.  Sec, hâtif, fusa chaud. Reprise de crèmes le rut anal. Rots en live, Marcel zébra Béru. Étalez le trapéziste K.C. op V.T.M. nocturne.  Ta mère, la grosse Camel, le dragua pareil à Mina. La colo en rue usa le turc éreinté.

Justice renégate, lever rime, te ranime l’air. Régla-t-on ? Régna-ton ?  « Mal sidéen en O, ciel bai » fit Arno. N’émet si petit roman d’Emma, « Homicide sur elle trapue ». Fer à plier appâté. Le soir béni leva.  Je la redis ? Amen. Ici, un salut tel « ave César », c’était inimitable. 

Tu allitéres « Ninouque Pis ». Ru opéra perturbe les revers. Ruer, réelle, inerte mire, périmer tua Alexandra. Le pape Léon sapé, il pense, si « no is no », le génie pénalise, nier face-face l’alerte.  L’os ne s’étonne et Raphaël  nia. La spartiate fit ce leg.

Quatre satiristes nés sont navrés, bon. Élite, turc, sème-t-il ? Lune, caresse de ce duo, stage nervi hélas sifflé, trop paru.  A Albi-clivage, va le doge. Idiots revenus à pied. Sup oléum mocassin à cirer à périlleux estomac à bec, lit à refêlure, forez la listériose ! clame-le, Sara ! Ce replet et si tracassé rude nègre m’écrasa.  

Léger regel écru serra  madras à herbe, glace vanille demi-lactée, résine.  Sert-il, sec et net, ce bel étire-mamelle, Noé ? Do, la ré, si, la, ci, porte-jarretelle égal pli.  Os à gamelle, tôle, tamis,  sac notarial, fétu osé, dégazage délétère, pus-tu bêler et l’aimer ?  Elles, si ! Alési de désert, à l’apéro, dérada de ce nid, Arenas Abel Lopez n’orbita, blâmable mire. 

Lectorat nu de barmaid ? Starac, pardi : Niki, Bono, Mike Vitar cul-béni à cire, magnats, umérus… Et il cire p@ya.be.  En ire, tu eus si le dire démêlât ce lai de gare si taré de merde.  Axe heurté à ce top, Atlas s’y bat en Luc, la Cup moralise trop, parsec. Ai posé le mal cerné, Nina, ce mardi cru. Damned, elle rapte, égare  aéroplane, récif, ironie. Dame Tina, la bru de Luca, je l’ai, virtuose garce. 

Va-t-il, là mercantile, des listes noircir ?  Fêlé, trépané, il a tiédi le fer.  Cognas-tu, ô trépas, à ce médecin morfal, Otton ?  Eh, ce remède ose peu gémir en topless à ça. Élire ? Up to date, du cèdre maigre sec égal à Liège, torpide mascotte élue S.S. en ire. 

 « Lépiote, Sumatra » nota Ségolène, il a lu ce patési. Va, je rêve russe car tu tannes notre ais. La valse la vaut au net. T’a-t-elle, ténue jet-set, tari ?

Basset, pénis égal à tester ces émirats arabes à nanas arides ? En l’unité Yang is Ères , Amalia l’a délégitimé. Tête de sir Palace t’a mis El Barnabi.  La télé te perdra si Mac Laren égalise ! Utah-Maine : zéro - dix à Tel-Aviv. Il perdra le mercredi. L’aveu que galoper taira ça, la regagne.  Lièvre velu, Angéli, tu es si abêti, Minou, que vase de l’étang revu à Lima !

Ténia revu, ose-t-il, ibis, rêver ? Sa pelle te tape, Sénégal, ô Caravelle, lieu cerné et caetera … Nanti du réel bât, on noça, fatalité ?  Si, Mono, tu attaquas, usas, rêve ci-vêtu, ode retracée, ta morale de merlan abrupt en roc et lover-ès-sado. Gare Pol, cette naïve d’Odile ruse mal. Tablier, rame de rital.  Par la mer retenu, le mec rebelle, Émil, saute Elsa, le même ratage, mec !  Cesse, tu te vexes.

Et s’il a erré, mal issu, à mort nègre sec, nota bene, il a paru désuet. Ici, le feu - Q.I., fin gamin, rage de narcoït - ne la rattrape déchue, la virevolte – verbigération, ah… La mère de facéties piétina Bruno. 

Te sucer … et ce, je tendrai. Dualiste et si… d’un  iota, tu l’as ! Sûre, tu es une liste : Y.U.A.E.I.O… Joli, vice-légat, s’il la mit, Pol adore te rivaliser : parapet, soc, carême de partage de cervelas, tiare …  S’il a édité, « Negros » se nota un été d’Oc, égal, ému, j’ai ramé, va …  Segato, dare-dare, d’une, dessert tel l’idiome, le mitigé, l’érudit rap 

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, Charlie-82 a dit :

Vrai qu'il n'y a pas de quoi se tordre de rire :) Mais c'est "un peu court jeune homme" comme dit dans Cyrano de Bergerac..

 

Voila le palindrome le plus long... 2119 mots, je viens de le finir à l'instant.... (nan je déconne hein)...

 

 

Bonjour Charlie-82,

Bon, là c'est sûr, Ciné7 va adorer les palindromes.

Sinon Charlie, si tu as tapé tout le texte, tu es vraiment patient.

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir IXES (Jean-Claude) et Charlie !

 

J'avoue avoir déjà du mal à lire l'aller. J'angoisse pour le retour ...

Link to comment
Share on other sites

bonjour Charlie-82 bonjour a tous,

en se levant le  matin ça réveille les neurones ....:sm59:

bon j'ai trouvé le milieu mais pas facile effectivement ...

 

merci a Jean Claude pour ce petit aparté bien sympathique ( *)

et merci a toi pour cet exemple de ouf et bon dimanche a tous..:scenario3:

(*) pour ceux qui seraient intéressés par les caractères inexistants sur clavier AZERTY :

http://www.skrol29.com/francais.php?rub=mael

Edited by loupiod
Link to comment
Share on other sites

Il y a 16 heures, IXES a dit :

Sinon pour avoir un accent aigüe sur le E majuscule du mot Échec, il faut simplement taper sur le clavier "Alt 144", génial, non ?

É :w00t: !!!

(Salut à tous et merci IXES, j'ai réussi avec ma 1 lettre. Je reprends espoir pour me confronter aux 2119 à lire dans n'importe quel sens :bien:)

Link to comment
Share on other sites

C'est amusant. Revenir d'un pays où l'on écrit de droite à gauche, et tomber sur votre Post

 

Je vous en donne un autre pour la route :  RESSASSER, plus long palindrome connu à ce jour en langue française.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

j'accepte les cookies de ce site. Terms of Use

Please Sign In or Sign Up