Jump to content
Ciné7

(Mauvaise) humeur sur le cinéma d'aujourd'hui !

Recommended Posts

Bonjour,

 

J'ai déjà partagé sur le forum ma désapprobation personnelle d'une approche de la vidéo qui se propage sur le net et née de la mode des appareils photos reflex ou hybrides traduisant une difficulté tenace chez beaucoup de différencier l'image fixe et l'image animée.

 

Tous ces clips mal filmés parce que sans formation ni fondement en nous faisant subir par dessus des musiques chantées avec des voix de crécelle !

 

Or, je constate que de plus en plus, le cinéma ne se met plus à l'abri de ce phénomène et vient même le promouvoir et l'encenser.

 

(Combien de fois en zappant sur le câble, je hurle "Aaalooors !!!" en moi-même quand je tombe sur un plan interminable d'un film où je n'ai plus cette patience d'attendre qu'il se passe enfin quelque chose :bye: ? ...).

 

Le dernier exemple en date est la bande-annonce de Carphanaüm (de Nadine Labaki, actrice, scénariste et réalisatrice libanaise) :

 

 

Sans me permettre de juger ici la démarche du film, il a quand-même reçu le prix du jury du dernier festival de Cannes qui n'a selon moi pas vocation à récompenser une approche aussi peu créative et originale d'une mise en image d'un sujet et d'un thème quels qu'ils soient !

 

En plus, je crois savoir que c'est filmé avec une Arri alexa mini et non un bridge petite gamme (avec lequel on pourrait en faire autant) ! ...

 

... Comment :blink: ?

 

Mais tout à fait d'accord ! Au lieu de venir râler sur le forum, quoi faire d'autre à part proposer soi-même un tout autre projet :wink: ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Euh, tu sais que je ne suis pas le moins du monde cinéphile, alors tu peux développer ta pensée Patrice, j'ai pas trop compris... :) 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben moi je vois beaucoup de films, mais je n'ai pas compris non plus... :smile: J'ai vaguement compris que les images de la bande-annonce bougeaient trop. ? Je ne suis même pas sûr... 

1 Post, 1 idée, pas 3 ou 4 et on comprendra mieux à mon avis...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir,

Mais, je pense que pour mieux comprendre la raison d'être de ce film, il faut d'abord écouter Nadine Labaki :

 

 

 

Ce qui ne m'empêche pas de dire que la bande annonce est un peu brouillon et ne fait aucune bonne publicité pour le film.  

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 heures, NOEL a dit :

Ce qui ne m'empêche pas de dire que la bande annonce est un peu brouillon et ne fait aucune bonne publicité pour le film.  

Tu as raison NOEL, cette bande annonce est un vrai capharnaüm !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour et merci notamment NOEL pour les explications de Nadine Labaki lors de la remise de son prix à Cannes.

 

Outre (encore) utiliser l'enfance pour servir un message particulièrement grave et clivant, un film dit "fait à la maison" avec quand-même une excellente caméra entre les pattes (l'Arri alexa mini) en se rabaissant sur la forme au modèle brouillon et sans aucun goût des clips Youtube pour en plus faire illusion d'être à la page et de son temps afin de s'adresser à la jeunesse, ne s'inscrit pas selon moi dans une démarche cinématographique méritant une telle récompense devant autant tenir compte de la qualité "artistique" que technique !

 

Charlie-82 qui ne se dit pourtant pas cinéphile, s'en sort autrement mieux sur le fond et sur la forme avec son "petit" Sony RX10.

 

Idem pour PrinceHamlet à New-York ou à Venise et titof44 avec son sculpteur de ciseaux et son tailleur de pierre.

 

Rien de bien méchant, ce n'est qu'une humeur du moment venant surtout de ma triste expérience de rechercher sur YT ou Viméo des exemples de rendus vidéo d'apn lorsque j'envisageais un achat (auquel j'ai donc depuis renoncé).

 

Pour ce qui concerne le cinéma (cher Charlie :smile:), je ne cautionne pas l'évolution actuelle de bannir les bases même du langage et de l'esthétisme sous le faux prétexte d'avant-gardisme qui ne parvient même plus à cacher une vraie paresse de recherche ou d'apprentissage.

 

D'ailleurs, autre exemple sur le forum, crackers qui s'est efforcé à nous concocter un véritable découpage (image et son) avec son Panasonic g80 sur le rêve d'une valse.

 

Sur le forum, vous êtes donc beaucoup plus avant-gardistes en refusant seulement la paresse (devenant encore plus inexcusable avec une Arri alexa mini ou autre).

 

Perso, je me suis donné le défi de soumettre un projet (en cours d'écriture) en commission du CNC dont le verdict décidera de la suite mais pour ce faire, je m'efforce (tiens, comme vous !) à des investigations et des recherches sur le sujet que j'entends traiter le plus en profondeur possible sur le fond et sur la forme.

 

En revenant aux sources pour m'appuyer sur des bases saines, je pars sur de belles pistes et une Sony F55 suffira.

 

Oui d'accord, filmer au gimbal ou au steadycam force à changer d'approche sur la forme (c'est en effet plus bougé) mais aussi sur le fond.

 

Et sous ces 2 angles, l'avant-gardisme vient se situer ailleurs et par exemple ici (pourtant filmé en argentique) :

 

 

Je précise en effet que suite à mes récentes recherches, j'en ai ajouté une nouvelle citation dans le "à propos de moi" de mon profil (pour mieux saisir cet extrait d'avant-garde sur le fond et sur la forme) :

"Que cherche l’âme ? Des fictions qui guérissent. L’âme guérit en se racontant une meilleure fiction, un « comme si » qui dissout le système de croyance qui maintient l’âme piégée dans ses misères". James Hillman, psychologue jungien

 

Et pour finir sur la mode des voix de crécelle, autant s'en tenir à cet autre effort dans le clip de PrinceHamlet à New-York :smiley16:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui je comprends mieux ta position, même si je ne la partage pas totalement... On est dans un monde qui bouge de plus en plus, mais qui ne bouge pas au même rythme dans les gorges de l'Aveyron et dans les ruelles d'une cité syrienne en guerre..

Effectivement il y a un gros décalage entre la bande-annonce et la présentation du film par N Labaki... Mais as-tu vu le film lui-même en fait ??

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Charlie, non et c'est pour çà que je ne permets pas de trop préjuger de la démarche elle-même.

 

La bande annonce et le discours à Cannes de Nadine Labaki ne m'incitent vraiment pas à aller le voir même si c'est un sujet sur l'enfance misérable (soi-disant purement humaniste mais avec une arrière pensée politique mal dissimulée).

 

Le film a été discuté lors d'un magazine sur le câble et j'ai aussi noté qu'une critique ne se disait pas convaincue du traitement de l'idée de départ (un enfant qui porte plainte contre ses parents de l'avoir mis au monde). Que la promesse ne serait pas tenue alors que l'animateur en face le comparait au Voleur de bicyclette de Vittorio de Sica (qu'est ce qu'il faut pas aller inventer pour une promo !).

 

Non, c'est principalement le choix technique et esthétique qui me sidère et que j'aurais mieux compris avec un Canon 5d ou un Panasonic gh5 (et encore !).

 

C'est inspiré d'un mauvais modèle et Claude Chabrol trouvait déjà "con" la mode précédente de filmer avec une caméra 35mm en imitant les prises de vues improvisées et bougées des petits caméscopes familiaux.

 

C'est cette colère que je partage également !

 

En autre désastre de la mode à Cannes, j'ai aussi appris hier que Thierry Frémaux (en tant que délégué général) a dû finir par interdire les selfies sur la montée des marches et Ken Loach n'aurait pas été le seul des festivaliers à lui donner raison :sweatingbullets:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca va te surprendre, mais ce choix technique ne me gêne pas et pour tout dire j'aimerais bien parfois partir dans cette direction, un peu brouillonne, alors que je suis plutôt bien installé dans la direction opposée... Un jour qui sait ? et avec un sujet adéquat... :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

@Ciné7 ... Heureusement que les gens qui vont encore au cinéma, ne se posent pas autant de questions philosophiques et ne comparent pas en permanence pendant qu'ils sont dans la salle, le film avec ce qu'ils ont déjà vu... et pourquoi ci et pourquoi ça ... avec quoi ils ont filmé ... car les salles de cinéma seraient de plus en plus vides.

 

Sans se poser de question, quand on va voir un film ... on aime ou on n'aime pas ... aucun besoin de toute autre référence !!  Un film c'est fait avant tout pour se divertir, pour passer un bon moment ... pas pour se poser systématiquement mille questions.

 

Dans le cas présent, il ne s'agit pas d'un film de divertissement, mais d'un film pour réveiller les consciences sur cette "réalité" ... alors tout le reste est quand même secondaire ... et N. Labaki le dit bien ... un film tourné à la maison, ce qui signifie "sans prétentions").

 

Cette "bande annonce" n'a pas été obligatoirement faite par elle et n'est pas forcément tournée avec une Arri alexa  ? ... il n'y a pas qu'une seule personne qui filme pendant un tournage (making of etc...).

 

Enfin comment juger un film en ne voyant qu'un assemblage de petites séquences ultra-courtes mises dans un clip de moins de 2 min ... appelé "pompeusement" bande annonce ... alors qu'elle est loin d'être bien faite pour attirer la foule.

Quand tu écris :   Non, c'est principalement le choix technique et esthétique qui me sidère  ...  c'est un jugement qui me semble un peu rapide quand on n'a vu que cette courte et mauvaise bande annonce.

 

Edited by NOEL

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon d'accord, j'ai pris le dernier exemple en date mais çà fait pas mal de temps que j'en vois s'accumuler. C'est tombé sur celui-là, toutes mes excuses ...

 

Mais ce n'est que du bla bla bla et je vais pas sonner chez les voisins pour en débattre (Je préfère vous :blush2: !).

 

Effectivement, je reconnais, tout n'a peut-être pas été tourné avec l'alexa mais il ne s'agit pas de réaction philosophique (là-dessus aussi, j'entrevois une nouvelle évolution) mais contre un phénomène de mode qui en vient jusqu'à contaminer les salles déjà si peu fréquentées et rentables (On en est à comparer avec Vittorio de Sica pour espérer faire vendeur. D'autres exemples encore en permanence).

 

Divertissement ou pas, c'est de la culture qui plus est populaire et il faut se fixer des limites de sérieux et d'intégrité.

 

Si la démarche se voulait surtout documentaire pour dénoncer une "réalité" dans une zone de conflit dont en effet les enfants sont victimes (quelle révélation :blink: !), pourquoi alors perdre autant de temps (si on n'en a pas) et d'argent (malgré un tel dispositif), à reproduire ce qui est le plus nul et polluant sur internet (Non, ne me fais pas de peine, Charlie :fete:).

 

Perso, je suis quasi certain que contre toute apparence, ce n'est filmé ni sur le vif, ni à l'arrache !

 

(Oui bien-sûr Charlie, si c'est plutôt à çà que tu souhaites t'exercer. Confiance d'avance après ce que tu as déjà fait en plus calme et plus posé :smile:).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Ciné7 a dit :

Bon d'accord, j'ai pris le dernier exemple en date mais çà fait pas mal de temps que j'en vois s'accumuler. C'est tombé sur celui-là, toutes mes excuses ...

 

... Effectivement, je reconnais, tout n'a peut-être pas été tourné avec l'alexa mais il ne s'agit pas de réaction philosophique,   mais contre un phénomène de mode qui en vient jusqu'à contaminer les salles déjà si peu fréquentées et rentables...

 

Ah OK, avec ces explications je comprends mieux ...

... c'est un cumul d'observations diverses ... un débordement dans le constat qui t'ont fait te défouler sur le dernier arrivé ... ce clip, bande annonce....

Vu comme ça je préfère  :bien: !

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et ce sont des petites humeurs qui passent très vite quand on passe à autre chose :rolleyes: :bien:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 18 heures, Ciné7 a dit :

mais contre un phénomène de mode qui en vient jusqu'à contaminer les salles déjà si peu fréquentées et rentables

Attention, c'est plus compliqué que cela. Tel que tu l'écris, 9 personnes sur 10 vont comprendre que les salles de cinéma ne marchent pas bien et que beaucoup ne sont pas rentables. Concernant la fréquentation, s'il est vrai que certaines salles Art et Essai peuvent rencontrer des difficultés ou fermer (j'ai le cas à Villefranche Sur Saône par exemple mais c'est parfois au profit de regroupements de cinémas), la fréquentation des salles se porte plutôt bien, voire très bien sur les 5 dernières années.

 

(*)
moyenne avant 2014 199,58 millions
2014 : 208 millions d'entrées
2015 : 206 millions d'entrées
2016 : 213 millions d'entrées (2ème plus haut niveau depuis 50 ans)
2017 : 209 millions d'entrées (3ème plus haut niveau depuis 50 ans)
2018 : en année glissante (l'année n'étant pas terminée), on atteint pour le moment 204 millions

 

2015 fréquentation des salles de cinéma en France la plus élevée d'Europe.

 

La légère baisse en 2018, si elle se confirmait, vient après 2 années exceptionnelles, et resterait au-dessus de la moyenne avant 2014. Elle peut en outre s'expliquer à la marge par un nombre moindre de blockbusters et une année 2018 particulièrement ensoleillée (les spectateurs priviiégiant davantage les activités de plein air quand il fait beau)

 

(*) Chiffres CNC

Share this post


Link to post
Share on other sites

Autre approximation que toute personne travaillant dans le cinéma te confirmera, les bandes-annonces, hormis quelques rares cas, ne sont jamais réalisées par les réalisateurs (trices) ! C'est quoi cette histoire !! :3_grin2x2: 

En France, des boîtes spécialisées s'occupent de cet aspect promotionnel (Silenzio, et SLP-Ciné par exemple). Il est d'ailleurs facile de voir que souvent, les bandes-annonces se ressemblent par leur style (début calme, puis accélération du rythme, pour finir en apothéose). Elle pèchent souvent aussi par le même défaut (selon moi) : certaines dévoilent beaucoup trop les rebondissements du film jusqu'à tuer tout effet de surprise !


Théoriquement, les réalisateurs ont leur mot à dire. Mais c'est très théorique... c'est un peu comme le titre d'un livre, pour bien connaître ce milieu, l'éditeur a souvent le dernier mot, voire le premier.

 

En tout cas juger un film ou son style à partir d'une bande-annonce qui est un montage "promotionnel", est hautement risqué

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir Thierry P., en effet, j'ai tout englobé jusqu'à l'amalgame. Oui, ce n'est pas le taux de fréquentation des salles en général qui est déficient mais la rentabilité (en salles) du type de production (française) du film Carphanaüm (j'ai vérifié, il n'a toutefois pas trop mal démarré mais de là, à crier victoire ...).

 

C'est donc plus du box-office d'une catégorie de films (français) dont je parlais et non d'une situation générale.

 

Il y a l'actualité des rencontres cinématographiques de Dijon qui ont démarré aujourd'hui (lundi 22 octobre 2018) et qui vont permettre un état de lieu plus précis (auquel je reste curieux en dehors de cette discussion du forum).

 

Oui, les bandes-annonces relèvent dorénavant de la pub. D'où sans doute cette absence de goût qui nous ferait croire, âmes sensibles comme la mienne, que tout le film est conçu comme la version longue du spot publicitaire que sera devenue sa bande-annonce (et non plus un film dont on attend une construction cinématographique).

 

Il n'en reste pas moins que les images restent issues du film mais qu'il vaut mieux apprécier en effet au vu du montage global et non de sa bande-annonce.

 

De toutes façons, Nadine Labaki filme et raconte ce qu'elle veut et bien-sûr que ce n'est pas le fond que perso, je me permettrais de juger sur la seule base de la bande-annonce. Elle est adulte responsable et transmets les messages qu'elle veut (on partage ou pas) ...

 

Dans son discours à Cannes, j'ai surtout relevé son expression "montrer l'invisible" et l'extrait sur une technique à cet effet de l'immense Juan Antonio Bayona n'était que ma réponse perso et subliminale (puisque vous-même sur le forum seriez prêts à affirmer que vous n'auriez rien vu !) ...

 

Là, NOEL pourrait confondre technique et philosophie puisque par nature l'invisible ne se montre pas, il se communique dans la mémoire (c'est Juan Antonio Bayona qui perso me l'a prouvé car j'étais en pleines recherches sur cette faculté du langage).

 

Mais Nadine Labaki ne parle pas du même invisible ...

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, Ciné7 a dit :

Oui, ce n'est pas le taux de fréquentation des salles en général qui est déficient mais la rentabilité (en salles) du type de production (française) du film Carphanaüm (j'ai vérifié, il n'a toutefois pas trop mal démarré mais de là, à crier victoire ...).

 

C'est donc plus du box-office d'une catégorie de films (français) dont je parlais et non d'une situation générale.

Cine7, tu parles dans ce Post en moins d'une page :

 

d'un film précis

d'une réalisatrice

d'un problème de style de caméra très mobile sur quelques scènes où des acteurs courent et que tu appelles style photo (mettons...)

du traitement éventuellement contestable d'un sujet (l'enfance)

de l'Alexa de la réalisatrice

du RX10 de Charlie-82 (??) ou du film de untel ou untel sur le Forum (PrinceHamlet....) (??)

de la problématique des bandes-annonces

des salles de cinéma, de la montée des marches à Cannes

de la soumission d'un projet perso (en cours d'écriture) en commission du CNC 

du box office du cinéma qui serait en berne, puis finalement du box-office d'une catégorie de films puis du succès du film de la réalisatrice en question qui finalement démarrerait bien (?)

des selfies de Thierry Frémeaux

de l'expression "montrer l'invisible" qu'a employé la réalisatrice

de Claude Chabrol

de Juan Antonio Bayona (que les gens ne connaissent pas forcément, c'est le problème des références quand on ne précise pas qui sait)

 

Alors bien sûr il existe des connexions entre tout et tout...

 

Mais je suis (aussi) modérateur et je dois songer à l'impact et la lisibilité d'un Post qui est difficile à suivre et mélange des vraies choses et des contrevérités qui me posent souci  quand elles sont écrites par quelqu'un qui connaît le cinéma et qui influence.

La rubrique blablabla ou l'humeur n'empêchent pas de s'en tenir à quelque chose qui ne part pas dans tous les sens. Si tu veux aborder plusieurs sujets, tu peux parfaitement créer plusieurs posts, comme le recommande la charte. 

 

C'était ma (mauvaise) humeur et mon conseil du moment :happy-2:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je reviens sur l'un des deux seuls sujets que j'ai abordés (le box-office), les données sont scrupuleusement recensées.

 

part de marché des films français : En 2016, 35,3%

part de marché des films français En 2017, 37,4%

 

L'année 2016 a été qualifiée d'exceptionnelle (pour le cinéma français) par la Présidente du CNC, et l'année 2017 a battu l'année 2016.

Il est possible, voire probable que 2018 sera moins bonne à la faveur d'un cru moins bon et de quelques gros échecs commerciaux qui semblent impacter la tendance des 9 premiers mois...

mais la tendance depuis 2016 est loin d'être mauvaise pour le cinéma français,

 

Quant à la rentabilité des salles (chiffres communiqués en 2017)

Forte croissance depuis dix ans (+ 44 % !). En 2015, les salles ont généré 1,5 milliard de chiffre d’affaires. Etude de l’Insee réalisée en novembre 2017.

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 21/10/2018 à 11:13, Ciné7 a dit :

Claude Chabrol trouvait déjà "con" la mode précédente de filmer avec une caméra 35mm en imitant les prises de vues improvisées et bougées des petits caméscopes familiaux.

Bonjour Thierry P., donc en effet pour synthétiser et rendre plus lisible l'échange, je déplore en fait que la réaction très juste de Claude Chabrol pour le 35mm argentique, reste toujours d'actualité à l'époque du numérique.

 

Je cite (et plébiscite) Charlie-82, PrinceHamlet et titof44, membres du forum (parmi d'autres) parce qu'ils illustrent ici la démarche opposée. On peut même avancer qu'ils utilisent leur matériel amateur ou semi-pro comme une caméra de cinéma numérique en se souciant du fond pour nourrir la forme !

 

Perso, c'est cette conception d'un métier ou d'une passion que je soutiens et partage (le reste, non).

 

On peut aussi ajouter à la liste, Cyril Alberti qui souhaite réaliser des bandes-annonces.

 

Merci encore NOEL d'avoir posté en complément le discours à Cannes de Nadine Labaki qui appelait aussi d'autres réactions et que je m'abstiens volontiers de davantage développer. Je confirme, ce n'est pas le film qui est en cause (mais ses prises de vues telles qu'extraites dans la bande-annonce).

 

Idem d'ailleurs pour les statistiques dont je te remercie également Thierry P. Il y a des parts sur les 37,4 % de 2017 à continuer de défendre et favoriser sur les prochaines années :wink:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 22/10/2018 à 20:31, Ciné7 a dit :

Il y a l'actualité des rencontres cinématographiques de Dijon qui ont démarré aujourd'hui (lundi 22 octobre 2018) et qui vont permettre un état de lieu plus précis.

Je signale moi-même une contrevérité que j'ai en effet commise par confusion avec les dates des précédentes rencontres cinématographiques de Dijon qui s'étaient déroulées cette même semaine fin octobre. L'édition 2018 aura lieu du 7 au 9 novembre 2018 et c'est son programme qui a été publié le 22 octobre 2018 (du moins sur mes sources d'info). Pardon, il n'y a pas eu de débats et d'état des lieux ce jour là.

 

Par contre, relativiser (et non pas contester) des statistiques officielles n'est pas formuler des contrevérités. L'erreur à rectifier concernait la rentabilité des films français et non des salles (re mea culpa !). Pour plus de précision, les records de rentabilité des films français qui ont pu s'élever de 157 à 211% en 2017 sont rares voire exceptionnels mais il reste toujours difficile de récupérer entre 50 et 100% d'un budget investi. C'est même la majorité des cas sur la part des 37,4%.

 

L'échec de rentabilité se situe de 0 à 30% du budget investi dont il ne faut pas omettre la part d'aides publiques (chers membres contribuables :smile:).

 

Juan Antonio Bayona est un réalisateur espagnol du moment qui a une approche technique du cinéma très pointue et même que Hollywood a voulu nous le piquer (pour le dernier Jurassic World) puisque comme je le pressentais, il devient un label (qui si possible devrait rester européen en faisant des émules si on veut vraiment inverser les parts de marché au delà de 40%).

 

On lui doit The Impossible (extrait plus haut) et Quelques minutes après minuit déjà évoqués sur le forum au topic "Métaphore ?" https://forum.magazinevideo.com/topic/33948-métaphore/?do=findComment&comment=166500

 

L'extrait plus haut montre d'ailleurs une technique à découvrir ou à méditer pour amener une véritable dimension (invisible parce que seulement ressentie) à des prises de vues sur le vif ou à l'arrache tout simplement en revenant et en s'en tenant aux bases du langage. Bien-sûr des éléments archétypaux et la musique de Fernando Vélazquez sont venus parfaire l'ensemble. Tout s'apprend mais pas sur n'importe quel modèle.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...