Jump to content

Le droit à l'image


IXES
 Share

Recommended Posts

il y a une heure, crackers a dit :

Bonjour

 très interessantes les explications de cette spécialiste ... par contre très désagréable cette video dont la valeur de plan change sans

cesse !

 merci .

Bonjour Éric,

L'année dernière, alors que je filmais dans la rue principale de Brive, un policier de la police municipale m'a dit que je n'avais pas le droit de filmer, ce en quoi je lui ai répondu "si en public".

Visiblement il ne connaissait pas le droit à l'image.

Maintenant, avec les explications de cette vidéo, je me sens plus rassuré pour filmer en public.

 

De même que les policiers ne peuvent s'opposer à l'enregistrement de leur image ni demander l'effacement :

 

2008-12-23-Note-service-Ministere-Interieur-Photos-des-policiers

Link to comment
Share on other sites

Bonjour et merci IXES pour ces infos intéressantes sur "Le droit à l'image" ... au sujet de photographier dans la rue. :bien:

 

J'ai trouvé en suivant le site de cette photographe et avocate, Joëlle Verbrugge, une autre vidéo sur le sujet:

"Image et liberté d'expression" avec un jugement à l'échelon de la Cour européenne des droits de l'homme :

 

 

Nota: Je trouve quand même que ces 2 espagnols ont quand même été un peu trop loin dans "La liberté d'expression", mais ce n'est qu'un avis personnel.

 

 

Edited by NOEL
Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, NOEL a dit :

Bonjour et merci IXES pour ces infos intéressantes sur "Le droit à l'image" ... au sujet de photographier dans la rue. :bien:

 

J'ai trouvé en suivant le site de cette photographe et avocate, Joëlle Verbrugge, une autre vidéo sur le sujet:

"Image et liberté d'expression" avec un jugement à l'échelon de la Cour européenne des droits de l'homme :

 

 

Nota: Je trouve quand même que ces 2 espagnols ont quand même été un peu trop loin dans "La liberté d'expression", mais ce n'est qu'un avis personnel.

 

 

Bonjour NOEL,

Pour ma part, je pense que ce n'est pas anodin de brûler la photo d'un individu, ce qui c'est aussi passé en France avec l’effigie de Macron dans les manifestations des gilets jaunes.

Il faut savoir qu'en science occulte, version "magie noire", pour vouloir détruire une personne, on brûle sa photo.

 

En ce qui me concerne, la violence ne fait pas partie de la liberté d’expression mais bien d'une forme de pouvoir à vouloir imposer sa pensée par la force, une contre liberté d'expression.

 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour à tous et merci IXES et NOEL pour ces vidéos explicatives.

 

Dans certains cas, le droit à l'image est en effet lié à la liberté d'expression (et d'information).

 

Quant à la violence, c'est le critère de proportion (ou donc de disproportion) qui importe.

 

Une autre situation vue sur internet (YT) : des policiers qui interpellent un vidéaste venant de filmer des violences en lui demandant de leur montrer les rushes pour établir les responsabilités des manifestants autant que des forces de l'ordre.

 

Le vidéaste croyait qu'ils voulaient l'arrêter et lui confisquer le caméscope pour effacer les images. Ils lui ont expliqué que non, que l'appareil lui sera rendu en le conduisant dans un car de police pour le visionnage. Le vidéaste pensait à une interpellation et à un abus de droit mais un officier de police a bien insisté sur le fait qu'il s'agissait d'une enquête judiciaire à laquelle le vidéaste prenait le statut de témoin.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 5 heures, Ciné7 a dit :

Bonjour à tous et merci IXES et NOEL pour ces vidéos explicatives.

 

Dans certains cas, le droit à l'image est en effet lié à la liberté d'expression (et d'information).

 

1)   Quant à la violence, c'est le critère de proportion (ou donc de disproportion) qui importe.

 

2) Une autre situation vue sur internet (YT) : des policiers qui interpellent un vidéaste venant de filmer des violences en lui demandant de leur montrer les rushes pour établir les responsabilités des manifestants autant que des forces de l'ordre.

Le vidéaste croyait qu'ils voulaient l'arrêter et lui confisquer le caméscope pour effacer les images.....

Bonjour Ciné7,

 

1) Concernant  la proportion "Bof"  pour moi il n'y a pas de proportion qui importe... à partir du moment où on définit que c'est de la violence, qu'elle soit verbale et/ou "déguisée" ça reste de la violence.

La réflexion d'IXES est très intéressante,  "la violence ne fait pas partie de la liberté d’expression mais bien d'une forme de pouvoir à vouloir imposer sa pensée par la force, une contre liberté d'expression.

 

2) Ce sujet est sans relation avec un jugement sur le violence ... mais est le reflet d'une aide pour la police afin de juger si ces images sont le reflet d'une réalité "juste" ... sans un choix d'images politisées de manière évidente (ce qui rejoint un peu les propos d'IXES sur la violence.)

Edited by NOEL
Link to comment
Share on other sites

Bonjour NOEL, les événements actuels rendent difficile tout jugement ne serait-ce moral sur la violence (en tant que forme d'expression). Le droit juge donc sur la proportionnalité comme pour le principe de légitime défense.

 

L'autre situation est un exemple sur ce que s'expose aussi un vidéaste en matière de droit à l'image.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

j'accepte les cookies de ce site. Terms of Use

Please Sign In or Sign Up