Jump to content

Documentaire VS fiction et l'importance des personnages.

Rate this topic


Recommended Posts

Bonjour Documentariste,

 

Respect à Arno pour sa recherche mais sur laquelle personnellement je ne le suivrais pas (je ne conçois pas de lier voire marier la narration cinématographique et la narration littéraire).

 

Ce n'est pas ce que j'ai appris, apprends encore et expérimentes actuellement pour peut-être un jour ...

 

Hors débat documentaire/fiction, concernant l'incarnation ou la désincarnation du ou des personnage(s), ton exemple de la liste de Schindler me rappelle justement une toute autre approche (qui m'avait alerté) :

 

 

Il n'y a besoin d'aucun mot mais que de lumière !

 

Tout héros qu'il est, elle s'allume d'émotion sur des regrets et des remords, sur des faiblesses, et nous éclaire, nous, le public.

 

(La narration cinématographique est un langage musical pour une danse de l'âme).

Edited by Ciné7
Link to post
Share on other sites

J'ai posté trop vite. Je devais dire que la narration cinématographique est un langage musical pour bercer l'âme et ainsi mieux lui permettre de se révéler ou de se rappeler (à nous, le public) que malgré les peurs ou autres faiblesses humaines, elle a toujours été, reste et restera une âme de héros dans toute sa force (incarnée ou encore désincarnée).

Link to post
Share on other sites

L’objectif de ces deux vidéos est très ambitieux. Le danger, dans la comparaison entre documentaire et fiction, c’est d’énoncer des règles générales. Car il y aura toujours des contre-exemples qui contredisent plus ou moins. Dans beaucoup de documentaires, il y a de la fiction et inversement. Prenez le film de voyage au Portugal, ou le vol de drone sur un village pittoresque. Ils ne racontent rien et n’ont pas de personnage à incarner. Je ne porte pas de jugement de valeur, mais je constate que ça existe couramment. Quand on fait un documentaire sur un site médiéval, on évite de montrer les poteaux électriques et les voitures. On met en scène la réalité qui, de fait, devient fictive. A l’inverse, dans la science-fiction, il y a très peu de choses fictives car les effets s’inspirent du réel. Il y a de l’imagination dans la recherche d’effets visuels. Les duels de Dark Vador, par exemple. Ce n’est pas Disney qui a inventé l’escrime ni les tubes néon. Les vidéos de «Documentariste» sont des discours filmés et illustrés. Ce n’est ni un documentaire, ni une fiction. Le texte est déclamé par l’auteur qui incarne son personnage. C’est une fiction documentaire, et surtout un message littéraire car le texte seul se suffit à lui-même.

Le cinéma expérimental s’interroge sur la pertinence des règles établies. Mais on constate que si on s’affranchit du cinématographiquement correct, le spectateur s’emmerde. Il faudrait lui faire admettre que c’est un jeu, une devinette, une blague.  

Link to post
Share on other sites

Bonjour comemich et bravo !

 

(Cà va que perso, je ne déteste ni le jeu, ni les devinettes (quand j'ai la solution), ni surtout les blagues ... capable même d'admirer quand j'ai marché en plein dedans :blush2:).

Link to post
Share on other sites

Le cinéma amateur a un avantage, c'est qu'il n'est pas obligé de plaire au public. On peut donc se faire un film pour soi-même. C'est une grande liberté que les professionnels n'ont pas. On peut s'affranchir des contraintes esthétiques et transgresser toutes les règles. Involontairement, beaucoup ne s'en privent pas. Mais dans la plupart des cas, l’amateur cherche à éviter les maladresses en copiant ce qu’il a l’habitude de voir. Il est très rare qu’il cherche à faire un truc expérimental. Le progrès technologique a considérablement amélioré la qualité des images et du son. Des caméscopes et appareils photos numériques grand public sont accessibles à tous les prix. Les automatismes sophistiqués assistent les débutants. Force est de reconnaître que la qualité technique des productions s’est améliorée, mais, précisément, sur les forums de vidéo, l’obsession esthétique et technique alterne toujours avec les préoccupations de performances matérielles, sans jamais aborder la question du langage cinématographique. Heureusement, les nouveaux arrivants, à qui on a mis un capteur vidéo dans la poche alors qu’ils n’avaient rien demandé, ont des pratiques et des motivations différentes. Un promeneur qui dégaine son Samsung et s’applique à cadrer le coucher de soleil ne fait pas ça pour immortaliser la scène, ni même pour garder un souvenir de l’instant ou raconter quelque-chose. Dès sa prise de vue terminée, il regarde ce qu’il a fait. Probablement qu’il effacera tout ça quelques temps plus tard, pour gagner de la place dans ses fichiers. Tout au plus, aura-t-il « partagé » son œuvre avec ses « contacts ». Est-ce qu’il a fait du cinéma ? Oui, car ce qui l’intéresse, ce n’est pas le coucher de soleil, mais ce qu’il fait avec, et ce qu’il donne à voir aux autres. Le selfie est une forme encore plus travaillée. Le réalisateur se met en scène dans le décor. Il joue son personnage avec des sourires ou des grimaces, voire des gestes et des mimiques. Quand il y a plusieurs personnes, chacun pose dans le cadre. Les youtubeurs s’équipent souvent de matériel plus sophistiqué, parfois même de petits studios. Certains utilisent un prompteur, comme à la télé, pour nous lire leur discours. Leurs motivations sont très variées, ça va de l’influenceur mercantile au gilet jaune militant en passant par le fanatique religieux ou le rappeur de banlieue. Leur langage cinématographique est pauvre et sans imagination, sans originalité, sans réelle création artistique. Leur objectif, c’est l’audience. La concurrence est féroce sur les réseaux sociaux. Cela les pousse à se poser des questions et à se remettre en cause. Nul doute que les jeunes réalisateurs évolueront vers des formes nouvelles, une grammaire audiovisuelle plus aboutie, une esthétique propre. Le faux raccord est couramment utilisé pour cadencer le débit de paroles accélérées. Le personnage s’adresse directement au spectateur ou le prend à témoin. Ce n’est que le début d’un nouvel univers en plein développement.

Link to post
Share on other sites

Merci à ceux qui partagent leurs réflexions, c'est interessant.

 

Comemich vous faites bien de souligner qu'il faut rester critique à l'égard des règles. Elles sont tout au plus des jalons qu'on est libre de suivre ou pas.

Link to post
Share on other sites

Documentaliste : Ce que tu dis dans tes vidéos sur la narration, les personnages et l’incarnation, est juste. J’ai simplement voulu montrer que cette façon d’aborder le sujet, c’est celle de l’industrie cinématographique. Le cinéma dont tu parles est hérité du 20 ème siècle. L’avènement du numérique et l’évolution des modes de vie changent les relations du public avec l’audiovisuel. Dans notre vie quotidienne, on est tous spectateur et réalisateur. Le monde du cinéma aurait tort d’accuser les nouvelles pratiques, avec condescendance, de malfaçons et de dilettantisme.

Link to post
Share on other sites

D'autant qu'il ne s'agit pas de règles mais de principes dont beaucoup restent intangibles et qu'il vaut mieux les connaître et surtout les intégrer non pas pour ensuite s'amuser à les remettre en cause et les rejeter mais à se les approprier pour en tirer sa propre et oui, plus belle originalité.

 

Ces principes sont organiques et servent à donner vie aux thèmes auxquels chacun, chacune peut ou souhaite s'inspirer.

Link to post
Share on other sites

Ciné7 a écrit: "... principes dont beaucoup restent intangibles"

C'est encore une foi le point de vue de l'industrie cinématographique. Mais la vidéo, et plus généralement l'audiovisuel, ce n'est  pas que ce cinéma là, ça l'est même de moins en moins. Pour me faire comprendre, Je vais prendre un exemple:

https://forum.magazinevideo.com/topic/38702-le-drone-idéal/

 Le faux raccord est une maladresse , une faute inexcusable pour un cinéaste. Regardez un influenceur faire son baratin sur youtube. Il multiplie volontairement les faux raccords et personne n'y trouve à redire. Pire! c'est un marqueur indispensable pour être reconnu en tant que chaine Youtube d'influence. C'est devenu un identificateur du genre. Conséquence: ce qui était une faute à éviter est devenu  indispensable. Ce qui était un principe intangible ne l'est plus. Il y a plein d'autres exemples. Regardez les vidéos que les ados s'échangent avec leurs smartphones. Vous serez surpris de découvrir que rien n'est intangible.

Link to post
Share on other sites

Merci comemich, me voilà représentant de l'industrie cinématographique sur le forum. Faut dire que jeune, j'ai eu de mauvaises fréquentations et que j'ai voulu apprendre avec (et aussi tout seul sur une sélection stricte de références).

 

Non, je ne parlais en effet que du documentaire et de la fiction à voir en salles ou chez soi devant sa télé (... zut, pardon, encore un point de vue industriel).

 

L'influenceur sur le net, pas d'exemple mais je sais que je ne supporte pas les vidéos dites cinématiques car toujours truffées d'erreurs de langage et conséquemment vide de toute substance sinon de médiocrité mal dissimulée par la frime.

 

(Quand on me dit qu'un ralenti à rallonge, c'est pour faire plusse beau, je me retire, je déprime mais je m'insurge :rolleyes:)

 

Et puis les ados, j'ai le faible caractère de les laisser faire et de les supporter (aucune autorité sinon j'irai jusqu'à confisquer leurs smartphones pour mieux affronter la vie ... et accessoirement en saisir les principes intangibles).

Link to post
Share on other sites

Je ne défend pas les pratiques dilettantes. Elles m'agacent autant que toi. Mais  on ne peut pas faire comme si ça n'existait pas. Des millions de vidéos quotidiennes circulent. Notre environnement audiovisuel change à grande vitesse. On aurait tort de dénigrer ceux qui ne respectent pas nos codes de bonne conduite. Ils sont en train de créer leurs propres règles. Il faut être conscient qu'on est une minorité à rejeter. La condescendance n'est pas de mise. Ce sont eux qui feront la vidéo de demain. Le cinéma du siècle dernier a encore de beaux jours devant lui, mais il n'est plus seul dans notre univers audiovisuel. D'ailleurs, la vidéo que j'ai citée (sur le drone idéal) n'a pas été rejetée par les commentateurs habituels (dont tu fais partie). C'est un signe, non ?

Link to post
Share on other sites

Je pense qu'il n'y a pas à accepter ou rejeter cette forme de communication audiovisuelle. C'est une forme différente, avec des objectifs différents, donc des codes différents. Cela ne présage pas de la vidéo de demain et ça ne remet pas en cause la grammaire cinématographique. Le jazz n'a pas menacé la musique classique, le rap co-habite avec la chanson à texte et le langage SMS ne remplace pas les oeuvres littéraires.

La "vidéo YT" est encore un phénomène récent et on manque de recul, mais je constate que les Youtubers les plus anciens, qui pratiquent depuis 10/15 ans, ont tendance à se rapprocher des codes du film cinématographique, marquant aussi une évolution de leurs messages.

Link to post
Share on other sites

Dans la mesure où la mise d'une vidéo sur YouTube est gratuite et sans limite, on comprend que l'on peut y trouver n'importe quoi ... de la plus haute à la plus basse qualité, à la fois d'un point de vue technique que pour son véritable intérêt.

Il n'y a donc le plus souvent que peu d'intérêt à en parler d'un point de vue artistique ... ce n'est absolument pas une forme nouvelle ou forme différente de faire du cinéma ... mais seulement un moyen de communiquer et un moyen qui est "gratuit".

YouTube est devenu un refuge où on y trouve de tout, exactement comme beaucoup de forums ou de sites créés par n'importe qui, dont les contenus regorgent malheureusement trop souvent d'une multitude de fautes en tout genre, de l'orthographe à la construction d'une phrase. 

C'est simplement Internet ... le refuge du pire et du meilleur !

Link to post
Share on other sites

Excuses moi, Documentariste, si j’ai un peu dévié du sujet initial. Mais la vidéo est un sujet qui déborde du seul domaine cinématographique. 
Oui NOEL, ce n'est pas internet qui fait la médiocrité des contenus mais ça la rend visible par tous. Ce qui est en train de changer, c'est que tous les médias étaient, jusque-là, contrôlés par une élite qui produisait des contenus en direction des consommateurs. C'était à sens unique, et ça ne l'est plus. Il y a 7% d'illettrés en France, mais ça ne se voyait pas. Il fallait un minimum d'éducation pour être publié. Les forums débiles, c'est le reflet d'une réalité. Mais il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain. Internet facilite aussi la diffusion d'excellents contenus et permet d'avoir des discussions intéressantes.
Pour en revenir à la vidéo, Je crois aussi qu'il faut faire le tri. Il y a une certaine recherche et l'émergence d'un nouveau langage propre aux nouvelles utilisations. Il y a surtout un rapport nouveau du producteur au consommateur (du réalisateur au spectateur). On aurait tort de mépriser les millions de vidéos qui circulent quotidiennement sous prétexte qu’elles seraient toujours maladroites et sans intérêt.

Edited by Comemich
Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, Comemich a dit :

Excuses moi, Documentariste, si j’ai un peu dévié du sujet initial. Mais la vidéo est un sujet qui déborde du seul domaine cinématographique. 

Pas de problème, le débat constructif est toujours bienvenue.

Link to post
Share on other sites

Principe intangible en docu comme en fiction, le ou les personnage(s) et des acteurs selon la racine de "action", pour les incarner ou les désincarner. Ce n'est pas qu'un principe industriel car tant qu'on s'obstine à l'ignorer voire à le mépriser ou le rejeter, toute forme connue ou à encore découvrir, ne tient plus. C'est la base, ... c'est l'essence, ... l'énergie.

Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Similar Content

    • By Thierry P.
      Réaliser son premier documentaire, un livre pour ceux qui débutent dans le documentaire (ou le reportage), vient d'être réédité aux éditions Eyrolles.
       

       
      Lire notre chronique de Réaliser son premier documentaire
    • By MyPOV
      Cette discussion est dédiée aux documentaires sur les acteurs, réalisateurs, scénaristes, etc. du monde du cinéma.
       
      Je commence avec I am Steve McQueen diffusé sur Arte jusqu’au 21 mars 2020 et récupérable avec Captvty, naturellement consacré à l'acteur Steve McQueen.
      https://www.arte.tv/fr/videos/082221-000-A/i-am-steve-mcqueen/
       
      Je pense qu'il est mon plus jeune souvenir d'une série avec Au nom de la Loi.

       
      C'est un 90 minutes informatif et complet, sa vie est bien détaillée avec notamment les témoignages de ses femmes et ses enfants. Mais je regrette qu'il n'y ait finalement, bien que ce soit en de nombreux passages, qu'une seule source où parle Steve McQueen. Il me semble que ça aurait pu être un peu écourté. Enfin je trouve le montage, un peu "sec" sur les transitions entre les étapes de sa vie.
    • By Documentariste
      Une petite réflexion sur le piège que peux représenter parfois le fait de se focaliser sur la réalisation d'une belle image.
       
       
    • By Documentariste
      Et vous ? Est-ce que vous jouez les héros solitaires ?
    • By brunovideos
      Bonjour à tous, voici un reportage que j'ai réalisé à Rurutu dans les îles Australes en Polynésie française.
      Vous découvrirez des paysages sauvages vus de la terre et du ciel, une visite guidée de l'île, un mariage traditionnel au cours duquel vous vivrez la réalisation d'un four tahitien géant pour 500 personnes et 2 sorties d'observation des baleines.
      J'espère que ce reportage vous donnera envie de visiter ce paradis sauvage et préservé.
       
      Bonne journée à tous
      Bruno
       
       
    • By Ciné7
      Bonjour, aparté strictement réservé à la fiction et à ses apprentis !
       
      On l'a vu ou entraperçu dans la présente rubrique, il est très vite tentant de se fier à une structure de récit procédant d'une évolution par étapes telles que les 12 du voyage du héros selon le monomythe déconstruit par Joseph Campbell jusqu'aux 15 temps forts relevés par Blake Snyder (scénariste et consultant à Hollywood décédé en 2009)
       
      Je sais pas vous mais j'ai toujours douté de la réelle efficacité de ne s'appuyer que sur cette seule approche pourtant voulue initiatique.
       
      (D'ailleurs, on s'en aperçoit jusque dans l'expérience même de Andrew Stanton, scénariste aux studios Pixar dans sa petite masterclass proposée encore dans cette présente rubrique du forum).
       
      On voit surtout le risque de nanar si on ne maîtrise pas ou qu'on passe à côté de l'essentiel. Il a fallu ici même concevoir un logiciel intérieur (le logiciel Métaphore) pour s'en préserver ...
       
      Il en est (difficilement) ressorti au moins à ceux qui s'y sont penchés ou que çà a intéressé, que le principe d'une histoire est de travailler les émotions jusqu'à devoir remonter à leurs sources notamment infantiles pour réussir à les rendre universelles et ainsi mieux les partager à tous.
       
      Apprendre et connaître des étapes à cet effet, c'est bien. Cà décompose l'ensemble de la structure d'un récit mais çà ne lui fournit pas la force et l'énergie pour la tenir debout !
       
      Pour celà, il faut passer à un stade supérieur et au lieu ici d'un long discours écrit, confus et soporifique, je me permets de proposer une dernière découverte sur Youtube sur les constituants d'une histoire assurant de faire travailler les émotions du public ... et mieux, de chaque spectateur et spectatrices tous âges confondus.
       
      A l'instar des contes de l'enfance (on y revient toujours !), il s'agit d'à présent procéder d'une alchimie et d'éventuellement s'y initier pour concevoir une histoire et la charger d'émotions.
       
      Exemple donc sur Blanche-Neige (des frères Grimm) :
       
       
      (Chaîne Mysteria sur YT récemment découverte sur la traduction "alchimique" de la contine "une souris verte" ! ... Oui, exactement, celle qui courait dans l'herbe  !).
    • By Stampe
      Bonjour,je viens de changer d'ordinateur ou a étè réinstallé Pinnacle Studio 20
      la réalisation d'un film était facile,j'ai voulu faire un essais de voix off et je n'ai
      rien d'enregistré et un encart me dit ceci"Impossible de trouver une piste du chemin d’accès"
      que faire?
    • By titof44
      Samedi ,toute la journée nous avons suivi une formation dirigée par Jean-Claude Michineau, ancien journaliste de la presse écrite, ancien Président du club d’Angers (le 3ème œil) et bien sûr Président de la Fédération Française de Cinéma et Vidéo.
      Je vous propose mon petit compte rendu de la partie théorique de cette journée, l'après midi étant réservée à la pratique.
       
      Il commence par nous expliquer la différence entre un reportage et un documentaire :
      Le reportage a une unité de lieu et de temps (par exemple la fête de l’huitre à Oléron) tandis que le documentaire se focalisera par exemple sur un métier.
       
      Parlons d’un reportage :
      Il faut avoir envie de parler du sujet en question.
      Se poser les questions que le spectateur risque de se poser.
      Bien cerner le sujet.
      Trouver un angle pour le réaliser (façon d’aborder le sujet) par exemple pour un reportage sur un maréchal-ferrant (déjà abordé de nombreuses fois) utiliser un enfant ou des villageois etc. pour introduire le sujet.
      Il faut aussi avoir en face de soi des personnes passionnées par leurs activités.
       
      Bon maintenant que nous avons un sujet comment l’appréhender :
       
      Tout d’abord la prise de contact, toujours privilégier de se déplacer ou de téléphoner pour la prise de rendez-vous et ne pas utiliser un mail qui est trop impersonnel.
      Donc prendre un 1erRendez-vous pour discuter échanger, approcher les personnages, ce qui donnera une tendance à la rédaction des futures questions ou à l’extrême montrera en fait qu’il faut mieux arrêter là plutôt que de continuer (par exemple une personne qui aurait peur des caméras, qui a des difficultés à s’exprimer etc. etc.)
       
      Ensuite l’interview est la colonne vertébrale du reportage, c’est pour cela qu’il faut préparer et réfléchir en amont aux questions qui seront posées. Ces questions sont ouvertes pour ne pas brider les réponses et laisser la personne partir dans des détails ou des récits qui feront l’âme du reportage.
       
      Peut-être faudra t’il revenir sur place une ou deux fois pour prendre les plans de coupes qui seront utiles a l’illustration de l’interview. Ne pas négliger la prise de rushes de la personne en action.
       
      Il faut écrire la construction du film pour raconter une histoire, bien sur tout cela sera appuyé par le montage et la bande son.
       
      Toujours proposer une copie du film aux personnes, leurs expliquer à quoi servira ce film (par exemple des concours ciné etc.)
       
       
      Voici un extrait, sans prétentions uniquement pour accompagner le propos, des rushes de ma caméra, nous avions 3 cams,1 perchiste , des éclairages led.
       
      Balance des blancs 5600K .
      Picture Profil PP4 
       
    • By FCP
      Bonjour à tous, 
       
      Je suis nouveau sur ce forum et j'ai vu qu'on pouvait y poster sa vidéo.
      C'est ce que j'ai décidé de faire.
      Je vous présente mon nouveau court métrage que j'ai tourné au mois de septembre.
      Je l'ai tourné en mode amateur.
      N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, je suis preneur de toutes critiques quelles soient positives ou négatives
       
      Voici le synopsis :
       
      Le lieutenant Paul Siorac se réveille en pleine nuit amnésique de son passé. Sur son portable, il voit un message datant de deux jours d'un certains Vincent qui lui dit de venir.
      Pendant ce temps, un mystérieux personnage nommé Alméric est à la recherche de Paul et Vincent pour une histoire de drogues. Au fur et à mesure que la mémoire du lieutenant Paul Siorac va revenir, celui-ci va découvrir que leurs destins sont étroitement liés.

      Voici le court-métrage
       
       
    • By Camino Prod
      Salut à tous!
      Vous avez peut-être vu le sujet que j'ai créé ici avec un film plutôt sérieux et du coup pour faire plaisir à Déclic Vidéo qui m'avait dit que c'était pas trop son genre, je propose celui-ci, tout juste sorti du four Adobe:
      Je suis un 06
      Autre film, autre style!
      Dites ce que vous en pensez et profitez-en pour le soutenir aussi! Héhé...
    • By Camino Prod
      Bonjour à tous!
      Je voulais soumettre à vos avis et critiques mon dernier travail, réalisé dans le cadre du festival Nikon 2013, un court métrage de 2'20" sur le thème "je suis un souvenir":
      Je suis la dernière minute
      N'hésitez pas à donner votre avis, soutenir et/ou partager le lien si le film vous plaît!
      ++


×
×
  • Create New...