Jump to content

Si je dois partir demain

Rate this topic


IXES
 Share

Recommended Posts

Bonjour IXES ,

 

Déjà bravo de t'être laissé inspirer par tes images et pour cette ode à la nature empreinte de philosophie 

 

En effet, toute question sur la nature amène celle sur la nature de l'homme ...

 

J'ai même récemment entendu que la civilisation commence à être perçue comme un concept carcéral de grande dimension et que l'urbanisme d'hier et d'aujourd'hui en est une illustration (voies rectilignes qu'à un ou deux sens possibles, quartiers et architectures cloisonnant les classes sociales, habitat individuel ou collectif, centres de pouvoir et zones abandonnées par le pouvoir ... Cà doit être des jeunes qui se posent de telles interrogations, des jeunes qui réfléchissent à leur futur et donc certainement aptes à entendre ton message 

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir IXES,

 

Belle philosophie ... mais trop belle et trop symbolique pour s'appliquer aujourd'hui puisque la multiplication des êtres de la race humaine arrive aujourd'hui à 7,4 Milliards ... la nature n'a rien fait pour la limiter ... si dans la nature au sens stricte, telle que tu la décris, tout te semble rose et bien organisé, c'est que dans chaque espèce on trouve des éléments qui se ressemblent et donc n'apportent aucune divergence. Dans la race humaine, ces 7,4 Milliards d'individus sont tous différents, pas un seul est exactement égal à un autre ... c'est ça la racine du mal que tu exprimes.

 

Link to comment
Share on other sites

Bonjour Ciné7, NOEL, YANIK,

 

Yanik, c'est ce que l'on veut nous faire croire car :

Des scientifiques ont décidé de tester cette théorie Darwinienne, et sont allé poster des caméras haute définition dans la nature pour observer les comportements de troupeaux de Cerfs.

Le troupeau était en train de manger et se reposer dans une prairie, a plusieurs kilomètres du premier point d’eau. Le but de filmer en caméra caché ce troupeau était de déterminer qui dans le troupeau prendrai la décision et a quel moment, de partir vers le point d’eau le plus proche le moment venu.

Et ceci n’était pas une décision mineure à prendre, car s’ils partent trop tôt, certains individus du troupeau n’auraient pas eu le temps de suffisamment se nourrir et se reposer avant la traversée. S’exposant aux attaques d’autres animaux. Et s’ils partent trop tard, certains individus seraient déshydratés.

Qui décide de partir, quand, a quelle vitesse ils doivent faire le chemin sont des questions de vie ou de mort pour le troupeau de cerfs.

Qui d’après vous a prit cette décision ?

La surprise des scientifiques fut totale…

Les mâles dominants ne sont pour rien dans la décision de partir de la prairie vers le point d’eau.
En réalité c’est la démocratie qui s’opère. Les caméras haute définition montrent que certains cerfs qui se sont repais se montrent prêt a partir, mais attendent. Ils ne mangent plus et attendent en se regardant les uns les autres pour voir combien d’entre eux sont prêt a partir. Des que 51% du troupeau souhaite partir, tous partent en même temps, les 49% suivent les 51% qui partent, sans chef pour les diriger. C’est une décision démocratique et collective.

Mieux que cela, les mâles dominants étaient parmi les derniers a partir et ont suivi la décision collective.

 

Amitié à vous

 

Link to comment
Share on other sites

Salut Jean Claude

Très bon montage

plan à 4.23 superbe

par contre zoom dézoom à 3.39 pas très bon!!!

quelques problèmes ponctuel d'exposition!!mais pas trop !!!

 

 

Apres sur le fond je pense que l'homme (être humain) court à sa perte par tous les artifices(religieux,jallousie,politique)quand nous voyons les peuples(ce qui l'en reste!!) en Amazonie ou dans le fin-fond de l’Indonésie)qui n'ont pas été pollués il n'y a pas dangerosité.

personnellement je me pose la question pour nos petits enfants et ar petits enfants

 

Mais ce n'est que ma réflexion!!

 

KENAVO

Link to comment
Share on other sites

Bonjour

De bien jolies images ... bien plus agréables à regarder à mon gout que les mouvements "intempestifs" que tu nous a montrés par le passé . bonne idée que la voix off pour t'exprimer ; exercice pas facile mais assez bien réussi je trouve .

quelques remarques sur la forme : le plan d'intro dans lequel la mer apparait penchée ( bien qu'elle ne le soit pas , j'ai mesuré ) me dérange un peu . le zoom/dezoom sur le genevrier à 3:43 pas très esthetique ainsi que les panos pour lesquels tu ne prends pas assez le temps de t'arreter sur l'image finale .

Concernant le fond je suis moins d'accord et même si ce n'est pas dans mon habitude de le commenter je me permets d'emettre mon avis .

Penser que l'on peut comparer la nature à une démocratie me semble un peu trop poetique . Demande au lion qui course la gazelle ce qu'il en pense ou au chef de meute chez les loups comment envisage t il le " partage " du festin et pense aussi aux glands qui germent en masse dans la foret dont le survie dépend de leur rapidité de croissance ( entre autres ) ... bref , sans etre ethologue ni botaniste ,  je ne nie pas evidemment qu'il y ait des comportements coopératifs/co-évolutifs voire symbiotiques dans la nature mais je ne te suis pas quant à leur attribuer une explication à mon sens strictement humaine ...

Quant à Darwin , il a simplement donné une explication de la notion d'évolution ( qui n'est plus contestée aujourd'hui d'ailleurs ).

Il faut remettre les choses dans leur contexte ; Lamark , à la même époque , pensait que si la girafe avait un grand cou c'etait à force de tirer dessus pour attraper les feuilles des arbres ( et que c'était transmissible ) , Darwin , lui , a dit que seules les animaux adaptés survivaient ( et donc avaient une descendance ) dans ce mileu ( la savane ) et que c'était ça le phénomène évolutif .

Après , que certains aient extrapolé ses propos est une autre histoire ...

amha

bonne journée

crackers

Edited by crackers
Link to comment
Share on other sites

Bonjour,

 

@ IXES, 

 

Bonne réponse de Crackers ... la démocratie ... cette réflexion est amusante ... les animaux réagissent uniquement par le hasard ... le 1er qui s'écarte du troupeau entraîne instinctivement aux autres de suivre. Toutes ces théories  m'amusent beaucoup, car à mesure qu'elles naissent une autre derrière vient la contredire ... parce que l'homme a un cerveau qui pense et qui cherche toujours à se faire remarquer en cherchant le contraire.

Je pense que tu n'as pas bien lu ma réponse précédente et qui se termine par ... c'est ça la racine du mal que tu exprimes.

Link to comment
Share on other sites

Bonjour IXES, et les Penseurs,

J'ai bien aimé ton travail dans son ensemble. A mon niveau, je ne vois pas ce que je pourrais lui reprocher. Et ça me plaît.

Quant à la démocratie, je pense qu'elle est le produit d'une prise de conscience qui efface l'égo au profit d'une majorité. Et si un parallèle avec le monde animal peut être fait dans certaines circonstances, je l'attribue à l'instinct ou, comme le suggère Noël au hasard, en attendant plus de révélations...

Link to comment
Share on other sites

Bonsoir tous ! Après ces réactions toutes aussi passionnantes les unes que les autres, il ne te reste qu'une seule chose à faire, IXES :

 

Rester le plus longtemps possible pour étudier tout çà :bien: !

Link to comment
Share on other sites

@ Ciné7, NOEL, YANIK, Titof44, crackers, manober,

Voici un extrait des mémoires de mon livre non achevé que j'écris depuis 10 ans.

 

J'espère que votre âme y sera réceptive, car enfin, cette Terre nous a accueillis sans nous demander de compte.

 

Démocratie ? Cette définition reste susceptible d'interprétations différentes.

 

Dans la nature, elle a valeur de liberté, régie par les lois naturelles de diversités et d'équilibre harmonieux, sans une espèce animale et végétale qui règne en maître sur la Terre, c'est ce que j'ai voulu interpréter.

 

Chez l'homme, il est le seul à inventer des lois contre nature, où le pouvoir est détenu par un seul dans un système oligarchique.

 

La lecture des journaux, l’écoute des radios et des télévisions ne nous montrent que des conflits ininterrompus entre les puissances assoiffées de pouvoirs formels.

Les individus quels que soient leur nationalité, leur niveau de vie et leur degré de culture ne semblent plus soumis qu’au pouvoir de l’argent conçu comme un référentiel absolu.

Ils sont manipulés par des forces qu’ils ne comprennent pas, aveuglés par des besoins dont ils ignorent la nature profonde où il faut tuer « l’autre » pour « exister », soumis à des normes qu’ils  ont contribué eux mêmes à établir sous l’étendard soi-disant libérateur de la sacro-sainte démocratie.

 

Nous retrouvons là le sempiternel couple duel ; parent/enfant ; maître/élève qui se poursuivra dans l’entreprise avec patron/ouvrier ;  dans la société avec les partis politiques droite/gauche ; police/individus ; justice/injustice.

Ce couple duel est vraiment lié au tempérament de l’être humain qui vise à conserver le pouvoir, en imposant des lois, même si à l’usage elles se révèlent rapidement stériles.

 

 

Notre société offre théoriquement de grandes garanties pour le progrès social et moral : une éducation ouverte à tous, l’égalité des chances, une protection sociale inégalée jusqu’à maintenant, une médecine de haute technologie.. Mais malheureusement, elle se base sur le minimum susceptible d’être atteint au niveau matière, le « technostrees » comme le nomme les Japonais. Nous devenons anesthésiés, assisté, ne connaissant plus la joie vivifiante de l’effort.

 

Nous retrouvons cet attentisme et cette paresse au sein même de la jeunesse, à qui on a appris à vouloir, et même exiger tout, tout de suite et sans effort.

L’examen de la situation actuelle du monde rend compte sans ambiguïté que les conditions dans lesquelles les hommes sur la planète Terre sont le résultat de leur propre état de conscience.

 

L’examen de la situation actuelle de notre monde, en détruisant méthodiquement la nature, en exploitant de manière aberrante les ressources de son sous-sol, en polluant ses eaux souterraines et ses nappes phréatiques, en tuant arbres et animaux, en se créant de plus en plus de besoins, rend compte sans ambiguïté, que nous sommes entrain de vivre la même histoire que les Pasquouans et que nous sommes sur le point de disparaître.

 

Devant cette situation dramatique, qu’elles sont les possibilités pour éviter une véritable catastrophe imminente de l’espèce humaine ?

 

Un espoir existe, tenace et éternel comme une lueur inextinguible au plus fort de la tempête. Il est clairement illustré dans les messages des civilisations qui ont précédé la nôtre.

 

 L’être humain arrivera t-il à élever ses niveaux de conscience en prenant le chemin de la connaissance, arrivera t-il à se libérer de ses liens les plus matériels – instincts, émotions et sentiments égocentriques de toute nature ?

 

Bien à vous tous.

Link to comment
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

×
×
  • Create New...

Important Information

j'accepte les cookies de ce site. Terms of Use

Please Sign In or Sign Up